Partager :

En ce 1er Mai – Journée Internationale de lutte des travailleurs – Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun salue les travailleurs palestiniens et les travailleurs du monde. C’est un jour de lutte pour la libération de la classe ouvrière de l’exploitation, du racisme, du capitalisme et de l’impérialisme – y compris la libération de la Palestine de l’occupation sioniste.

En Palestine, le 1er mai est une journée de lutte mettant en lumière le rôle de premier plan des travailleurs palestiniens dans le mouvement de libération. Le mouvement des prisonniers ne fait pas exception. en effet, la grande majorité des prisonniers palestiniens sont issus de la classe ouvrière et populaire, des camps de réfugiés et des villages, et ce sont ces travailleurs qui mettent leur corps et leur vie en danger pour la liberté.

Comme l’a écrit en 2017 le dirigeant palestinien emprisonné Kamil Abu Hanish: « Les fils et les filles des classes populaires de la Palestine, les travailleurs, les agriculteurs des villages, les réfugiés des camps, ont toujours été les dirigeants et le moteur de notre mouvement de libération nationale. Les classes populaires palestiniennes sont les militants de la liberté, les combattants et les résistants en première ligne, confrontés à l’occupation et à la colonisation sioniste en Palestine. Et ainsi, il est vrai que les classes populaires de Palestine occupent les rangs des prisons israéliennes, les bâtisseurs du mouvement des prisonniers palestiniens continuant sur le front de la résistance et construisant la révolution palestinienne en cours. »

Affiche révolutionnaire palestinienne classique du 1er mai. Artiste : Sleiman Mansour

Les grèves générales ont toujours été un mécanisme essentiel de la résistance palestinienne depuis les premières révoltes du peuple palestinien contre le colonialisme britannique, puis sioniste. Lors de la révolution de 1936, la grève générale de six mois des travailleurs palestiniens était à cette époque la plus longue du monde. Cela a continué au fil des ans, alors que les travailleurs palestiniens en exil construisaient le mouvement de libération palestinien et ses organisations, et que les travailleurs et les syndicats palestiniens dirigeaient l’organisation de la première Intifada. Les travailleurs de l’UNRWA et d’autres personnes vivant dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban ont ouvert la voie à la révolution moderne, alors que des dirigeants révolutionnaires tels qu’Abou Maher al-Yamani organisaient des réfugiés pour la libération et le retour sur la base de leur travail syndical avant la Nakba en Palestine.

Dans les années 50, des organisateurs syndicaux palestiniens en Palestine occupée de 48 ont été emprisonnés alors qu’ils tentaient de maintenir leurs organisations intactes sous la loi martiale. Sept dirigeants syndicaux palestiniens au moins ont été déportés de Cisjordanie entre 1969 et 1979. Ces attaques ont eu lieu alors que des Palestiniens incarcérés dans des prisons israéliennes se battaient pour mettre fin au travail forcé, une victoire remportée uniquement par de grands sacrifices. Omar Shalabi, un prisonnier syrien, a été tué sous la torture en octobre 1973 lors des manifestations contre le travail forcé israélien.

 

Affiche révolutionnaire palestinienne classique du 1er mai. Artiste : Yahya al-Sheik

Les travailleurs palestiniens sont régulièrement soumis à des formes d’emprisonnement coloniales, allant du ciblage politique des organisations de travailleurs à la criminalisation massive des Palestiniens à la recherche d’un emploi dans la Palestine occupée de 48. Les travailleurs palestiniens sont fréquemment arrêtés pour « entrée en Israël sans permis », alors que bon nombre de ces mêmes travailleurs sont des réfugiés palestiniens privés de leur droit de retourner dans leurs maisons et terres d’origine depuis 71 ans. Le siège et la soumission systématiques de l’économie palestinienne, depuis les textes des protocoles de Paris aux derniers attaques du gouvernement américain dirigé par Donald Trump, ont forcé des milliers de Palestiniens à chercher du travail avec ou sans permis, comme journalier, souvent dans le secteur de la construction.

À tout moment, environ 1 000 Palestiniens sont arrêtés, détenus ou condamnés à une amende pour avoir cherché à travailler dans leur propre pays; ils ne sont pas classés dans le système colonial israélien comme des prisonniers « de sécurité » et ne figurent donc pas dans les statistiques relatives aux prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes. Cependant, il est clair que tout dans la situation de ces travailleurs est profondément politique – ils sont emprisonnés pour leur existence palestinienne sur des terres palestiniennes, en particulier en tant que travailleurs palestiniens.

La campagne visant à exclure les travailleurs palestiniens a toujours fait partie du projet colonial sioniste. Cela a été reflété dans les principes fondateurs et la poursuite du fonctionnement de la Histadrut israélienne, une fédération  »syndicale » créée dans le but explicite de promouvoir la colonisation sioniste des terres palestiniennes et d’exclure la main-d’œuvre palestinienne. Malgré ses relations fraternelles avec l’AFL-CIO et d’autres grands syndicats dans le monde, il exploite les travailleurs palestiniens en Israël en les sous-payant tout en leur refusant des avantages. Son rôle est antérieur à la Nakba et continue de refléter cette relation coloniale. C’est pourquoi les travailleurs palestiniens et les militants de la solidarité syndicale ont appelé au boycott de la Histadrut par les fédérations syndicales internationales.

Les travailleurs palestiniens en exil continuent également de lutter contre l’exploitation et l’oppression. Au Liban, les réfugiés palestiniens se voient toujours refuser l’accès à plus de 70 professions, ce qui entraîne un chômage massif et un désespoir fréquent parmi la classe ouvrière. Les réfugiés palestiniens forcés de fuir en Europe, en Amérique du Nord et ailleurs depuis le Liban, la Syrie et la Palestine occupée sont confrontés à des politiques racistes et répressives qui entravent leur droit au travail et les menacent d’expulsion, de détention et d’exclusion.

Ils affrontent le racisme de «l’Europe forteresse» et la criminalisation envers les travailleurs réfugiés aux côtés de leurs collègues migrants et des travailleurs en quête de sécurité et de refuge contre les catastrophes militaires, sociales, environnementales et économiques imposées à leur pays d’origine par les États impérialistes qui nient ensuite leurs droits. Ils sont confrontés à une grave exploitation du marché noir. Malgré tout, ces travailleurs continuent de lutter, malgré toutes les difficultés, non seulement pour faire face au racisme et à l’exclusion dans les pays impérialistes, mais également pour s’organiser pour faire face à l’impérialisme et gagner leur libération.

Affiche révolutionnaire palestinienne classique du 1er mai.

L’occupation et l’oppression israéliennes sont le reflet de l’exploitation capitaliste de la classe ouvrière palestinienne, appuyée pleinement par les puissances impérialistes les plus puissantes et les plus dangereuses, en particulier les États-Unis. Cependant, ils font également face à des régimes réactionnaires arabes complices de l’exploitation et de la marginalisation des travailleurs palestiniens, même s’ils poursuivent la normalisation avec l’État israélien. Ils affrontent également les capitalistes palestiniens et l’Autorité palestinienne, formée en tant que sous-traitant de la sécurité pour l’occupation israélienne. La monarchie jordanienne a agi dans les années 1970 et 1980 pour réprimer les organisations syndicales dans l’intérêt des capitalistes palestiniens, tandis que les capitalistes ultra-riches palestiniens tels que Bashar al-Masri sont en première ligne pour promouvoir la normalisation et saper le boycott d’Israël.

[…]

À l’occasion de la Journée internationale des travailleurs 2019, nous répétons une nouvelle fois les propos de Kamil Abu Hanish, s’exprimant depuis une prison israélienne: « Aujourd’hui, nous vous appelons, militants pour la liberté et la justice dans le monde, les mouvements de travailleurs, les partisans du socialisme, les mouvements de révolution, pour intensifier votre soutien à notre lutte, au peuple palestinien et aux prisonniers palestiniens. Nous vous exhortons à agir pour isoler l’État d’occupation et le tenir pour responsable de 70 ans de crimes contre le peuple palestinien. Nous vous exhortons à intensifier et à construire le mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions contre l’État d’occupation et les entreprises telles que Hewlett-Packard et G4S qui tirent parti de son emprisonnement, de son apartheid et de son colonialisme. Les mouvements ouvriers, les mouvements des classes populaires, les mouvements des opprimés peuvent et doivent participer à cette bataille dans le monde entier, en tant que partie intégrante de la lutte contre le racisme, l’impérialisme et le capitalisme. »

Les mouvements syndicaux continuent de jouer un rôle de premier plan dans la croissance de la campagne de BDS (boycott, désinvestissement et sanctions), notamment le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, le Congrès des syndicats sud-africains, le Syndicat national des enseignants, l’Internationale des services publics, la Confédération des syndicats norvégiens (LO), la Confédération des syndicats nationaux du Québec, le Syndicat des travailleurs unis de l’électricité, le Congrès des syndicats écossais et d’autres organisations ouvrières en Irlande, aux Philippines, en Inde, en France, en Suède, en Belgique, au Pays basque, en Espagne , Galice, Brésil et plus encore. La solidarité des travailleurs internationaux avec la Palestine a une longue et fière histoire, y compris le rôle de premier plan des travailleurs de l’automobile noirs et arabes qui ont frappé en 1973 à Detroit contre l’achat par Israël de leurs obligations par leur syndicat. Ce mois-ci seulement, la Federatie Nederlandse Vakbeweging (FNV), le plus grand syndicat néerlandais, avec 1,1 million de membres, a abandonné HP en tant que partenaire dans ses offres à ses membres. Des sociétés telles que HP, G4S, AXA, Cemex et Puma continuent de jouer un rôle majeur dans la facilitation de l’occupation israélienne, tout en exploitant la main-d’œuvre ouvrière dans le monde entier.

Affiche révolutionnaire palestinienne classique du 1er mai. Artiste : Marc Rudin

Nous exhortons les organisations de travailleurs du monde entier à continuer de renforcer et de renforcer cette solidarité avec les travailleurs palestiniens, leaders de la lutte de libération palestinienne. Dans le même temps, nous exprimons également notre solidarité avec les travailleurs du monde en lutte, y compris les syndicalistes emprisonnés et les dirigeants des mouvements ouvriers qui sont emprisonnés ou qui sont menacés de mort et répressifs pour leur rôle dans la défense des travailleurs opprimés. De l’Inde aux Philippines en passant par la France, de la Colombie à l’Égypte et au Maroc, nous nous tenons aux côtés de ces mouvements de travailleurs ciblés par la répression. Nous saluons les combattants turcs et kurdes emprisonnés, non seulement dans les prisons turques, mais aussi dans les prisons européennes, souvent pris pour cibles pour leur rôle dans les organisations de travailleurs ou même pour leur défense devant les tribunaux. La libération de la Palestine est fondamentalement liée à la libération de tous de l’impérialisme, de l’exploitation et du capitalisme.

Lors de la Journée internationale des travailleurs 2019, ces luttes doivent devenir une occasion d’intensifier nos efforts pour soutenir les travailleurs palestiniens, notamment pour libérer les prisonniers. Nous pouvons soutenir cette lutte en exigeant que les syndicats boycottent la Histadrout et se joignent à la campagne de boycott, de désinvestissement et de sanctions visant à soutenir les travailleurs palestiniens dans une lutte collective pour la libération qui confronte le colonialisme, le sionisme, l’apartheid, l’exploitation et l’oppression dans toutes ses formes.

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra

Affiche révolutionnaire palestinienne classique du 1er mai. Artiste : Marc Rudin