Partager :

Cette semaine, des Palestiniens se sont rendus dans les bureaux diplomatiques allemands à Ramallah, ville occupée par la population israélienne, et dans la bande de Gaza assiégée, pour protester contre la récente résolution du Bundestag allemand assimilant le BDS – boycott, désinvestissement et sanctions – à un mouvement antisémite.

Les manifestants de Ramallah ont remis mercredi une lettre signée par les représentants de 200 groupes de la société civile palestinienne condamnant « de la manière la plus sévère la résolution du parlement allemand, qui repose sur de véritables mensonges ».

https://twitter.com/steketeh/status/1131514685663195136

« Nous notons que la résolution a été publiée à l’occasion du 71e anniversaire de la Nakba, d’une catastrophe en arabe, d’un nettoyage ethnique systématique et délibéré de la Palestine et du déplacement de plus de 750 000 Palestiniens autochtones par des milices sionistes et, plus tard, par l’État d’Israël ».

Le BDS est un mouvement explicitement antiraciste inspiré de la campagne de solidarité internationale qui a permis de mettre fin à l’apartheid en Afrique du Sud.

Il appelle à une pression pacifique sur le régime d’occupation, le colonialisme et l’ apartheid israéliens – ainsi que contre les entreprises et les institutions complices – jusqu’à ce qu’Israël respecte pleinement les droits des Palestiniens et le droit international.

Plus de 40 organisations juives à travers le monde ont condamné « la confusion entre une hostilité envers les Juifs ou des préjugés à leur égard et des critiques légitimes de la politique israélienne et du système d’injustice de l’autre », rappellent ces groupes dans leur lettre.

 

Chœur de condamnation

 

Israël et son groupe de pression ont fait pression sur les gouvernements et les institutions du monde entier pour qu’ils adoptent des définitions de l’antisémitisme qui permettent de justifier plus facilement la diabolisation et la répression des militants qui demandent à Israël de respecter les droits des Palestiniens ou qui s’opposent à l’idéologie d’État israélien, le sionisme.

Le sionisme est raciste parce qu’il justifie l’expulsion et l’exclusion des Palestiniens de leur patrie par Israël, ainsi que ses attaques militaires violentes et sa discrimination, uniquement au motif qu’ils ne sont pas juifs.

« Avec cette résolution honteuse, le Bundestag porte atteinte au droit à la liberté d’expression , caractéristique des régimes non démocratiques et autoritaires, y compris le gouvernement d’extrême droite israélien », indique la lettre.

Le chœur de condamnation est venu de toute la société palestinienne.

Une autre lettre de la société civile palestinienne signée par des groupes de défense des droits des travailleurs et des droits de l’homme appelle les instances internationales à « dénoncer fermement et à rejeter publiquement la résolution du Bundestag et à l’empêcher de devenir loi. »

Des groupes chrétiens palestiniens se disent « attristés et désemparés » par la condamnation par le parlement allemand d’un mouvement qui « embrasse la logique des moyens pacifiques de résistance » contre l’occupation et les violations des droits de l’homme.

Même le comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine, l’organe représentatif qui est actuellement contrôlé par le leader de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a qualifié la résolution du Parlement allemand « d’attaque contre le peuple palestinien et ses droits légitimes et inaliénables ».

 

Le sionisme allié à l’antisémitisme

 

Bien que le vote au Bundestag soit non contraignant, il revêt un symbolisme supplémentaire car les élites allemandes vêtent leur hostilité envers les Palestiniens cherchant à se libérer de l’occupation militaire israélienne et de l’ apartheid comme une forme d’expiation pour le génocide des Juifs d’Europe dirigé par les Allemands.

En effet, les élites allemandes exportent leur culpabilité pour l’Holocauste et obligent les Palestiniens à payer le prix des crimes de leurs parents et grands-parents nazis.

Katherina von Schnurbein , « coordinatrice de la lutte contre l’antisémitisme » , a activement encouragé les États membres à assimiler l’opposition au sionisme à la bigoterie anti-juive, de l’autre :

Von Schnurbein a été honorée pour ses efforts par les partisans des crimes de guerre d’Israël.

Mais comme l’a récemment fait remarquer le professeur de l’Université Columbia, Joseph Massad , «la stratégie israélienne consistant à assimiler l’antisionisme à l’antisémitisme est en fait une stratégie visant à dissimuler et à détourner du vieil antisémitisme qui a toujours été un allié du sionisme. mouvement – une alliance qui remonte aux années 1890 et se poursuit encore de nos jours. »

Cette alliance se poursuit aujourd’hui avec l’adhésion des dirigeants israéliens à des dirigeants d’extrême droite antisémites tels que le président américain Donald Trump et le Premier ministre hongrois Viktor Orbán .

Les groupes de la société civile palestinienne appellent le Bundestag à abroger sa «résolution anti-palestinienne et anti-arabe» et à l’Allemagne de mettre fin à sa complicité dans « l’occupation illégale et l’apartheid par Israël en interdisant les produits et services de colonisation illégaux par Israël [et] en mettant fin à toute activité militaire commerce et recherche militaire avec Israël ».

Ils demandent également la suspension de l’accord d’association UE-Israël, qui accorde à Israël d’innombrables privilèges au sein de l’Union européenne.

 

Par Ali Abunimah, co-fondateur du site Electronic Intifada, publié le 24 mai 2019

Source : Electronic Intifada – Traduction : Collectif Palestine Vaincra