Partager :

Plus de 200 Palestiniens ont été tués depuis le lancement de la Grande Marche du retour le long de la frontière entre Gaza et Israël le 30 mars 2018.

Les Palestiniens participant à la série de manifestations revendiquent leur droit de retourner sur les terres de l’autre côté de la frontière, où leurs familles ont été expulsées des décennies auparavant.

Un Palestinien sur trois à Gaza est un réfugié.

Les manifestants appellent également à la levée du blocus terrestre, maritime et aérien imposé à Israël par Gaza, qui en est à sa 12e année consécutive, ce qui a plongé le territoire dans la pauvreté et le désespoir.

Mohammed Zaanoun, membre du collectif photo Activestills, a documenté la Grande Marche du Retour depuis ses débuts.

Ici, les manifestants racontent leurs histoires et expliquent pourquoi ils reviennent à la frontière, semaine après semaine, malgré la répression brutale d’Israël.

Husam, 25 ans, de Khan Younis, sud de Gaza

Vendredi dernier, quand j’avais le drapeau palestinien peint sur mon visage, j’ai été frappé par une cartouche de gaz directement dans mon dos. J’ai été gravement blessé et transféré à un hôpital. Je suis maintenant soigné à la maison. Je souhaite récupérer pour pouvoir retourner [aux manifestations] vendredi prochain.

Malgré les meurtres et les blessures, j’y vais toujours. Je pense que je continuerai à participer même si cela dure neuf ans, pas seulement neuf mois. L’une des pires choses que j’ai vue est un des vendredis au cours desquels une soixantaine de personnes ont été tuées, alors que les soldats tuaient des jeunes au hasard et tiraient dans la tête et les jambes. C’était un jour horrible. Je me sentais comme dans un cauchemar.

C’était si difficile de ne pas pouvoir sauver l’un de mes camarades qui saignait au sol après avoir été blessé par un tireur d’élite israélien, puis il est décédé. Je ne comprends pas comment ils peuvent tuer des personnes non armées.

Après neuf mois, le monde ne fait toujours rien. Nous avons besoin qu’ils soient avec nous et qu’ils cessent de tuer les jeunes non armés par les forces d’occupation.

Ahmad, 24 ans, de la ville de Gaza

Je suis un jeune qui recherche la stabilité mais l’occupation a tué tous mes rêves et mes ambitions. C’est une occupation de l’esprit. Le défi dans ma vie est de trouver un emploi ou une opportunité. Nous nous associons aux manifestations car c’est notre terre et pour revendiquer nos droits.

Mais nous progressons grâce à notre résistance et à notre engagement à poursuivre la lutte populaire pacifique. Beaucoup de mes amis ont été martyrisés. Je vais continuer sur le chemin de mes camarades, même si tout est très difficile ici à Gaza.

J’ai été blessé plusieurs fois. Une fois par gaz lacrymogène et l’autre par balle. Mais je suis revenu sur le terrain.

Shireen, 20 ans, d’Al Shujaiya, à l’est de la ville de Gaza

Quand je vais aux manifestations, j’exprime la colère en moi. Nous sommes un pays assiégé dans une très petite zone de 360 ​​kilomètres carrés, à la manière d’une grande prison. L’une des pires choses que j’ai vue est celle où ma sœur a été blessée par une balle. Je ne savais pas ce qui s’était passé, seulement qu’elle saignait beaucoup.

Les femmes constituent la plus grande partie du mouvement populaire. Notre participation signifie que notre force en tant que nation provient des deux sexes.

Je n’ai rencontré aucune difficulté ni critique de qui que ce soit. Au contraire, nous avons trouvé un grand soutien des hommes, des familles et des amis pour notre participation en tant que femmes.

Avec la Grande Marche du Retour, le monde a pris conscience qu’un pays revendique ses droits et que nous ne resterons pas silencieux. Le monde devrait nous soutenir. Je veux vivre dans une société développée et libre, sans occupation, ni meurtre ni destruction. Nous recherchons la liberté et nous allons la saisir.

Ismail, 22 ans, du centre de Gaza

Je fais mon devoir envers ma patrie, je me joins donc à la Marche du Retour. Même si cela dure pour toujours, je continuerai à venir. Je pense que nous sommes sur le point d’atteindre nos objectifs malgré l’oppression et le siège. C’est une nouvelle façon de défendre nos droits et cela déstabilise les forces d’occupation.

Il n’y a pas d’avenir clair pour les jeunes. Je fais partie de la jeune génération qui souhaite avoir un avenir et rêve de belles choses comme tous les jeunes du monde. Nous sommes en état de siège depuis l’âge de 11 ans. J’ai grandi et j’ai appris le sens de ne pas être capable de trouver un emploi ou même de voyager.

J’ai été blessé à la tête par une cartouche de gaz et je suis resté un certain temps à l’hôpital avec beaucoup de mes amis. Certains d’entre eux ont perdu un membre et d’autres ont été blessés par des gaz, d’autres par une balle explosive dans l’estomac.

Je souhaite que le monde se place du côté de la justice et nous soutienne. Nous sommes forts et nous avons besoin qu’ils soient à côté de nous. Je souhaite un jour me réveiller et je trouve notre société enfin ouverte vers le monde arabe et occidental, dominée par l’amour et la stabilité.

Muhammad, 20 ans, d’Al Shujaiya, à l’est de la ville de Gaza

Je viens d’une famille pauvre. Je ne peux pas faire d’études à cause des conditions de vie épouvantables et du fait que mon père n’a pas les moyens de payer mes études. Je me joins aux manifestations chaque semaine parce que je crois que nous avons le droit de retourner dans les maisons que nous avons été forcés de quitter. Je n’étais pas en vie au moment où mes grands-parents ont été déplacés de chez eux. Mais aujourd’hui, j’affirme mon droit de retourner sur les terres de mes grands-parents.

Il n’y a pas d’avenir pour les jeunes à Gaza. C’est difficile de perdre des camarades dans la Marche du retour après que des tireurs d’élite leur aient tiré dessus avec des balles. Nous nous souvenons généralement de leurs derniers mots, ce qui nous pousse à continuer. J’ai été blessé deux fois, une fois sérieusement, mais j’ai retrouvé mes forces et j’ai rejoint la marche. Nous ne demandons rien au monde, mais nous regardons comment nous pouvons changer notre réalité de nos propres mains. Nous avons besoin de liberté et de stabilité. Nous voulons une patrie sans occupation.

Aya, 21 ans, de la ville de Gaza

Je sais que je pourrais être tuée par des tireurs d’élite israéliens, mais si je reste à la maison, le siège deviendra pire et le monde oubliera notre cause.

Nous [les femmes] sommes fortes, tout comme les hommes, et nous participerons au changement politique. Au lieu de critiques, nous avons reçu le soutien total des hommes, de la famille et des amis. Personne ne peut nous empêcher de prendre part aux manifestations.

À la Marche du Retour, vous êtes témoin de beaucoup de choses terribles. La journée la plus sanglante a été le 14 mai, pleine de scènes tragiques qui nous ont brisé le cœur lorsque nous avons vu des Israéliens tuer de jeunes gens de sang-froid. J’ai été blessé plusieurs fois et je me suis rétabli et je suis retourné pour prendre part avec mes amis. J’ai perdu des êtres chers, mais nous suivons leur chemin et nous nous rencontrerons au paradis.

Nous avons envoyé un message fort au monde entier pour qu’il nous soutienne et fasse pression sur l’occupant pour qu’il mette un terme à son oppression. Nous attendons que cela se produise et nous continuons à manifester.

Asma, 23 ans, de la ville de Gaza

Nous, les femmes, faisons une différence dans l’histoire de la lutte contre l’occupation. Nous nous assurons d’être toujours là parce que nous faisons partie de cette cause. Oui, les femmes ont un rôle dans la politique et la lutte. Les femmes et les hommes sont côte à côte et il n’y a aucune différence dans la façon dont nous affrontons les soldats. Je suis soutenu par ma famille, mes frères et amis et les hommes ne font aucune critique. Au contraire, ils nous soutiennent.

Nous avons perdu des martyrs et beaucoup d’autres ont été blessés. La seule chose que le monde fait, c’est qu’il condamne les meurtres excessifs, ce qui est très mauvais pour nous. Mais nous devons voir le monde assumer ses responsabilités envers la Palestine et Gaza.

Je suis impatiente de vivre dans une société caractérisée par la liberté et la culture et dans laquelle les femmes sont égales aux hommes, comme dans la Marche du retour.

Aya, 21 ans, de la ville de Gaza

J’y participe parce qu’il est de notre devoir de revendiquer tous nos droits, en tant que peuple palestinien, malgré les meurtres et les blessures. C’est la marche d’une nation.

Je demande à Avichay Adraee [le porte-parole de l’armée israélienne qui a conseillé aux femmes palestiniennes sur Twitter qu’il était préférable qu’elles restent à la maison] à s’asseoir à côté de sa femme au lieu de faire un discours idiot. J’ai été témoin de tant de scènes d’enfants tués et d’attaques contre des femmes, des médecins et contre la presse. Ma sœur aînée a été grièvement blessée, mais Dieu merci, elle a survécu et elle est revenue à la manifestation. Après tout ce temps, la marche du retour continue et ne s’arrêtera pas.

Je souhaite que le monde mette fin à l’oppression de l’occupation et à l’assassinat d’innocents non armés. Ce qui est difficile dans ma vie, c’est que je cherche un avenir dans l’obscurité. Je souhaite vivre dans une société comme toute autre société arabe ou occidentale où il n’y a pas de guerres ni de meurtres, seulement la justice, l’égalité, l’amour et la paix.

Raghda, 18 ans, de la ville de Gaza

Vivre à Gaza signifie que vous souffrez continuellement de longues coupures d’électricité et de l’impossibilité de faire vos devoirs, en plus du bruit des explosions. Mon rêve est de devenir médecin afin de sauver la vie de blessés.

Je me confronte avec les Israéliens à la frontière et je n’ai pas peur de leurs tirs. Le monde doit faire quelque chose pour sauver nos vies.

Hidaya, 39 ans, de la ville de Gaza

C’est notre droit de défendre notre terre. Je suis conscient des dangers auxquels nous sommes confrontés mais si je reste à la maison, c’est plus dangereux pour nous.

Mon plus jeune fils a été gravement blessé au ventre. J’ai demandé à Dieu de le garder en vie et, grâce à Dieu, il va bien et participe toujours à la Marche du Retour. J’ai été blessé deux fois et j’ai récupéré très rapidement.

Je m’attendais à ce que le monde fasse pression sur l’occupation, mais après que Trump a annoncé le déménagement de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, je me suis rendu compte que le monde encourageait les crimes contre les Palestiniens. Je souhaite que les nations se réveillent de leur sommeil et se lèvent contre l’occupation oppressive. Je souhaite que la Palestine soit libérée de l’occupation.

Source : Mohammed Zaanoun – The Electronic Intifada 22 avril 2019 – Traduction : Collectif Palestine Vaincra