Partager :

Shaaban est un enfant autiste âgé de 10 ans.

Il a besoin d’aide pour ses études et d’un traitement médical pouvant coûter jusqu’à 900 dollars par mois. Sans ses médicaments, il peut commencer à crier, a des difficultés à dormir la nuit et perd parfois même conscience.

Le père de Shaaban, Ibrahim, travaille comme concierge dans une école locale. Face au ralentissement économique général provoqué par le siège de Gaza par Israël, Ibrahim a vu son salaire mensuel baisser d’environ 450 dollars à 350 dollars ces dernières années.

Il doit s’occuper de quatre enfants, dont Shaaban. Et près de la moitié du salaire d’Ibrahim sert à payer un emprunt bancaire qui a été consenti pour la construction de la maison familiale.

Un problème supplémentaire est que la plupart des médicaments prescrits par Shaaban ne sont pas disponibles à Gaza.

« Je me sens impuissant », a déclaré Ibrahim. « Je ne peux ni me permettre ni trouver le médicament dont Shaaban a besoin. C’est trop dur. Je fais tout ce que je peux pour mon fils. Je ne sais pas ce que je peux faire de plus. »

Le Moniteur euro-méditerranéen des droits de l’homme, basé à Genève, a publié les résultats de sa recherche sur les enfants palestiniens atteints d’autisme en août. L’organisation a déclaré que la plupart des parents d’enfants autistes interrogés se sont plaints que le traitement leur coûtait trop cher, aucun soutien financier n’étant fourni par les autorités.

Image troublante

 

Le siège d’Israël – imposé depuis 2007 – a énormément affecté le système de santé de Gaza. Un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la santé indique que sur les 516 articles figurant sur la liste des médicaments essentiels à Gaza, près de la moitié disposait de moins d’un mois de stock en 2018. L’épuisement des stocks s’est aggravé de 15% depuis l’année précédente, ajoute le rapport.

Les données de 2019 brossent un tableau tout aussi inquiétant. En août, les stocks de 225 médicaments essentiels détenus dans le magasin central du ministère de la Santé de Gaza étaient épuisés à au moins 90%.

Rana Hussein, une infirmière de l’hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, a déclaré que plus de 60 médicaments anticancéreux n’étaient pas disponibles à Gaza. Les traitements pour le diabète et certaines affections rénales sont également difficiles à trouver.

« Il y a 250 patients atteints de thalassémie [une maladie du sang] qui manquent de médicaments », a déclaré Hussein.

 

Des améliorations ?

 

Les attaques fréquentes d’Israël contre des Palestiniens participant à des manifestations ont également pesé lourdement sur les hôpitaux de Gaza.

Nickolay Mladenov, émissaire des Nations unies pour le Moyen-Orient, a annoncé le mois dernier plus de 1 000 blessés dans l’attente d’un traitement de reconstruction des membres à Gaza. À moins qu’un tel traitement ne soit fourni, de nombreux membres pourraient être perdus à cause d’une infection.

Mladenov a affirmé que « certaines améliorations ont été ressenties » dans l’économie de Gaza au cours des derniers mois. Le chômage est tombé de 47% à 46,7%, a-t-il déclaré.

Les améliorations n’ont pas été ressenties par beaucoup de gens ordinaires. Et les observateurs des droits de l’homme ont attiré l’attention sur la manière dont une nouvelle méthode de calcul des données de chômage a été introduite en Palestine.

Gisha, un groupe faisant campagne contre les restrictions de mouvements, a estimé que le niveau réel du chômage à Gaza avait augmenté depuis l’année dernière.

Mahmoud est un chômeur âgé de 30 ans. Deux de ses enfants – Wissam, 8 ans, et Lina, 7 ans – souffrent d’épilepsie.

Wissam peut avoir jusqu’à cinq crises par jour. Il s’est cassé les dents et s’est blessé aux mains en tombant.

 

« Impossible de se payer »

 

Une dose de lévétiracétam – le principal médicament utilisé pour traiter l’épilepsie – coûte 150 $ par mois pour Lina et Wissam – lorsqu’elle peut être trouvée. « Ce traitement n’est souvent pas disponible dans les hôpitaux et les pharmacies de Gaza », a déclaré Mahmoud, qui n’a de toute façon pas les moyens d’acheter les médicaments.

La mère des enfants, Ghada, tente malgré tout de rester optimiste. « Après les nuages ​​noirs vient le soleil », dit-elle.

« J’aimerais que ce soit moi [qui souffrais d’épilepsie], pas vous », a-t-elle ajouté en regardant ses enfants.

Imam Abdulrahman, aujourd’hui âgé de 23 ans, a reçu un diagnostic de maladie cardiaque en 2016. Depuis lors, il a subi une opération de remplacement de la valve aortique.

Il est essentiel qu’il prenne des médicaments régulièrement pour réduire le risque de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral. Comme beaucoup d’autres à Gaza, lui et sa famille n’ont pas les moyens de payer leurs factures médicales.

En l’absence d’un emploi fixe, Abdulrahman travaille occasionnellement dans la construction ou comme femme de ménage.

Il s’appuie principalement sur les prestations sociales versées à son père par l’Autorité palestinienne, dont le siège est situé en Cisjordanie occupée. Les paiements s’élèvent à 400 $ et ne sont émis que tous les trois mois.

« Ce n’est pas assez d’argent », a déclaré Abdulrahman. « Il m’est impossible d’acheter des médicaments pour m’aider à vaincre ma maladie. »

 

Yousef M. Aljamal est un écrivain basé à Gaza. Twitter: @YousefAljamal .

Reportage supplémentaire par Mustapha Aljamal.

 

Source : Electronic Intifada – Traduction : Collectif Palestine Vaincra