Partager :

A la fin des années 1960, la Résistance palestinienne a connu une croissance importante : création du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) en 1967, multiplication des attaques de groupes de Fedayin contre l’Etat sioniste… L’essentiel de la Résistance palestinienne (Fatah et FPLP) est à l’époque basée en Jordanie, dans les camps de réfugiés palestiniens. Ceux-ci sont alors de véritables centres de formation politique et militaire, ce sont des zones libérées au sein de la Jordanie. La résistance palestinienne devient de plus en plus critique vis à vis du régime réactionnaire jordanien du roi Hussein, dénonçant sa volonté de normalisation avec Israël et les impérialistes.

Georges Habache, co-fondateur et secrétaire général du FPLP déclare alors : « Tout ce que nous voulons, c’est combattre Israël et rien d’autre. Mais le régime jordanien considère que notre seule présence dans le pays représente pour lui un danger (…) Pour nous, le roi Hussein est un dirigeant réactionnaire, chef d’un État réactionnaire et donc un obstacle. Et pour réussir notre Révolution, nous devons supprimer cet obstacle. »

Le 1er septembre 1970, le roi Hussein échappe de peu à une opération de la Résistance palestinienne. Le 6 septembre de la même année, le FPLP détourne en même temps 4 avions de ligne dans une opération appelée Dawson’s Field. Sur 4 tentatives de détournements, 3 réussissent. Le FPLP fera atterrir les avions en plein désert jordanien puis fera exploser les avions vides devant la presse internationale le 12 septembre. L’objectif de cette opération était de libérer des combattants palestiniens emprisonnés en Europe dans le cadre d’un échange avec les passagers et personnels du vol.

Explosion des 3 avions de l’opération de Dawson’s Field

 

Cette opération servira de prétexte au régime jordanien pour déclarer la guerre à la Résistance palestinienne. Le 17 septembre 1970, l’armée jordanienne intervient massivement contre les fedayins, et l’artillerie commence à bombarder les camps de réfugiés et les bâtiments qui abritent les organisations palestiniennes. Au bout de dix jours de pilonnages, les camps sont rasés.

La Syrie enverra des chars blindés afin de soutenir la Résistance palestinienne mais fait rapidement demi tour face aux forces israéliennes et américaines venues soutenir le régime jordanien.

 

Membres de la résistance palestinienne se défendant des attaques du régime jordanien

 

Les hostilités entre le régime jordanien et la Résistance palestinienne se poursuivront jusqu’en juillet 1971, date à laquelle une large partie de la Résistance palestinienne en Jordanie sera expulsée vers le Liban.

Cet épisode historique est un symbole de la lutte continue du régime jordanien contre la résistance palestinienne. Aujourd’hui encore, le régime jordanien coopère avec l’État sioniste, réprime les Palestiniens qui se battent contre la normalisation et pour leur droit au Retour en Palestine et interdit toutes les organisations palestiniennes sur son territoire.