Partager :

Le dirigeant palestinien Raja Eghbarieh, responsable de longue date du mouvement de gauche palestinien Abna’a el-Balad en Palestine occupée de 48, a été arrêté par les forces israéliennes à son domicile à Umm el-Fahm dans la matinée du mardi 11 septembre. Sa détention a été prolongée à plusieurs reprises et il sera à nouveau traduit devant un tribunal israélien le jeudi 20 septembre.
 
Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont fait partie notre Collectif Palestine Vaincra, exprime notre plus grande solidarité avec Raja Eghbarieh et nous exigeons la libération de ce dirigeant national palestinien. Son emprisonnement met en lumière le fait que tous les Palestiniens sont confrontés à un système colonial d’oppression raciste, de persécution politique et d’emprisonnement. Nous appelons les amis et les sympathisants de la Palestine dans le monde entier à répondre à l’appel et à rejoindre la campagne pour libérer Raja Eghbarieh !
 
La police israélienne « anti-criminelle » a pris d’assaut la maison familiale à Umm al-Fahm tandis que la femme d’Eghbarieh, Ilham Odeh, et sa fille Anat portaient toujours un pyjama. La police a saisi trois ordinateurs dans la maison, y compris ceux appartenant à Anat et à Ilham. Ils n’ont pas confirmé où il était détenu jusqu’au lendemain, après avoir été enlevé de chez lui.
 
Lors de son arrestation, il a été interrogé pendant sept heures dans la prison de Megiddo avant d’être transféré en isolement. Eghbarieh, âgé de 67 ans, n’a pas été autorisé à recevoir ses médicaments pour traiter des problèmes respiratoires. Trois jours après son isolement, ses avocats ont contesté le traitement inhumain et dégradant auquel il était soumis. Il s’est vu refuser les visites de sa famille jusqu’à ce jour.
 
L’occupation israélienne accuse Eghbarieh « d’incitation au terrorisme et à la violence » pour avoir prononcé des discours politiques publics et écrit sur les médias sociaux à propos de la lutte du peuple palestinien pour la libération. Le journal Al-Akhbar a rapporté que l’interrogatoire d’Eghbarieh par les forces israéliennes était axé sur ses activités politiques, le travail d’Abna’a el-Balad et la signification de sa position dans le mouvement. Secrétaire général fondateur du mouvement élu lors de sa conférence nationale en 1990, il est aujourd’hui membre de son bureau politique.
 
Ce n’est pas la première fois qu’il est détenu. En 1987, avec 10 autres dirigeants du mouvement Abnaa el-Balad, ils ont été incarcérés sans inculpation ni jugement, après avoir joué un rôle de premier plan dans une grève générale en Palestine de 48 dans le cadre de la première Intifada. Il a été arrêté à plusieurs reprises par les forces israéliennes au cours de ses années de lutte.
 
Les procureurs israéliens le qualifieraient de « danger pour l’Etat » pour ses paroles de lutte et de justice pour la Palestine, illustrant la réalité selon laquelle l’État sioniste colonialiste misant sur la dépossession des peuples autochtones de la terre est « en danger » pour la vérité et la réalité palestiniennes.
 
Les dirigeants politiques palestiniens ont également noté que l’arrestation d’Eghbarieh se situe dans le contexte des discussions en cours au sein du mouvement de libération palestinien et en particulier de ceux qui se trouvent à l’intérieur de la Palestine occupée de 48 concernant les nouvelles étapes d’unité et de confrontation avec l’État sioniste. Ces discussions se sont intensifiées après l’adoption de la « loi sur l’État-nation » et la désillusion croissante concernant la participation à la Knesset en tant que moyen de lutter pour les droits des Palestiniens. À Al-Akhbar, ils ont noté que l’arrestation d’Eghbarieh semblait être une autre tentative d’empêcher un projet politique palestinien prometteur de se concrétiser.
 
« L’occupation est perturbée par toute activité politique ou nationale menée par un Palestinien sur le terrain… La loi de l’État-nation ne nous a pas surpris, l’idéologie de l’État et le racisme n’ont pas besoin de promulguer de nouvelles lois. Ce qu’il craint le plus, c’est notre unité politique », a déclaré Ilham Odeh, épouse et camarade d’Eghbarieh. «Les autorités d’occupation israéliennes ne nous intimident pas avec leurs arrestations ou leurs tentatives infructueuses de détruire le mouvement Abnaa el-Balad… Nous sommes absolument certains que tout cela fait partie de la persécution politique du mouvement, de ses dirigeants et des dirigeants palestiniens au sein de la patrie occupée », a-t-elle déclaré.
 
Les partisans d’Eghbarieh, du mouvement Abnaa el-Balad et de la libération palestinienne ont manifesté devant le tribunal de Hadera le 16 septembre alors que la détention d’Eghbarieh avait été prolongée une nouvelle fois. Tout au long de la procédure, ses avocats ont continué d’insister pour que ses propos soient publics et il les soutient avec fierté dans leur engagement dans la lutte pour la libération du peuple palestinien. Néanmoins, le procureur israélien a lu des listes de noms de personnes – tous des Arabes palestiniens en Palestine occupée de 48 – poursuivis pour avoir publié des articles sur la politique sur Facebook. Le blog Free Haifa a également noté que le porte-parole de la police a indiqué que Eghbarieh « écrit beaucoup de messages et reçoit beaucoup de likes et de partages » pour justifier son maintien en détention.
 
L’affaire la plus connue est peut-être celle de Dareen Tatour, la poète palestinienne qui purge actuellement les deux derniers mois de sa peine de prison après trois ans de résidence surveillée pour avoir publié publiquement des articles sur la politique et partagée ses poèmes sur Facebook et Youtube. Un autre cas clé de la répression en cours contre les Palestiniens en Palestine occupée de 48 a été celui du cheikh Raed Salah, arrêté à plusieurs reprises, emprisonné et soumis à l’isolement cellulaire.
 
PASSEZ À L’ACTION !
 
Les Palestiniens de la Palestine occupée de 48 – comme leurs frères et sœurs partout en Palestine et sur le plan international – sont attaqués. Agissez pour défendre Raja Eghbarieh et réclamer sa liberté !
 
Rejoignez la campagne sur les médias sociaux ! Aimez et partagez la page facebook Free Raja Eghbarieh. Prenez une photo avec notre affiche Free Raja Eghbarieh – que ce soit un selfie ou une photo de groupe – et partagez-la sur Facebook, Instagram ou votre plateforme sociale préférée.
Organisez ou participez à une manifestation, un rassemblement ou tout autre événement pour libérer Raja Eghbarieh et libérer la Palestine ! Apportez des affiches et organisez ou participez à une manifestation pour la Palestine. Organisez un événement ou une discussion communautaire. Trouvez votre ambassade israélienne la plus proche ici: https://embassy.goabroad.com/embassies-of/israel – ou organisez une activité dans un quartier populaire de votre ville. Écrivez-nous à samidoun@samidoun.net ou contactez-nous sur Facebook pour nous informer de votre action!
Boycott, Désinvestissement et Sanction. Tenir Israël pour responsable de ses violations du droit international. N’achetez pas de produits israéliens et faites campagne pour mettre fin aux investissements dans les sociétés qui profitent de l’occupation. En savoir plus sur bdsmovement.net
 
Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra