Partager :

Huit jours après la grève de la faim annoncée par les prisonniers politiques palestiniens dans les prisons de l’occupation, un accord a été trouvé le lundi 15 avril 2019 entre l’administration des prisons de l’occupation et les représentants des prisonniers.

L’accord est intervenu après une série de pourparlers intensifs. Cela inclut l’arrêt du fonctionnement des brouilleurs de cellules nouvellement installés dans les prisons, ainsi que le fait de ne pas installer de nouveaux brouilleurs. L’accord prévoit également l’installation de quatre téléphones publics dans chaque prison, en donnant la priorité aux sections de femmes et de prisonniers malades. Selon l’accord, chaque prisonnier aura accès à trois appels par semaine, d’une durée de 15 à 20 minutes. Il convient de noter que l’installation de téléphones publics dans les prisons est une demande des prisonniers depuis plus de vingt ans. L’accord prévoyait également le transfert de prisonnières de la prison de Damoun dans une autre prison où les conditions étaient respectueuses des droits humains. Des prisonnières palestiniennes sont détenues à la prison de Damoun depuis octobre de l’année dernière. La prison n’a pas les conditions minimales de la vie humaine et est connue pour ses infrastructures vétustes. En outre, l’accord prévoyait le retour de tous les prisonniers transférés lors des récents raids de répression dans leurs sections précédentes. Il a également été convenu de mettre fin à l’isolement des prisonniers récemment placés à l’isolement et de fournir un traitement médical immédiat aux prisonniers malades et blessés. Ainsi, la grève de la faim des prisonniers s’achève, ce qui répond à des exigences importantes en matière de lutte des prisonniers et met fin à la dernière vague d’escalade des prisonniers. Une escalade qui a commencé avec les recommandations du comité Erdan, il y a sept mois.

Addameer affirme l’importance de l’accord conclu entre les prisonniers palestiniens et l’administration des prisons d’occupation. Addameer souligne également que la lutte des prisonniers pour leurs droits se poursuit jusqu’à ce que toutes les violations de l’occupation à leur encontre soient terminées. De même, Addameer appelle la communauté internationale à faire pression sur l’État occupant en prenant des mesures efficaces pour mettre fin aux violations contre les prisonniers palestiniens et pour protéger leurs droits en tant que personnes protégées par le droit international.

Source : Addameer – Traduction : Collectif Palestine Vaincra