Partager :

Israël encourage activement et est prêt à faciliter l’émigration massive de Palestiniens de Gaza, selon un haut responsable du gouvernement.

« Israël est prêt à assumer les coûts liés à l’aide à l’émigration des citoyens de Gaza », et utiliserait potentiellement des bases aériennes en Israël à cette fin, a rapporté lundi le Times of Israel.

Le responsable anonyme de Kiev, membre de la délégation de Benjamin Netanyahu en Ukraine, a ajouté que plus de 35 000 Palestiniens avaient quitté l’enclave côtière l’année dernière.

Deux millions de Palestiniens vivent dans la bande de Gaza, qui fait l’objet d’un blocus économique sévère de la part d’Israël depuis 12 ans et de nombreuses offensives militaires.

Les habitants du territoire sont plongés dans la pauvreté et sont coupés du reste de la Palestine et du monde entier.

À Gaza, un Palestinien sur trois est un réfugié originaire de terres situées dans l’actuel Israël. Ce gouvernement leur interdit d’exercer leur droit de retour, conformément au droit international, car ils ne sont pas juifs.

Selon le Times of Israel, le haut responsable israélien aurait déclaré que son gouvernement demandait aux pays d’absorber les Palestiniens émigrant de Gaza.

« Le responsable a déclaré que le Conseil de sécurité nationale menait cet effort depuis environ un an, avec la bénédiction de Netanyahu », a ajouté le Times of Israel. Il a également été « discuté dans le cabinet de sécurité à plusieurs reprises ».

Selon la publication, aucun pays d’Europe ou du Moyen-Orient n’a accepté de participer à ce programme. Le responsable n’a pas précisé si d’autres gouvernements coopéraient.

La révélation est un exemple de la manière dont des idées supposées exister aux extrémités de la politique israélienne ne sont souvent pas très éloignées de la politique du gouvernement.

Lors de l’attaque israélienne de Gaza en 2014, Moshe Feiglin, alors vice-président du parlement israélien, a proposé un plan visant à «concentrer» les Palestiniens à Gaza dans des camps frontaliers et à «exterminer» ceux qui résistaient, tout en détruisant tous les logements et infrastructures civils.

Feiglin, qui représentait le parti Likoud au pouvoir de Netanyahu, a suggéré qu’Israël commencerait à rechercher des destinations d’émigration et des quotas pour les réfugiés de Gaza.

Augmentation de l’émigration de Gaza

L’émigration à partir de Gaza – y compris parmi les récents diplômés universitaires qui connaissent le taux de chômage le plus élevé au monde – est en augmentation.

Ce n’est un secret pour personne que les dirigeants israéliens ont des conceptions maximalistes sur l’ensemble de la Palestine historique. Rendre la vie insupportable pour contraindre les Palestiniens à quitter leurs terres est la principale motivation de nombreuses politiques israéliennes en Cisjordanie et à Gaza.

Mais les responsables israéliens ne l’avouent généralement pas et ne disent pas aux médias que les bureaux du gouvernement exécutent de tels plans.

Les groupes de défense des droits de l’homme ont longtemps déclaré que le blocus économique sur Gaza était un acte de punition collective imposé après que le Hamas eut pris le contrôle des affaires intérieures sur le territoire en 2007. Israël a déclaré qu’il s’agissait d’une mesure de sécurité.

Le Comité international de la Croix-Rouge a affirmé que le siège d’Israël était un acte illégal de punition collective.

Les critiques du blocus affirment que le siège d’Israël et les attaques militaires répétées contre Gaza ont pour objectif de briser la résistance à l’occupation.

Depuis le début de 2018, plus de 200 Palestiniens à Gaza ont été tués lors des manifestations de la Grande Marche du Retour appelant à la fin du siège par Israël. Ces manifestations ont également exigé que les réfugiés palestiniens soient autorisés à exercer leur droit de retour.

Les forces d’occupation israéliennes ont tué plus de 100 Palestiniens à Gaza en dehors du contexte des manifestations au cours de la même période.

Huit Palestiniens tués à Gaza

Samedi, trois Palestiniens ont été tués par un hélicoptère israélien et des tirs de chars le long de la frontière nord de Gaza-Israël.

Israël a affirmé que les hommes tués – identifiés par le ministère de la Santé de Gaza comme Mahmoud Adel al-Walayda, 24 ans, Muhammad Farid Abu Namous, 27 ans et Muhammad Samir al-Taramsi, 26 ans – étaient armés.

Les médias israéliens ont rapporté que la frappe meurtrière sur Gaza avait suivi le lancement de trois roquettes du territoire, ne faisant aucun blessé. Une roquette aurait également été tirée depuis Gaza vendredi et aurait été interceptée avant son arrivée en Israël.

Le meurtre des trois hommes porte à huit le nombre de Palestiniens de Gaza tués par Israël en une seule semaine.

Les forces d’occupation ont tué quatre Palestiniens armés alors qu’ils auraient tenté de franchir la frontière entre Gaza et Israël le 10 août.

Le lendemain, les forces israéliennes ont tué un autre Palestinien qui avait tiré sur des soldats alors qu’il tentait de franchir la frontière.

Lundi, des factions à Gaza ont averti Israël que la bande de Gaza était « un volcan sur le point de faire irruption ».

Maureen Clare Murphy  publié le 19 August 2019.

Source : Electronic Intifada – Traduction : Collectif Palestine Vaincra