Partager :

Communiqué de Samidoun suite à la campagne contre la venue de la Résistante palestinienne Rasmea Odeh à Berlin ce vendredi 15 mars 2019 :

Après une campagne de harcèlement frénétique menée par les journalistes pro-apartheid, l’ambassadeur israélien et l’ambassadeur américain en Allemagne (tristement célèbre pour ses liens avec des groupes d’extrême droite), des responsables de Berlin ont déclaré vendredi soir, 15 mars, que le visa de cette ancienne prisonnière palestinienne et activiste de renom Rasmea Odeh serait annulé et l’interdiction de toute activité politique.

Les partisans de l’AFD, le parti d’extrême droite en Allemagne, profondément engagé dans une rhétorique anti-musulmane et raciste et avec une longue tradition d’accueil des révisionnistes de l’Holocauste, ont demandé l’annulation du meeting de Rasmea et la révocation de son visa. Bien entendu, l’AFD – qui aspire à imiter l’apartheid israélien – n’était pas seul, mais a été rejoint par le politicien vert Volker Beck, qui a fait sa carrière en attaquant des Palestiniens à la demande de l’État d’apartheid israélien et divers responsables de la ville de Berlin, notamment Le maire SPD de Berlin, Michael Müller.

Une campagne de harcèlement continue dirigée contre le lieu qui devait accueillir l’événement a été menée. La salle a été vandalisée et l’organisation à qui elle appartient a été soumise à de nombreuses menaces et appels téléphoniques menaçants et harcelants.

En dépit des dires de la police selon lesquelles l’événement pourrait effectivement se dérouler, Rasmea a été écartée par la police sur le chemin du meeting où elle devait prononcer son discours sur les femmes palestiniennes dans la lutte pour la libération.

Des centaines de policiers ont encerclé le site, tandis que 15 contre-manifestants sionistes pro-apartheid portaient des drapeaux israéliens. Parallèlement, environ 150 partisans de la justice en Palestine se sont rassemblés devant le site pour entendre les discours prévus de Rasmea Odeh et de Dareen Tatour.

Rasmea a été encerclée par la police qui lui ont remis une pile de documents en allemand déclarant que son visa avait été annulé. Ces documents étaient remplis d’allégations qui, apparemment, avaient été entièrement tirées de reportages sournois et inexacts de la part des médias de droite, comme une justification pour l’obliger à quitter le pays.

La police a ensuite suivi Rasmea à des kilomètres de distance, exigeant qu’elle se déplace dans la rue, la menaçant d’être arrêtée si elle ne continuait pas à se déplacer vers l’est de la ville, même longtemps après avoir quitté les lieux de l’événement.

Des tactiques de pression, d’intimidation et de répression ont été utilisées pour contraindre de nombreux lieux à annuler des événements mettant en vedette des orateurs palestiniens, notamment des menaces officielles de réduire le financement d’un centre communautaire iranien si celui-ci tenait un événement avec Manal Tamimi en septembre 2018. Cela va de pair avec l’annulation d’événements musicaux pour des groupes soutenant le BDS, la censure de DJ pour la Palestine et la pression exercée sur les lieux de spectacle et les universités pour qu’elles annulent les conférences et les événements traitant des droits et de l’existence des Palestiniens.

Les femmes palestiniennes et non palestiniennes qui ont participé à la Marche des femmes à Berlin ont été diffamées en personne et sur les médias sociaux pour avoir porté des pancartes reconnaissant que la Palestine était un problème féministe.

Rasmea Odeh a fait l’objet d’allégations répétées et non étayées d ‘«antisémitisme», que les médias n’ont même pas tenté de justifier, sauf par l’utilisation de l’étiquette «terroriste». Aucun des articles utilisant cette étiquette ne pouvait indiquer une déclaration, un message ou une conviction antisémite de la part de Rasmea; son engagement en faveur de la libération de la Palestine a été jugé suffisant pour porter cette allégation.

Il s’agissait clairement d’une attaque raciste contre le droit d’une femme palestinienne à parler et le droit de son auditoire de l’entendre. Au cours de sa vie, elle a été soumise à une violence d’État intense: agression sexuelle, torture, emprisonnement, expulsion. La suppression de son visa n’est que le dernier exemple de la violence d’État dirigée contre Rasmea Odeh afin d’empêcher que son message ne soit entendu, message qui a suscité le soutien d’Angela Davis, de Jewish Voice for Peace (États-Unis) et d’innombrables partisans de la justice dans le monde entier.

Il convient de noter qu’après la manifestation, enthousiaste et bien dirigée par des femmes et des jeunes, les participants – en particulier les jeunes Palestiniens – ont été suivis par la police et interrogés au sujet de chants lors de la manifestation (en particulier ceux défiant la politique étrangère allemande) ou sur leur relation avec Rasmea, même quelques heures après la fin de l’événement. Il s’agit d’une tentative d’intimider les jeunes impliqués dans le mouvement pour la justice en Palestine.

Nous exhortons les peuples de conscience du monde entier à soutenir la justice pour Rasmea Odeh et la justice pour la Palestine. Nous lancerons des appels pour des actions supplémentaires dans les prochains jours. Vos déclarations et messages de solidarité sont importants pour faire comprendre que le monde rejette les actions de l’État allemand.

La solidarité internationale est essentielle ! Veuillez envoyer vos déclarations de soutien à Rasmea Odeh à samidoun@samidoun.net.

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra – Photos : Afif El-Ali