Partager :

Comme prévu, la dramatique politique sioniste s’est soldée par un échec retentissant pour Benjamin Netanyahu [la dissolution de la Knesset le 29 mai dernier], sans précédent dans la courte histoire de l’entité, ayant échoué tout au long de la période légale et son extension à la formation d’un gouvernement basé sur la coalition de droite. […]

Le drame de ces dernières heures ne s’est pas limité à la lutte des coqs entre Netanyahu et son ancien ministre [Lieberman – dirigeant de la formation Israël Beiteinou], mais s’est étendu pour révéler la profondeur du conflit politique et idéologique dans l’entité, et a révélé que Netanyahu était un politicien opportuniste bon marché qui avait la volonté de vendre ses alliés pour le pouvoir, les conséquences de ce qui s’est passé va au-delà de l’entité sioniste, à la Maison Blanche et au Bahreïn également.

Dans la situation sioniste interne, Netanyahu a donc connu un véritable échec, ce dernier a pris une double forme, la première étant son incapacité à mobiliser la droite pour former une coalition. Cependant, ce n’était pas prévu que Lieberman ait été capable de protéger sa base électorale et de le tuer rapidement. Sur la fermeté idéologique et ne pas se vendre à Netanyahu ou à un poste ministériel sans conditions, en pariant que ce poste renforcera sa base électorale en récompense de son poste et de son adhésion à la loi du recrutement.

Le drame se poursuivait, Netanyahu cherchant à attirer le parti travailliste dans une tentative considérée comme une sorte d’adolescence politique, pour tenter d’acheter le parti avec des promesses tout en sachant que la droite les rejettera, mais le parti travailliste a choisi de rejeter l’offre et de s’en tenir à son alliance avec Benny Gantz [membre de l’alliance Bleu-Blanc, coalition de différents partis sionistes].

Le geste de Netanyahou a enflammé la situation dans son alliance avec l’Orthodoxie extrémiste, qui considère que la proposition de Netanyahu d’accepter le plan de Lieberman d’un côté et son contact avec le parti travailliste de l’autre étaient une vente et un coup de poignard dans le dos. C’est certainement quelque chose qui se retournera contre lui dans la prochaine campagne électorale, affectant également la coalition, ses conditions et les possibilités de chantage politique.

D’autre part, la question est de savoir si Lieberman regardera les résultats de la prochaine Knesset à la télévision, comme l’a promis Smotrich [dirigeant de Droite unie], ou sera-t-il en mesure de renforcer son pouvoir d’entrer plus fort dans la compétition politique ?

Si ce scénario est susceptible de se produire, la possibilité que la politique sioniste ne se retrouve confrontée à une crise similaire n’est probable que si quelque chose incite Netanyahu à renoncer à Lieberman ou aux extrémistes, ce qui semble être le cas.

Une autre perspective improbable est que le rival le plus important de Netanyahu, Gideon Saar [député du Likoud], décide que son rival dirige le Likoud ou conteste l’accord avec Kahlon [dirigeant de Kulanu], que Netanyahu voulait éviter lors des élections internes. Dans ce cas, Gideon ou d’autres recevront le soutien de l’alliance Bleu-Blanc et de ses alliés, qui ont affirmé être prêt à former un gouvernement avec le Likoud sans Netanyahu.

L’autre côté de la crise se situe en dehors de l’entité sioniste, notamment en ce qui concerne la conférence de Bahreïn et l’accord du siècle, qui a été retardé jusqu’à perdre presque tout son élan. Le mariage Bahreïnite se tiendra sans épouse « israélienne » et sans gouvernement sioniste capable de prendre des décisions et sans aucun doute que cela choquera les régimes arabes qui courent vers la normalisation de leurs relations avec l’entité sioniste, la Maison-Blanche sera elle aussi choquée puisqu’elle court contre le temps, semblant devoir repousser indéfiniment l’accord, puisque aucun nouveau gouvernement sioniste sera constitué avant mi-octobre ou novembre au plus tard. En plus, Trump entre dans sa dernière année, les présidents américains n’exercent généralement pas d’activité externe importante au cours de l’année de leur réélection.

 

De Ahmed Mustafa Jaber, militant du Front Populaire pour la Libération de la Palestine et journaliste pour Al Hadaf News, publié le 30 mai 2019.

Source : hadfnews.ps – Traduction : Collectif Palestine Vaincra

 

Les résultats aux élections législatives du parlement de l’occupation sioniste au printemps 2019.