Partager :

La Conférence de Bahreïn dirigée par Jared Kushner, gendre et conseiller du président américain Donald Trump, vient d’être officiellement lancée dans la soirée du 25 juin à Manama, capitale du Bahreïn.
Les représentants de quelques régimes réactionnaires arabes, la dirigeante du FMI et différents industriels ont fait le déplacement. Ironiquement appelée « De la paix à la prospérité », cette rencontre est évidemment tout le contraire. L’objectif est l’annonce du volet économique de « l’Accord du siècle » américain qui prévoit la liquidation des droits palestiniens en échange de 50 milliards. Jared Kushner a d’ailleurs affirmé dans son discours d’ouverture « qu’il faut être clair, la croissance économique et la prospérité pour le peuple palestinien ne pourront être atteints sans une solution politique juste et durable, qui garantisse la sécurité d’Israël et respecte la dignité du peuple palestinien ». Autrement dit, abandonnez le droit au Retour des réfugiés et acceptez de vivre sur une partie microscopique de la Palestine historique et on vous fera un chèque… 

Face à cette énième provocation, toutes les organisations palestiniennes ont appelé au boycott de cette conférence et des démonstrations de masse ont eu lieu aujourd’hui en Palestine occupée, dans les camps de réfugiés et dans la diaspora.
A Gaza, une grève générale a été décrétée pendant les deux jours de la Conférence et a été largement suivie. Les rues de la ville de Gaza étaient désertes ce mardi matin. 

 

A Hébron en Cisjordanie occupée, des affrontements ont eu lieu entre la jeunesse palestinienne qui manifestaient son opposition à cette mascarade et les forces d’occupation israélienne. 

Pendant qu’à Jérusalem-Al Quds, une grande banderole contre la Conférence était déployée, des manifestations de masses étaient organisées à Naplouse et Bethléem. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban et en Jordanie, diverses initiatives étaient également organisées. Par exemple, une tente de solidarité a été mise en place par le Comité populaire dans le camp de Baqaa en Jordanie pour affirmer le rejet de l’accord du siècle et de la conférence de Bahreïn sur la normalisation.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans le camp d’Ein al-Hilweh au Sud du Liban, des drapeaux israéliens et US ont été brûlés par les réfugiés palestiniens en guise de protestation. A Beyrouth, ce sont des milliers de personnes qui ont protesté contre cette nouvelle étape vers la normalisation avec l’Etat sioniste. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De nombreuses initiatives ont également eu lieu dans la diaspora et notamment en Europe. A Londres, Copenhague, Berlin, Bruxelles et ailleurs, la communauté palestinienne s’est mobilisée contre cette attaque. A Bruxelles, un rassemblement était organisé où les participants n’ont pas manqué de dénoncer la censure organisée par l’Etat allemand contre l’écrivain palestinien Khaled Barakat