Partager :

Du 6 au 29 mai, l’officine sioniste Hébraica organise dans la région toulousaine un festival du « film israélien ». Le timing ne manque pas d’ironie quand on apprend qu’un cessez-le-feu vient juste d’être signé dans la nuit du 5 au 6 mai entre la Résistance palestinienne et l’occupation israélienne après deux jours de raids israéliens qui ont fait 25 victimes palestiniennes, dont deux bébés.

L’objectif de cette opération politico-culturelle est clair. Derrière une programmation prétendument progressiste, ce festival vise à normaliser l’image d’Israël alors que le gouvernement d’extrême droite de Netanyahu vient d’officialiser dans la loi un régime d’apartheid en cours depuis sa création.

Opération d’autant plus flagrante quand on sait que ce festival est sponsorisé par le Fond Social Juif Unifié. Cet organisme a pour objectif de « renforce[r] les liens entre la France et Israël » et il est présidé par Arial Goldmann, promoteur de l’apartheid israélien en France et ancien vice-président du CRIF.

Le Collectif Palestine Vaincra défend le boycott culturel contre l’État colonial et raciste israélien. Nous dénonçons ce festival du film israélien et nous appelons les cinémas de Toulouse et sa région à ne pas se rendre complices de l’apartheid israélien en étant partenaires de cette opération.

Toulouse, 06 mai 2019