Partager :

Les deux manifestations qui se sont déroulées à Berlin les 16 et 17 août, à Berlin, ont donné lieu à des discours de l’écrivain et militant palestinien Khaled Barakat , qui a fait l’objet d’une interdiction politique de la part de l’État allemand l’empêchant de parler de la Palestine lors de tout événement ou activité publique. Barakat a fait appel de l’interdiction politique devant les tribunaux allemands, une démarche qui a assuré un engagement de ne pas renouveler l’interdiction politique quand elle aura expiré. Barakat a pris la parole lors de ces événements pour souligner l’urgence de la situation politique palestinienne actuelle et pour dénoncer la répression anti-palestinienne en Allemagne.

L’événement de samedi a été consacré à l’escalade de la répression politique dirigée contre la Palestine en Allemagne, associant ces attaques au racisme, à l’impérialisme et à la montée de l’extrême droite, tout en soulignant la complicité et l’implication active de partis soi-disant de gauche dans les tentatives de faire taire la défense de la Palestine. En plus de l’interdiction politique imposée à Barakat, des événements récents ont inclus l’expulsion de Rasmea Odeh, l’adoption d’une résolution anti-BDS au Bundestag, les poursuites pénales engagées contre des palestiniens et des militants juifs israéliens pour avoir interrompu un discours prononcé par un membre de la Knesset, la démission forcée du directeur du Musée juif, la fermeture du compte bancaire de Jewish Voices for a Just Peace et la désinvitation d’artistes internationaux qui ont pris position en faveur des droits des Palestiniens.

Charlotte Kates, la coordinatrice internationale de Samidoun, a ouvert l’événement en présentant un aperçu de la situation actuelle autour de l’activisme en faveur de la Palestine en Allemagne, en soulignant le lien qui existe entre le racisme, le colonialisme et les atteintes aux droits des Palestiniens. Elle a également présenté des photos historiques et des affiches reflétant l’implication passée des mouvements de gauche allemands des années 1970 et 1980 dans le soutien résolu à la lutte palestinienne, y compris des campagnes de premier plan pour le boycott d’Israël au moment de la première Intifada. Elle a également détaillé la nature politique de certaines des dernières attaques perpétrées contre les autorités allemandes à Barakat.

JUZI Gottingen, centre social de gauche, en 1988. Des slogans appellent à soutenir le peuple palestinien et à boycotter Israël.

Après l’expiration de l’interdiction politique, l’État allemand a réitéré les mêmes arguments, ajoutant des citations répétées à la résolution du Bundestag anti-BDS de mai 2019 dans un autre document publié le 1er août, déclarant que le permis de séjour de Barakat ne serait pas renouvelé. Ce document a également déclaré qu’évoquer Israël comme un « projet raciste » était « manifestement antisémite », sans toutefois citer le contenu antisémite dans les nombreux entretiens et discours cités par Barakat. Ce document déclare que les critiques sur la nature de l’État israélien ne peuvent être formulées « que lorsque le droit d’Israël à exister est reconnu », une exigence particulièrement raciste d’imposer cela à un Palestinien.

Barakat s’est concentré dans son propre discours sur la présentation d’une vision d’une Palestine libérée sur tout son territoire, de la rivière à la mer, embrassant une vision démocratique et inclusive pour un avenir révolutionnaire palestinien. Il a souligné qu’aucune interdiction politique ou mesure répressive ne l’empêcherait, ni plus fondamentalement le peuple palestinien et son mouvement de libération nationale dans son ensemble, de parler et de se battre pour la justice. Au lieu de cela, il a seulement rappelé une fois de plus que toute activité expressive du peuple palestinien et du mouvement de solidarité grandissant est considérée comme une menace existentielle par l’État sioniste ainsi que par les États impérialistes et colonialistes qui le soutiennent.

Il a réaffirmé le droit du peuple palestinien à résister à l’occupation et à rechercher sa libération par tous les moyens nécessaires, y compris la lutte armée, en soulignant les objectifs du peuple palestinien en matière de retour et de libération. Barakat a également souligné l’importance de la campagne BDS et du mouvement de boycott, en particulier au niveau international, dans la construction d’une solidarité matérielle avec la Palestine.

Mohammed Khatib, le coordinateur européen de Samidoun, a parlé de la nécessité de faire face aux politiques coloniales européennes en Palestine et dans le monde, en liant le colonialisme européen dans la région aux politiques anti-réfugiés et racistes au sein même de l’Europe. Il a souligné que la richesse de l’Europe provenait de l’exploitation des peuples colonisés du monde entier, y compris des personnes vivant à l’intérieur des frontières de l’Europe. Il a également insisté sur l’importance d’une approche claire, fondée sur des principes, pour soutenir la Palestine, déclarant fermement que ni le peuple palestinien ni lui ne reconnaîtraient « le droit d’Israël à exister » sur des terres volées, construit sur la dépossession et le déplacement du peuple palestinien. Comme réfugié palestinien du Liban, il a également parlé des mouvements populaires dans les camps au Liban et de l’importance de soutenir leur lutte pour la dignité et le retour.

Nadija Samour, avocate spécialisée dans les droits de l’homme et représentante de Barakat, a évoqué la situation juridique aux niveaux international et allemand, en fournissant une analyse complète des droits des États par rapport à ceux des citoyens et en soulignant les différentes formes d’attaques auxquelles les défenseurs des droits des Palestiniens sont confrontés en Allemagne aujourd’hui. Elle a souligné les problèmes fondamentaux en matière de droits de l’homme liés à cette répression, notamment les violations des obligations incombant à l’Allemagne en vertu du droit international et des conventions auxquelles elle s’est engagée.

L’événement s’est achevé par une discussion animée sur la nécessité de réunir des mouvements pour lutter contre toutes les formes de racisme et d’oppression, sur l’importance de faire face à l’impérialisme allemand et de lutter contre la répression politique grandissante. Les participants ont noté que le prochain festival Pop-Kultur à Berlin, co-parrainé par l’ambassade d’Israël, est au centre d’une campagne de boycott croissante, non seulement à Berlin mais aussi au niveau international, des artistes de conscience du monde entier refusant d’y participer. Ils ont discuté d’actions réussies de renforcement des mouvements, telles que la campagne de soutien à Rasmea Odeh, la réponse à la résolution anti-BDS et le bloc #BDSYes à la marche radicale queer, soulignant la nécessité de s’appuyer sur ces actions pour travailler politiquement, légalement et culturellement pour soutenir la libération palestinienne.

 

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra