Partager :
Un nouveau rapport de l’association de soutien aux prisonniers palestiniens Addameer a révélé que plus de 25 Palestiniens, arrêtés au cours des derniers mois, ont été soumis à des tortures brutales dans les centres d’interrogatoire israéliens.
Lundi 23 décembre lors d’une conférence de presse, l’association a révélé que 95% des personnes arrêtées ont été soumises à différents types de torture et que la plupart d’entre elles n’avaient aucun lien avec des activités militaires. Elles ont été accusées de participer à des activités politiques et sociales non violentes.
Addameer a déclaré que l’occupation tentait de s’attaquer à toutes les formes d’activités politiques et syndicales dans toute la Palestine.
Dans le même contexte, Addameer a déclaré que Samer Arbeed avait été évacué vers l’hôpital Hadasah quelques heures seulement après son arrestation sans en informer son avocat ou sa famille. Cependant, les Israéliens ont dû informer l’avocat d’Arbeed de son état lorsque sa vie est devenue en danger.
Addammer a confirmé que les rapports médicaux de l’hôpital révélaient que Samer Arbeed avait une insuffisance rénale due à des coups violents. Il a également eu 11 fractures et décomposition musculaire. De plus, il a perdu ses ongles d’orteil après avoir été torturé en utilisant la méthode du «Shabeh», qui consiste à enchaîner les mains et les jambes du détenu à une petite chaise pendant des périodes prolongées, inclinées vers l’avant pour que le détenu ne puisse pas s’asseoir dans une position stable.
L’ONG a assuré avoir réussi à obtenir le dossier médical d’Arbeed, mais les médecins n’ont pas pris de photos des signes de torture sur son corps, ce qui prouve qu’ils sont de connivence avec le Shin Bet israélien.
Dans un autre cas, Addameer a révélé que des soldats israéliens avaient délibérément arraché des dents de Qassam Barghouthi lors de son arrestation. Barghouthi a été opéré pour soigner les parties blessées plus tard, cependant, les interrogateurs ont continué à lui donner des coups de pied sur ses parties blessées, le faisant saigner à plusieurs reprises.
Barghouthi a également été soumis à des tortures psychologiques lorsque sa mère, Widad Barghouthi, a été arrêtée pour lui extorquer ses aveux avec force.
Mays Abu Gosh, une étudiante en journalisme de 20 ans, a également été torturé pendant son interrogatoire. Elle a été torturée en utilisant la méthode «Shabeh» et elle a été accusée d’avoir participé à des activités étudiantes à l’Université de Birzeit.
Source : Quds News et Addameer – Traduction : Collectif Palestine Vaincra