Partager :

La parlementaire palestinienne de gauche et féministe Khalida Jarrar, âgée de 56 ans, devrait être traduite devant un tribunal militaire israélien à la prison d’Ofer et à la base militaire près de Ramallah, dans les prochains jours. Emprisonnée depuis le 31 octobre, lorsque plus de 70 soldats d’occupation israéliens armés ont envahi son domicile, la leader politique et défenseure des droits des Palestiniens de renommée internationale est accusée de « tenir une position dans une organisation interdite », le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP). Comme tous les grands partis politiques palestiniens, le FPLP de gauche est qualifié « d ‘organisation interdite » par l’occupation israélienne.

Jarrar et plusieurs autres prisonniers palestiniens ont été la cible d’une campagne officielle de diffamation menée par le Shin Bet dans les médias israéliens ces derniers jours, alors que l’agence a vanté et sensationnalisé son arrestation présumée de 50 militants associés au FPLP.

Comme l’a noté Gideon Levy dans Ha’aretz, «cet acte d’accusation, qui comporte une clause et ne fait qu’une page, il est obligatoire de le lire. Il expose la vérité nue – et troublante – sur les autorités d’occupation israéliennes et les appareils de sécurité, mais aussi sur les médias du pays, leurs laquais liés. Il ne s’agit pas seulement d’une histoire de tyrannie dans les territoires, pas seulement du fait que Jarrar, comme des milliers d’autres Palestiniens, est un prisonnier politique à tous égards – comme le procureur militaire lui-même l’admet cette fois. Il ne s’agit pas seulement du fait qu’Israël se permet d’arrêter des élus palestiniens sans aucune inhibition. Tout aussi inquiétante est la mobilisation aveugle et instinctive des médias israéliens au service de la propagande de l’establishment sécuritaire. »

Les attaques contre Jarrar dans les médias israéliens se sont intensifiées au moment où le procureur en chef de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, a annoncé qu’elle recommandait à la CPI d’ouvrir une enquête officielle sur les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité israéliens en Palestine. Jarrar est membre du comité palestinien qui a adhéré au Statut de Rome et à la CPI et présenté des preuves à l’organisme international sur les crimes israéliens en cours. Cela s’est également produit alors qu’elle se préparait à enseigner à l’Université de Bir Zeit sur le droit international et le mouvement palestinien, parallèlement au ciblage d’étudiants pour leur propre activité politique et étudiante sur le campus.

Alors que les avocats palestiniens d’Addameer représentant Jarrar et ses codétenus ont été réduits au silence par un bâillon leur interdisant de parler des cas de plusieurs Palestiniens emprisonnés par Israël – y compris ceux soumis à de graves tortures, comme Samer Arbeed – le Shin Bet a publié des communiqués de presse sensationnalistes. à propos de Jarrar et de ses codétenus.

Comme l’a noté Levy, le dossier d’accusation contre Jarrar indique clairement que sa détention, comme celle de milliers de compatriotes palestiniens (y compris ceux détenus comme combattants de la liberté dans la résistance) est entièrement politique. Plus précisément, elle est accusée d’être « directrice ou assistante de l’administration d’une association illégale, ou d’avoir occupé un poste ou un statut quelconque dans une association illégale ou sous ses auspices ».

Les attaques contre Jarrar sont également survenues alors que son cas a été souligné dans un rapport publié par Human Rights Watch. Le rapport, qui couvre également le cas de l’artiste Hafez Omar et du défenseur des droits humains Najwan Odeh, passe en revue la longue et continue histoire de la persécution de Jarrar par l’État d’occupation israélien.

La dernière arrestation de Jarrar intervient seulement huit mois après sa libération de 20 mois d’emprisonnement israélien sans inculpation ni jugement en détention administrative après avoir été saisie par les forces d’occupation en 2017. Pendant son emprisonnement, elle a joué un rôle de premier plan dans le soutien à l’éducation de ses compatriotes palestiniennes emprisonnées avec elle, en particulier les filles mineures se préparant pour leurs examens de lycée à qui ont refuse souvent un enseignant. Elle a organisé des cours pour ses codétenues sur les principes du droit international des droits de l’homme. Plus de 275 organisations ont signé un appel international pour sa libération .

En 2014, elle a résisté – et gagné – à une tentative israélienne de la déplacer de force de son domicile familial à el-Bireh à Jéricho. Seulement neuf mois plus tard, en avril 2015, elle a été arrêtée par les forces d’occupation israéliennes et condamnée à une détention administrative, un emprisonnement sans inculpation ni jugement. Après un tollé mondial , elle a été traduite devant les tribunaux militaires israéliens et a fait face à 12 accusations sur la base de son activité politique, allant jusqu’à des discours à des événements en soutien aux prisonniers palestiniens. Elle a purgé 15 mois dans une prison israélienne – et n’a ensuite été libérée que 13 mois avant son arrestation en 2017 .

Jarrar est une défenseure de longue date de la liberté des prisonniers palestiniens et a été l’ancienne vice-présidente et directrice exécutive d’Addameer. Membre du Conseil législatif palestinien (PLC) élue au sein du Bloc de gauche Abu Ali Mustafa, associé au Front populaire pour la libération de la Palestine, elle a présidé le Comité des prisonniers du PLC.

Le cas de Jarrar, ainsi que celui d’étudiants emprisonnés comme Mays Abu Ghosh, Shatha Hassan (présidente du conseil du conseil des étudiants de Bir Zeit) et Samah Jaradat, a une fois de plus mis en évidence les difficultés des femmes palestiniennes détenues. Il y a actuellement environ 41 Palestiniennes détenues , dont quatre sont maintenues en détention administrative sans inculpation ni jugement: Hassan, Bushra Tawil, Shurouq al-Badan et Alaa al-Bashir.[…]

Comme Yafa Jarrar, la fille de Khalida, l’a fait remarquer : « La pression internationale a fait la différence dans la rapidité avec laquelle maman est libérée dans le passé. »

Les 5 000 prisonniers politiques palestiniens ont besoin de votre soutien dans leur lutte pour la justice et la liberté. Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, appelle tous les amis de la Palestine, les organisations de femmes et les partisans de la justice sociale à se joindre à la campagne pour libérer Khalida Jarrar et ses codétenues palestiniennes. Ensemble, nous pouvons vaincre les tentatives israéliennes de faire taire, salir et isoler Khalida en soutenant son travail, en faisant connaître son cas et en exigeant sa libération.

 

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra