Partager :

Les prisonniers palestiniens Mohammed Abu Aker et Mustafa Hassanat ont suspendu leur grève de la faim après avoir passé 36 jours sans nourriture le lundi 5 août, alors même que d’autres prisonniers se joignaient à la grève pour exprimer leur solidarité avec les Palestiniens, exigeant la fin de la détention administrative, la détention par Israël sans inculpation ni jugement. Huzaifa Halabiya, qui a lancé sa grève le 1er juillet avec Abou Aker et Hassanat, poursuit sa grève pour le 37ème jour malgré des conditions de santé de plus en plus critiques.

Selon l’accord en vertu duquel la grève a été suspendue, Abou Aker sera libéré dans trois mois et sa détention ne sera plus prolongée. Hassanat sera libéré dans six mois. La section pénitentiaire du Front Populaire de Libération de la Palestine a publié une déclaration saluant les prisonniers dans leur lutte et annonçant que d’autres prisonniers se joignaient à la grève. « Nous, vos camarades de la branche des prisons, considérons que chaque victoire remportée par la lutte des prisonniers est un clou supplémentaire dans le cercueil de la politique de détention administrative », affirme le communiqué. Un peu plus tôt, 20 prisonniers du FPLP avaient annoncé leur participation à la grève et 40 autres ont annoncé leur participation aux grèves de la faim.

Les premiers prisonniers à avoir annoncé leur participation aux vagues de grèves de solidarité étaient Raed Alayan Shafei, Nader Sadaqa, Moyad Issa, Saed Salameh et Bahaa Qaadan, tous détenus à la prison de Gilboa, ainsi que Hikmat Abdel-Jalil, Daoud Hermas et Hakim Awad. , Majdi al-Jarashi et Amjad al-Shobaki à la prison de Ramon; Ibrahim Abu Massad, Nadim Kanaan, Mohammed al-Hawarin et Mohammed Salah se sont joints à la grève dans la prison de Nafha. Dans la prison d’Ofer, Thaer Taha, Khaled Taha, Mohammed Maarouf, Mohammed Bargheeth, Mahmoud Saifi, Mohammed al-Affandi et Hassan Fatafta ont participé à la grève de la faim collective.

Après l’annonce de l’escalade de la grève, les forces répressives israéliennes ont envahi la prison d’Ofer , attaquant les sections 19 et 20, où des enfants prisonniers sont détenus avec des prisonniers adultes, le 4 août. Au cours des raids violents, les forces sionistes ont utilisé des gaz lacrymogènes et battu des prisonniers, ont saccagé leur chambre et en ont transféré certains prisonniers dans d’autres quartiers d’Ofer ou dans d’autres centres de détention situés en Palestine occupée.

En réponse aux attaques, six autres prisonniers ont rejoint la grève de la faim pour protester contre la répression et les transferts: Mohammed Tabnaja, Osama Odeh, Moataz Hamed, Thaer Hamayel, Rami Haifa et Shadi Shalaldeh. Les prisonniers à Ofer refusent les repas et ferment leurs sections, et l’administration de la prison se venge en fermant la laverie et la «cantine» (magasin de la prison).

Cinq autres prisonniers palestiniens sont également en grève de la faim; tous sont emprisonnés sans inculpation ni jugement en détention administrative. Les ordonnances de détention administrative, introduites en Palestine par le mandat colonial britannique et adoptées par l’État israélien, sont émises pour une durée maximale de six mois à la fois et sont renouvelables indéfiniment. Les Palestiniens peuvent passer des années en prison sans jamais voir la moindre preuve à leur encontre sous des ordonnances de détention administrative renouvelées à plusieurs reprises. Il y a environ 500 prisonniers palestiniens emprisonnés sans inculpation ni jugement en détention administrative sur un total d’environ 5 700 Palestiniens dans les prisons israéliennes.

Halabiya, 33 ans, originaire d’Abou Dis à Jérusalem, souffre d’une grave détérioration de sa santé au cours de sa grève. Il est un survivant de la leucémie qui a besoin d’un traitement médical et d’un suivi continus. Enfant, il a été brûlé sur la plus grande partie de son corps et a également besoin de soins continus d’un médecin. Depuis le début de sa grève, il a perdu au moins 16 kilos et souffre de douleurs intenses, de maux de tête, de vomissements et d’une grande faiblesse. Halabiya a été arrêté à son domicile le 10 juin 2018 par les forces d’occupation et enlevé à sa femme enceinte. il s’est vu refuser la possibilité de rencontrer sa fille de six mois, Majdal, alors qu’il était en détention administrative.

Ahmad Ghannam, 45 ans, qui est également un survivant de la leucémie et qui a besoin de soins médicaux continus après avoir reçu une greffe de moelle osseuse il y a deux ans, est en grève de la faim depuis 24 jours contre son incarcération, sans inculpation ni jugement. Il a lancé sa grève immédiatement après avoir été condamné à une peine de détention administrative deux semaines après son enlèvement par les forces de l’occupation israéliennes le 28 juin 2019. Sultan Khallouf, âgé de 38 ans, est en grève depuis 19 jours, Ismail Ali depuis 16 jours, Wajdi al-Awawda depuis 9 jours et Tareq Qa’adan depuis une semaine.

Le réseau Samidoun en Palestine occupée organise une manifestation le mercredi 7 août  pour la libération des prisonniers et pour soutenir leur grève de la faim, ainsi que pour se tenir aux côtés des réfugiés palestiniens au Liban qui luttent pour les droits civils, sociaux et politiques – et leur droit de retourner chez eux, en Palestine occupée. La manifestation aura lieu à 16h30, place Manara à Ramallah. Un certain nombre d’organisations, y compris les forces nationales et islamiques, ont appelé à une large participation à la manifestation.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun salue Mohammed Abu Aker et Mustafa Hassanat pour leur victoire sur la détention administrative. Il est plus urgent que jamais que les sympathisants et amis de la Palestine du monde entier se joignent aux manifestants dans les rues pour se tenir aux côtés de ces prisonniers courageux qui risquent leur vie pour la recherche de la liberté et la fin du système injuste de détention administrative. La solidarité internationale peut les aider à gagner leurs luttes. Ainsi, toute notre participation, nos protestations et nos pétitions peuvent jouer un rôle en les aidant à remporter la victoire de la justice et de la liberté.

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra