Partager :

Le rapport suivant a été publié le 30 décembre 2019 par des institutions et associations de prisonniers palestiniens (Société palestinienne des prisonniers, Commission des affaires des prisonniers et Addameer). Le Collectif Palestine Vaincra a traduit le rapport en français à partir de la traduction anglaise du réseau de solidarité aux prisonniers palestiniens Samidoun.

 

En 2019, les forces d’occupation israéliennes ont arrêté plus de 5500 Palestiniens des territoires palestiniens occupés; parmi eux, 889 enfants et au moins 128 femmes.

 

Les institutions palestiniennes pour les prisonniers et les droits de l’homme, la Société palestinienne des prisonniers, l’association Addameer, la Commission des affaires des prisonniers, indiquent que le nombre de prisonniers et de détenus palestiniens dans les prisons d’occupation à ce jour est d’environ 5000, dont 40 femmes, environ 200 enfants détenus et 450 Palestiniens en détention administrative, emprisonnement israélien sans inculpation ni jugement.

 

Le rapport suivant vise à faire la lumière sur la réalité des détenus dans les prisons d’occupation ainsi que sur les actes répressifs les plus importants exercés contre eux par les autorités d’occupation en 2019.

 

La torture est une politique d’occupation permanente contre les prisonniers palestiniens

 

En 2019, les forces d’occupation israéliennes ont continué à utiliser la torture comme instrument de vengeance et de coercition contre les prisonniers pour les dépouiller de leur dignité humaine et, surtout, les contraindre à faire des aveux pendant la période d’interrogatoire. Selon l’enquête, 95% des détenus sont soumis à la torture, dès le moment de leur arrestation, par le biais d’interrogatoires ou même après leur transfert dans des centres de détention.

 

Parmi les formes de torture utilisées lors des interrogatoires, on peut citer : la privation de sommeil par le biais de séances d’interrogatoire continues pouvant durer jusqu’à 20 heures à la fois, contraindre le détenu pendant la période d’interrogatoire dans des positions de stress douloureuses ou inconfortables, resserrer les liens afin d’empêcher le sang de circuler vers le mains et pieds, coups, gifles, coups de pied, violence verbale et humiliation, en plus des menaces d’arrestation d’un membre de la famille du détenu, des menaces d’agression sexuelle contre les détenus et les membres de leur famille, des menaces de démolition du domicile ou de ciblage des membres de la famille pour assassinat, refus d’accès aux toilettes, douches ou changement de vêtements pendant des jours ou des semaines, exposition à un froid ou à une chaleur extrême, exposition à un bruit continu et fort et d’autres pratiques similaires.

 

Il y a d’autres méthodes qui sont utilisées dans le soi-disant interrogatoire « militaire », utilisé dans les cas étiquetés « bombes à retardement » par l’occupation pour fournir une prétendue justification légale aux forces d’occupation sous la rubrique « nécessité de la défense ». Incluant l’utilisation de positions de stress pendant de longues périodes, lorsque le détenu est obligé de se pencher en arrière sur une chaise ou étiré à la manière d’une «banane», pliant le dos en face du corps; l’utilisation de la «fausse chaise», forçant les détenus à s’accroupir ou à rester debout pendant de longues périodes, les genoux pliés et dos contre le mur; une pression intense appliquée à diverses parties du corps; secousses violentes et suffocation par divers moyens, ainsi que par d’autres tactiques.

 

Les détenus sont également maintenus en isolement pendant de longues périodes dans de petites cellules sans fenêtre et très froides. Ils sont privés de sommeil et d’hygiène de base, de nourriture et de boissons propres. Ce type d’interrogatoire a entraîné la mort de dizaines de prisonniers. Depuis 1967, 73 prisonniers palestiniens ont été tués par la torture sous occupation.

 

Au cours de l’année 2019, les établissements pénitentiaires ont reçu des dizaines de témoignages de détenus soumis à de graves tortures, en particulier ceux arrêtés après le mois d’août. Le plus important de ces cas est celui du prisonnier Samer Arbeed.

 

Le cas du prisonnier Samer Arbeed

 

Samer Arbeed, 44 ans, a été arrêté par les forces spéciales d’occupation devant son lieu de travail le mercredi 25 septembre 2019, où il était accompagné de sa femme. Les soldats ont commencé à le battre avec leurs armes.

Après son arrestation, les forces d’occupation ont empêché les avocats de lui rendre visite. Deux jours après son arrestation, le 27 septembre 2019, Samer est arrivé à l’hôpital, inconscient, avec 11 côtes fracturées, des ecchymoses et des signes de coups sur tout le corps, ainsi qu’une insuffisance rénale aiguë, provoquant une grave crise de santé. Pendant son séjour à l’hôpital, il a eu besoin d’une aide respiratoire en raison de la gravité de sa douleur lors de la respiration et a développé une pneumonie. Le 25 octobre 2019, le journal israélien «Maariv» a publié que Samer avait été exposé à des gaz lacrymogènes dans sa chambre à l’hôpital israélien de Hadassah, en raison de la libération de gaz par l’un des geôliers qui l’accompagnaient à l’intérieur de la pièce. Notez qu’il était et est toujours dans une situation sanitaire délicate. Les forces d’occupation ont caché cette affaire à l’avocat de Samer et à sa famille. Pendant cette période, l’avocat n’a pas été autorisé à lui rendre visite pour des raisons inexpliquées.

Il convient de noter que les pratiques violentes et illégales utilisées contre les détenus palestiniens interrogés sont en conflit direct avec le droit international, y compris l’article 2 (1) de la Convention des Nations Unies contre la torture, qu’Israël a signée le 3 octobre 1991. Elle requiert tout État partie à interdire le recours à la torture et aux pratiques connexes.

 

La détention administrative est une politique systématique et continue de l’occupation

 

Les autorités d’occupation israéliennes ont constamment utilisé la politique de détention administrative contre le peuple palestinien de 1967 à nos jours. Au cours de l’année 2019, 1035 ordonnances de détention administrative ont été rendues.

 

Les forces d’occupation israéliennes utilisent la politique de détention administrative pour détenir des civils palestiniens sans inculpation ni procès spécifiques. À la fin de 2019, il y avait environ 450 détenus administratifs dans les prisons d’occupation, dont quatre enfants et quatre femmes, dont les plus récents étaient les ordonnances de détention administrative émises au cours du mois de décembre contre les journalistes Bushra al-Tawil et Shatha Hassan, étudiante à l’université de Bir-Zeit.

 

Les forces d’occupation israéliennes exercent une détention administrative en émettant des ordonnances de détention allant d’un à six mois, qui sont indéfiniment renouvelables. Ces ordonnances sont émises sur la base de preuves secrètes, et les détenus et leurs avocats ne peuvent pas voir ces preuves. Ils sont généralement utilisés en cas de manque de preuves suffisantes en vertu des ordres militaires imposés par l’occupation en Cisjordanie qui sont utilisés pour arrêter les Palestiniens et les traduire devant les tribunaux militaires. Cette pratique est une violation fondamentale du droit d’un détenu à connaître les charges retenues contre lui, l’un des piliers d’un procès équitable.

 

Avant la deuxième Intifada, il y avait 12 détenus administratifs. Début 2003, ce nombre atteignait 1 000 détenus administratifs. Cela confirme que l’occupation utilise la détention administrative comme une forme de punition collective contre le droit du peuple palestinien de résister à l’occupation, droit garanti par les normes internationales.

 

La détention administrative, telle que pratiquée par la puissance occupante, est arbitraire et illégale. Selon le droit international, la détention administrative ne peut être autorisée que s’il existe une menace claire et précise pour la sécurité de l’État. Par conséquent, il ne peut pas être utilisé systématiquement ou pour des périodes de temps illimitées.

 

Plus de 50 prisonniers font des grèves de la faim contre la politique de l’occupation

 

Ces mesures répressives ont conduit les détenus à affronter leurs geôliers par le biais de grèves de la faim, alors que plus de 50 détenus ont entamé des grèves de la faim en 2019 en opposition aux politiques de l’administration pénitentiaire et des services de renseignement du Shin Bet. La question de la détention administrative était la principale préoccupation des prisonniers, outre la négligence médicale, l’isolement, le transfert arbitraire, la répression et la torture dans les centres d’interrogatoire.

 

Par rapport à l’année précédente, nous constatons une escalade notable de ces grèves de la faim individuelles. La plupart de ceux qui ont entamé des grèves de la faim sont d’anciens prisonniers qui ont passé des années dans les prisons d’occupation et les centres de détention, la plupart en détention administrative, et certains d’entre eux qui ont mené plusieurs grèves pendant leurs années d’arrestation.

 

L’administration pénitentiaire israélienne a continué d’appliquer une série de mesures de rétorsion contre les prisonniers en grève dans le cadre d’une politique systématique, dans le but de mettre un terme à leurs grèves, notamment : refus de visites familiales, entrave à la communication avec les avocats, transfert fréquent d’un centre de détention à un autre et isolement dans des cellules qui ne conviennent pas à la vie humaine. Les grévistes sont détenus dans leurs cellules 24 heures sur 24 et, même lorsqu’ils sont transférés dans des hôpitaux civils, ils continuent de subir des traitements sévères, y compris leur enchaînement continu au lit, ce qui leur fait encore plus mal.

 

Les forces d’occupation retardent délibérément leurs réponses aux demandes des prisonniers en grève, ce qui les conduit à des situations de santé dangereuses, qui peuvent souvent avoir des effets à long terme sur la santé et la vie des détenus en grève.

 

Les tribunaux militaires de l’occupation sont le principal outil pour consolider la politique de détention administrative et pratiquer des formes supplémentaires de représailles. Ils exécutent et mettent simplement en œuvre les décisions des services de renseignement du Shin Bet. Cela ressort clairement de toutes les décisions rendues dans diverses affaires contre les prisonniers en grève.

 

Dans la plupart des cas, les détenus qui ont entamé une grève de la faim contre leur détention administrative ont suspendu leur grève après des accords ou des engagements clairs de fixer une limite à leur détention administrative et une date pour leur libération.

 

Le cas d’Ahmad Zahran: deux grèves en un an

 

Le prisonnier gréviste Ahmad Zahran, du village de Deir Abu Mishaal, a mené deux grèves contre sa détention administrative en 2019. La première grève a eu lieu au mois de mars et a duré 39 jours. Il a suspendu sa grève sur la base d’une promesse de libération. Au lieu de cela, l’administration de la prison d’occupation l’a informé avant la date de sa libération prévue qu’un nouvel ordre de détention administrative serait émis contre lui. Cela a incité le détenu à reprendre sa grève en septembre 2019. Il continue de faire grève à la date de publication de ce rapport.

Le tribunal militaire dans son cas n’appliquait clairement que les ordres de l’agence de renseignement Shin Bet. Après la délivrance de la dernière ordonnance de détention administrative de quatre mois, le tribunal continue de retarder sa réponse à l’appel formé par le prisonnier contre la confirmation de l’ordonnance, en affirmant par les procureurs militaires qu’ils présenteront de nouveaux éléments de preuve contre lui. Zahran a récemment été interrogé alors qu’il était en grève de la faim depuis plus de 90 jours afin de justifier son maintien en détention sans inculpation ni jugement.

 

Étapes collectives de la lutte des prisonniers, y compris une grève de la faim

 

Les prisonniers palestiniens dans les prisons d’occupation ont lancé des mesures de lutte contre diverses pratiques répressives des autorités d’occupation. La plus importante de ces luttes a été contre l’installation de dispositifs de brouillage installés par l’administration pénitentiaire d’occupation en tant que décision politique, et les détenus ont exigé l’installation de téléphones publics, une exigence historique du mouvement palestinien de grève de la faim collective.

 

Un autre objectif de ces étapes de lutte à l’intérieur de la prison était de répondre aux attaques des forces répressives, qui se sont intensifiées depuis le début de 2019. Des dizaines de prisonniers ont été blessés lors de ces raids, le plus sévèrement dans les prisons du désert d’Ofer et du Néguev.

 

La lutte la plus visible a eu lieu en avril 2019, où les prisonniers ont lancé une lutte par étapes progressives et croissantes. Des dizaines de prisonniers ont entamé des grèves de la faim, ainsi que des grèves de soutien collectif tournantes lancées par beaucoup d’autres en faveur d’un groupe de détenus administratifs effectuant des grèves individuelles.

 

Martyrs du mouvement des prisonniers en 2019

 

Cinq prisonniers ont perdu la vie dans les prisons d’occupation israéliennes depuis 2019. Ils ont été tués par des politiques systématiques de torture et de morts lentes mises en œuvre durant des années contre eux, que ce soit en retardant ou refusant un traitement médical, en utilisant l’accès aux soins médicaux comme tactique de coercition, ou par les dures conditions de détention et la torture pendant les interrogatoires – ou par des tirs directs sur eux lors de leur arrestation. Cela porte à 222 le nombre de martyrs du mouvement des prisonniers depuis 1967.

 

Le premier martyr emprisonné de 2019 a été Fares Baroud de Gaza, qui a été tué lentement par l’occupation pendant 28 ans de détention, grâce à un certain nombre d’outils systématiques de torture, y compris sa détention à l’isolement pendant de nombreuses années dans des cellules impropres à l’habitation humaine, conduisant au développement de plusieurs maladies. Sa maladie a été accompagnée d’une négligence médicale intentionnelle, un aspect persistant des mauvais traitements infligés aux prisonniers palestiniens, qui a conduit à sa mort le 6 février 2019. Baroud était l’un des «anciens prisonniers» emprisonnés avant la signature des accords d’Oslo, et l’occupation n’a pas souhaité le libérer et a refusé à plusieurs reprises de le faire. Il est originaire de Gaza et a été emprisonné en 1991, condamné à la prison à vie plus 35 ans.

 

Le 27 avril 2019, les forces d’occupation ont tiré et gravement blessé Omar Awni Younis, 20 ans, de la ville de Sanniriya près de Qalqilya. Il a été arrêté et détenu alors qu’il était à l’hôpital israélien de Bellinson, et sa détention a été prolongée pendant son hospitalisation. Sa famille n’a pas été autorisée à lui rendre visite avant l’annonce de sa mort.

 

Le 16 juillet 2019, le prisonnier palestinien Nasser Majid Taqatqa, 31 ans, de la ville de Beit Fajar près de Bethléem, est décédé dans le centre de détention de Nitzan Ramla après avoir été compté dans les centres d’interrogatoire d’al-Moskobiyeh et Petah Tikva. Au cours de son interrogatoire, il a développé une pneumonie aiguë et a été médicalement négligé, entraînant sa mort.

 

Le 8 septembre 2019, Bassam Sayeh, 46 ans, de Naplouse, est décédé après avoir été soumis à une politique de mise à mort lente depuis son arrestation en 2015, lorsqu’il a été arrêté par l’occupation alors qu’il souffrait d’un cancer. Tout au long de son emprisonnement, sa maladie a empiré et il a été exposé à la torture et à des mauvais traitements pendant son interrogatoire. Il est resté emprisonné pendant la majeure partie de sa détention à la prison de Ramleh, appelée «l’abattoir» par des prisonniers palestiniens pour ses mauvais traitements et la négligence des prisonniers palestiniens qui y sont détenus.

 

Le 26 novembre 2019, le prisonnier Sami Abu Diak, 36 ans, est tombé martyr après une politique de mort lente qui a commencé en 2015, lorsqu’il a été soumis à une erreur médicale lors d’une opération chirurgicale à l’hôpital israélien de Soroka. Une partie de son intestin a été enlevée et il a été blessé. Il a été transféré à plusieurs reprises dans le soi-disant «bosta», considéré par les prisonniers comme un voyage tourmenté, avec des infections, une insuffisance rénale et une maladie pulmonaire. Plus tard, il a subi trois interventions chirurgicales et est resté sous sédatif pendant un mois, connecté à des respirateurs, et a ensuite été diagnostiqué avec un cancer.

 

Abu Diak, de la ville de Silat al-Dhahr, dans le gouvernorat de Jénine, a été arrêté par l’occupation le 17 juillet 2002 pour avoir participé à la résistance palestinienne par la lutte armée. Il a été condamné à trois condamnations à perpétuité et à 30 ans. Son frère, Samer Abu Diak, est également emprisonné et condamné à la réclusion à perpétuité. Son frère l’a accompagné tout au long de sa maladie à la clinique de la prison de Ramleh pour lui fournir le soutien nécessaire à ses activités de base de la vie quotidienne.

 

Les autorités d’occupation continuent de détenir les corps de quatre prisonniers martyrs dans leurs morgues, notamment : Aziz Oweisat, 53 ans, de Jabal al-Mukaber à Jérusalem, tué en 2018 à la suite de coups et de mauvais traitements infligés par les forces de répression de «Nachson», et aussi les prisonniers Fares Baroud, Nasser Taqatqa et Bassam Sayeh.

 

La politique de négligence médicale est un aspect de la torture

 

Le nombre de détenus malades dans les prisons d’occupation a atteint plus de 700, dont au moins 10 souffrant d’un cancer et plus de 200 atteints de maladies chroniques. Selon les recherches des établissements pénitentiaires, les autorités d’occupation ont poursuivi leur politique de négligence médicale à l’égard des détenus malades et blessés en 2019. Cela s’ajoute aux mauvais traitements auxquels ils sont exposés, malgré leur détérioration de la santé, en les agressant, les menottant et les transportant à l’aide de véhicules «bosta» sans égard à leur état de santé ainsi qu’en leur refusant le traitement, le test et le diagnostic de leur état pendant de longues périodes, pouvant aller jusqu’à plusieurs années.

 

Les médecins fournissent souvent aux prisonniers malades qui ne les voient que des analgésiques et ne commencent une enquête sérieuse qu’après que leurs conditions se sont sérieusement détériorées. Les cas les plus importants de négligence médicale sont la privation de traitement, le traitement différé et le diagnostic tardif de la maladie en raison des examens médicaux retardés. Il y a des dizaines de prisonniers qui attendent des années avant d’être transférés à l’hôpital pour effectuer des chirurgies. Certains d’entre eux ont atteint un stade où le traitement est difficile, alors qu’ils vivent dans des conditions de détention qui ne répondent pas aux normes minimales de santé. En conséquence, des centaines de prisonniers ont développé diverses maladies.

 

Malgré tout cela, l’administration pénitentiaire d’occupation israélienne ne met pas fin à sa politique répressive contre les prisonniers malades et ne les empêche pas de mener des attaques contre eux. De nombreux cas ont été documentés, notamment celui de Nasser Taqatqa, qui a été martyrisé à la suite d’un crime complexe commis par des interrogateurs et la direction de la prison, grâce à des politiques combinées de torture et de négligence médicale.

 

Depuis 1967, 67 prisonniers détenus par l’occupation sont décédés des suites de négligences médicales, ce qui fait partie de son approche globale de la torture et des sévices.

 

Le prisonnier atteint de cancer, Muwaffaq Urouq

 

Des examens médicaux sur Muwaffaq Urouq, 77 ans, en juin 2019 ont révélé qu’il avait un cancer du foie et de l’estomac. Les autorités de la prison d’occupation ont retardé son transfert à l’hôpital pour chimiothérapie de plusieurs mois malgré ces tests médicaux positifs, ce qui a aggravé son mauvais état de santé.

Non seulement l’occupation s’est engagée dans des retards et des atermoiements en tant que mesure de représailles, mais il a également été détenu pendant un mois dans une zone isolée de la prison d’Ashkelon dans des conditions sévères et dures avec un certain nombre de prisonniers malades après une attaque répressive contre des prisonniers à Ashkelon en octobre 2019.

Muwaffaq Urouq est originaire de Palestine occupée en 1948. Il purge une peine de 30 ans et est emprisonné depuis 2003.

 

Augmentation du nombre de détentions arbitraires d’enfants

 

Les autorités d’occupation israéliennes ont intensifié leurs arrestations arbitraires d’enfants et de jeunes palestiniens et ont pratiqué de multiples formes de torture contre eux pendant et après leur arrestation, ce qui constitue une grave violation du droit international, en particulier de la Convention contre la torture et de la Convention relative aux droits de l’enfant.

 

En 2019, les forces d’occupation israéliennes ont arrêté 889 enfants. À la fin de l’année, le nombre d’enfants détenus dans les prisons israéliennes atteignait environ 200, tandis que 35 étaient en résidence surveillée.

 

Dans un dangereux précédent qui violait les normes humanitaires et juridiques, au cours du mois de juin, les autorités d’occupation ont convoqué à la fois le père de l’enfant Muhammad Rabi` Alyan, 4 ans, et le père de l’enfant Qais Firas Obaid, 6 ans, tous deux de la ville d’Al-Issawiya à Jérusalem, pour les interroger sur des accusations de jets de pierres sur des véhicules de la police d’occupation israélienne. Le 1er août 2019, les autorités d’occupation ont convoqué la famille de l’enfant de 8 ans, Malak Sidr, du gouvernorat d’Hébron, pour interroger la jeune fille. La gravité de ces convocations, en plus d’extraire des informations auprès des enfants, vient de demander à leurs familles de les amener à des interrogatoires, une violation du lien entre parents et enfants.

 

Les autorités d’occupation ont pratiqué de nombreuses violations contre les enfants prisonniers, dès le moment de leur arrestation et les méthodes dures utilisées pour les arrêter, que ce soit pendant les opérations d’arrestation dans la rue ou en envahissant leurs maisons et en les soustrayant à leurs familles tard dans la nuit, les emmenant dans les centres d’interrogatoire et de détention. Parmi ces violations, citons : leur refuser de la nourriture ou des boissons pendant de longues heures – et dans certains cas documentés pendant deux jours, les abuser verbalement et les menacer verbalement, les intimider physiquement, leur extorquer des aveux sous la pression et les menaces, les inciter à signer des déclarations écrites dans la langue hébraïque sans traduction, les privant de leur droit légal à la présence d’un parent et d’un avocat pendant l’interrogatoire, et d’autres méthodes d’abus.

 

Les enfants détenus sont soumis à des méthodes de torture et de traitements dégradants contraires aux normes internationales relatives aux droits de l’homme. La majorité d’entre eux sont détenus dans des prisons de la puissance occupante, en violation de la quatrième Convention de Genève. Nombre d’entre eux se voient refuser la visite de leur famille. Cela s’ajoute à la souffrance collective de la famille dans l’obtention des permis de visite nécessaires, car les autorités d’occupation tardent à accorder les permis pour prolonger la période d’attente, tandis que de nombreuses autres familles se voient refuser tout permis.

 

L’arrestation et la torture de femmes

 

Les Palestiniennes sont arrêtées et maltraitées par les autorités d’occupation israéliennes aux côtés du reste de la société palestinienne, sans égard à leur santé et à leur bien-être physiques, psychologiques ou sociaux.

 

Fin 2019, l’occupation détenait 40 femmes détenues dans les prisons israéliennes. Parmi elles, quatre femmes sont détenues en détention administrative, incarcérées sans inculpation ni jugement : Shorouq al-Badan, Alaa al-Bashir, Bushra al-Tawil et Shatha Hassan. 27 femmes sont condamnées à des peines de prison. Les deux peines les plus longues sont Shatila Ayyad, condamnée à 16 ans de prison, et Maysoon Musa, condamnée à 15 ans de prison. 13 autres femmes subissent encore des procès ou des interrogatoires militaires.

 

Parmi les prisonnières, huit sont blessées. Le cas le plus grave est celui de la détenue Israa Jaabis, 32 ans, de Jérusalem. Elle a été arrêtée par les forces d’occupation après un incendie à l’intérieur de sa voiture. Les forces d’occupation lui ont tiré dessus, la forçant à rester à l’intérieur de la voiture en feu. En conséquence, elle a subi de graves brûlures qui ont défiguré son visage, sa tête, sa poitrine et ses doigts, et bon nombre de ses doigts ont été amputés. Malgré ses blessures graves et sa douleur persistante, elle a été condamnée à 11 ans de prison.

 

Les arrestations ne se sont pas limitées à un segment de femmes palestiniennes mais ont touché des femmes de tous les secteurs du peuple palestinien, y compris les arrestations de législateurs comme Khalida Jarrar, des familles de martyrs comme Wafaa Mahdawi (la mère du martyr Ashraf Na’alwa), et des mères, comme la prisonnière Asiya Kaabneh, mère de neuf enfants, et Nisreen Hassan, mère de sept enfants, détenue depuis six ans. Son mari et ses enfants se trouvent dans la bande de Gaza, et on lui a refusé à plusieurs reprises des visites avec eux ainsi qu’avec ses frères, qui sont à Haïfa, depuis 2015. Cette politique de l’isoler de sa famille s’est poursuivie malgré le fait que son plus jeune enfant n’avait que 8 mois et sa fille aînée avait 11 ans au moment de son arrestation ; sa fille aînée a été forcée de s’occuper de ses frères et sœurs avec son père.

 

Les détenues subissent des conditions de détention inhumaines, privées de leurs droits à l’intimité physique et psychologique. Ils sont soumis à des violences physiques et à des négligences médicales et se voient régulièrement refuser les droits les plus élémentaires, tels que la possibilité de se réunir pour la prière ou l’étude collective, en plus de la violation de leur vie privée en installant des caméras dans les cours de la prison, en faisant pression sur les femmes à se couvrir même pendant l’exercice. Ils se voient également refuser le droit d’avoir une bibliothèque à l’intérieur de la prison malgré des demandes répétées et sont empêchés d’effectuer des travaux de couture, de broderie et de bricolage, en refusant l’entrée d’outils et de fournitures pour le faire. Ils sont également victimes d’abus lors de leur transfert par le véhicule «bosta» vers les tribunaux ou les hôpitaux. Chaque transfert prend des heures, et ils sont gérés par les geôliers et les forces de «Nachson». Les institutions des prisonniers ont documenté des insultes répétées et des entraves sévères contre la prisonnière Wafaa Mahdawi lors des transferts au tribunal militaire, lui blessant les mains.

 

Le cas de Mays Abu Ghosh

 

Mays Abu Ghosh, 21 ans, du camp de réfugiés de Qalandiya, a été arrêtée le 29 août 2019. Après son arrestation, elle a été transférée au centre d’interrogatoire de Moskobiyeh pour 30 jours d’interrogatoire. Elle n’a pas été autorisée à consulter un avocat pendant toute cette période, au cours de laquelle elle a été soumise à de graves tortures, notamment privation de sommeil, utilisation de positions de stress intense 24H/24, recours aux soi-disant interrogatoires «militaires» et utilisation forcée des positions de stress «banane» et «accroupie». L’occupation a également utilisé sa famille pour tenter de la contraindre à des aveux, arrêtant son frère Suleiman et l’envoyant en détention administrative, et amenant ses parents au centre de détention afin de lui dire qu’ils étaient en train d’être arrêtés.

 

Politique de punition collective

 

Les autorités d’occupation israéliennes ont adopté une politique de punition collective contre les familles des prisonniers. Cela peut inclure la convocation de membres de la famille de prisonniers pour interrogatoire, arrestation ou à des fins coercitives, y compris leurs frères et sœurs et leurs parents. Cela s’ajoute aux invasions répétées de leurs maisons, au pillage de leurs biens, ainsi qu’à la démolition des maisons d’un certain nombre de prisonniers palestiniens dans le cadre des représailles contre eux et leurs familles. La politique de démolition de maisons contre les prisonniers palestiniens est une vieille politique pratiquée par les autorités d’occupation avec une intensité élevée renouvelée ces dernières années, en particulier dans un contexte de confrontation croissante avec l’occupation.

 

En 2019, les autorités d’occupation ont démoli les maisons des prisonniers Khalil Yousef Jabareen de Yatta et Asim al-Barghouthi de la ville de Kobar, ainsi que le domicile de son frère Saleh al-Barghouthi, tué par les forces d’occupation israéliennes. Ils ont également démoli le domicile familial du prisonnier Islam Abu Hamed, c’est la quatrième fois qu’il a été démoli, ainsi que la démolition des maisons de quatre prisonniers de la ville de Beit Qahel dans le gouvernorat d’al-Khalil. Ces prisonniers sont : Ahmad Asafra, son frère Qasem, Naser Saleh Asafra et Yousef Saeed Zahour.

 

Le cas de Widad al-Barghouthi

 

Les forces d’occupation ont arrêté Widad al-Barghouthi, professeure à l’Université de Bir Zeit et mère du prisonnier Qassam al-Barghouthi, le 1er septembre 2019. Son fils, le prisonnier Qassam, a été gravement torturé au centre d’interrogatoire de Moskobiyeh lors de son arrestation. Le 16 septembre, Widad a été libérée sous conditions jusqu’à la fin d’un procès militaire. Elle a été détenue en résidence surveillée dans la zone C jusqu’à la fin de l’affaire et a dû payer une amende de 40 000 NIS (10 000$).

 

L’arrestation de journalistes, de législateurs et de militants

 

Il y a 11 journalistes palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, dont le plus ancien détenu est le prisonnier Mahmoud Musa Issa de Jérusalem, condamné à trois condamnations à perpétuité. En 2019, l’occupation a arrêté au moins 10 journalistes, dont deux femmes, Mays Abu Ghosh, 21 ans et Bushra al-Tawil, 26 ans.

 

Les tribunaux militaires continuent de poursuivre Abu Ghosh pour ses activités étudiantes, tandis qu’al-Tawil a été condamné à une détention administrative pendant quatre mois.

 

À Jérusalem, l’occupation a empêché l’équipe de Palestine TV de travailler ou de communiquer. Un certain nombre d’entre eux ont été convoqués et interrogés à plusieurs reprises et il leur est toujours interdit de travailler.

 

Les autorités d’occupation continuent également d’emprisonner huit législateurs palestiniens, dont Khalida Jarrar, ainsi que Marwan Barghouthi, Ahmad Sa’adat, Mohammed Abu Jahisha, Mohammed Ismail al-Tal, Hassan Yousef, Azzam Salhab et Mohammed Jamal al-Natsheh. La plupart d’entre eux sont détenus en détention administrative.

 

Les forces d’occupation israéliennes poursuivent une politique d’arrestation et d’emprisonnement de journalistes, de dirigeants politiques et de militants dans le but de saper leur rôle social, culturel et politique, ainsi que de maintenir le contrôle de l’arène palestinienne et de réprimer toute tentative d’exposer les crimes de l’occupation.

 

La journaliste emprisonnée Bushra al-Tawil

 

Les forces d’occupation israéliennes ont arrêté la journaliste Bushra al-Tawil le 11 décembre 2019 et l’ont mise en détention administrative pendant quatre mois. Elle est l’une des quatre Palestiniennes emprisonnées sans inculpation ni jugement en détention administrative. Tawil a été arrêté trois fois avant l’arrestation actuelle. Lors de sa première arrestation, en 2011, elle a été condamnée à 16,5 mois de prison et a été libérée tôt dans le cadre de l’échange de prisonniers de Wafa al-Ahrar.

En 2014, elle a été arrêtée de nouveau avec des dizaines de prisonniers libérés dans l’échange de Wafa al-Ahrar et sa condamnation antérieure a été réimposée. En 2017, elle a été de nouveau arrêtéee et condamnée à une détention administrative de huit mois sous prétexte d’un «dossier secret». Cette année, elle a été arrêtée quelques jours seulement après la libération de son père, Jamal al-Tawil, après 20 mois de détention administrative.

 

La politique des raids répressifs dans les prisons israéliennes

 

L’année 2019 a vu une escalade du nombre d’invasions, de perquisitions et de raids effectués par des unités répressives spéciales dans les quartiers des prisonniers des prisons et des centres de détention israéliens. Ce sont les incidents les plus violents depuis ceux de la prison du désert du Néguev en 2007, au cours desquels le prisonnier Mohammed al-Ashqar a été abattu par les forces israéliennes et tué sur le coup.

 

La prison d’Ofer a été prise d’assaut en janvier et août

 

En janvier et août 2019, la prison d’Ofer a été soumise à plusieurs reprises à des raids de l’unité «Matsada» dans plusieurs sections. Les 20 et 21 janvier 2019, ces unités répressives ont effectué des descentes dans un certain nombre de sections, effectuant une perquisition provocante dans les chambres des détenus des sections 15 et 17 et saccageant et détruisant les biens des prisonniers. Les prisonniers ont protesté contre l’invasion et ont affronté l’unité répressive, ce qui a provoqué une escalade de la confrontation à l’intérieur des sections, dans laquelle les prisonniers ont été agressés dans les deux sections, battus avec des matraques et des poings et les unités répressives ont utilisé du gaz poivré, des balles métalliques et des bombes sonores.

 

Prise d’assaut des prisons du Néguev et de Ramon en mars

 

Lors de l’attaque la plus violente depuis plus de 10 ans, la section 3 de la prison du désert du Néguev a été envahie par l’unité de Matsada. Selon les témoignages de nombreux prisonniers, le 24 mars 2019 a été l’occasion d’une attaque brutale contre les prisonniers, dans laquelle la cour de la prison était un champ de bataille. Beaucoup ont été sévèrement battus, isolés pendant de longues heures. Beaucoup ont été gravement blessés et certains ont été transférés à l’hôpital. Les prisonniers de la section 98 ont été isolés pendant un mois entier dans des conditions impropres à la vie humaine.

 

Le témoignage du prisonnier Imad al-Sharif

 

Lors de son témoignage lors d’une visite d’avocat, Imad al-Sharif a souligné l’expérience des prisonniers de la prison du désert du Néguev, affirmant que cela ne ressemblait à rien de ce qui s’était passé depuis des années, non seulement à la prison du Néguev mais dans d’autres prisons et centres de détention. Dans sa déclaration, Al-Sharif dit : le dimanche 24 mars vers 20H, l’administration pénitentiaire du Néguev a informé les détenus de la section 4 qu’ils seraient transférés dans la section 3 afin de procéder à une inspection de la section. Les prisonniers ont préparé leurs effets personnels pour le transfert. Sur 98 détenus, 94 ont été transférés sans problème dans la section 3. Sur les quatre autres prisonniers, deux se trouvaient dans la section 4 et deux entre les deux sections. Il y a eu un affrontement entre un geôlier et un prisonnier dans la section 4, et aucun des autres prisonniers n’avait la moindre idée de ce qui se passait. Cela a eu lieu à 22H30, et les forces répressives de la prison ont envahi la section 4 en grand nombre et ont attrapé le prisonnier et les trois autres prisonniers qui se trouvaient en dehors de la section 3, les attaquant brutalement même lorsqu’ils étaient attachés et menottés, puis l’administration de la prison a ordonné à l’unité Matsada et à l’unité Keter ainsi qu’aux gardiens de prison de prendre d’assaut la section 3.

Les gardiens de prison ont attaqué avec des matraques et des barres de fer. Après cela, ils ont forcé les prisonniers à se mettre à genoux tout en continuant les attaques, et les agressions comprenaient des cris et des insultes ainsi que des insultes religieuses. L’invasion s’est poursuivie jusqu’à 4H du matin le lendemain matin, le 25 mars. Après cela, les prisonniers ont été emmenés dans des tentes et les attaques se sont poursuivies à l’intérieur des tentes. Ils ont été détenus dans une atmosphère très froide, des vêtements mouillés et les pieds et les mains liés, contraints de rester assis immobiles jusqu’à 10H30. Pendant la nuit, environ 11 prisonniers ont été transférés à l’hôpital de Soroka.

Ce raid a été précédé d’une autre invasion par l’unité répressive de Matsada dans la section 1 de la prison de Ramon, l’une des multiples prisons qui ont manifesté contre l’installation de dispositifs de brouillage de téléphones portables qui affectent négativement la santé des détenus.

 

Politique d’isolement

 

L’isolement est l’un des outils de torture psychologique utilisés par les autorités d’occupation israéliennes contre les prisonniers palestiniens. Il est mis en œuvre par l’administration pénitentiaire israélienne sur la base des ordres de l’agence de renseignement Shin Bet. La politique d’isolement est justifiée sur la base d’une « menace pour la sécurité de l’État » non précisée, souvent sur la base d’un « dossier secret ». Elle est également fréquemment utilisée comme punition pour des périodes plus courtes. L’administration pénitentiaire ne donne généralement aucun détail sur la gravité des allégations concernant des prisonniers isolés.

 

Le Shin Bet émet des ordonnances d’isolement pour des périodes de six mois à la fois, qui peuvent être renouvelées par les tribunaux militaires sur la base d’un prétendu « dossier secret » ou d’une preuve de « danger ».

 

Isolés, les détenus sont maintenus dans leurs cellules tout au long de la journée, à l’exception d’une heure de loisirs. La cellule dans laquelle le prisonnier est détenu est une petite pièce sans fenêtre avec toilettes. Il a une ouverture, une fente en fer dans la porte par laquelle les aliments sont introduits. Des dizaines de prisonniers à l’isolement ont signalé une invasion d’insectes et que ces cellules sont extrêmement froides en hiver et chaudes en été.

 

L’administration pénitentiaire utilise régulièrement l’isolement contre tous les détenus en grève de la faim, comme mesure punitive initiale, et plusieurs cas d’isolement ont été documentés au cours de l’année, y compris le cas d’Islam Weshahi.

 

Le cas de l’Islam Weshahi

 

L’administration pénitentiaire a continué d’isoler le détenu palestinien Islam Weshahi depuis mars 2019, date à laquelle il a été capturé, agressé et sévèrement battu par les forces répressives dans la prison du Néguev, blessé avec des os cassés et de graves ecchymoses. Cette affaire a émergé lors des violents événements de la prison du Néguev en mars 2019 à la suite d’une confrontation entre les forces répressives et les détenus au milieu de l’installation de dispositifs de brouillage de téléphones portables dans les prisons. L’occupation l’a accusé d’avoir tenté de tuer un gardien de prison dans un acte d’accusation d’un tribunal militaire. Jusqu’à aujourd’hui, il reste isolé et son isolement a récemment été renouvelé.

Islam Weshahi vient du gouvernorat de Jénine et est détenu depuis 2002. Il est condamné à 19 ans de prison.