Partager :

L’intellectuel palestinien de gauche Ahmed Qatamesh a été condamné à une peine d’emprisonnement sans inculpation ni jugement en détention administrative par les forces d’occupation israéliennes le 1er janvier 2020, quelques jours seulement après que l’écrivain et penseur de 68 ans a été saisi de son domicile à al-Bireh par des soldats d’occupation armés. Il a passé plus de 13 ans dans les prisons israéliennes, principalement en détention administrative.

Qatamesh a été emprisonné à plusieurs reprises par les forces d’occupation israéliennes, y compris en 1969 et en 1972, lorsqu’il a été emprisonné pendant quatre ans. Il a été de nouveau arrêté en 1992 après 17 ans passés en clandestinité. Lors de son arrestation, il a été soumis à de graves tortures et emprisonné pendant plus d’un an; malgré une ordonnance de libération, il a été renvoyé en détention administrative en octobre 1993. Les ordonnances de détention administrative ont été renouvelées contre lui sans inculpation ni jugement pour une période complète de cinq ans et demi avant sa libération en 1998 ; il reste l’un des détenus administratifs palestiniens les plus longtemps détenus.

Il a été de nouveau saisi en 2011 et sa détention administrative a de nouveau été prolongée sept fois jusqu’à sa libération en 2013. Amnesty International a déclaré Qatamesh est un prisonnier d’opinion emprisonné pour ses écrits politiques, notant qu’il « croit qu’il est détenu pour réprimer ses opinions et pour décourager les activités politiques d’autres militants palestiniens de gauche». En 2017, il était de nouveau emprisonné sans inculpation ni jugement en détention administrative pendant trois mois.

Il a écrit plus de 10 livres, y compris son approche de l’État unique démocratique de Palestine, traduit en anglais en 2007. Son livre, « Je ne porterai pas votre tarboush », rappelle son temps en prison ainsi que les 100 jours de torture qu’il a subie lors de son interrogatoire en 1992. Il a récemment commencé à distribuer un nouveau livre, « Current Intellectual Approaches », avant son arrestation le 24 décembre.

Qatamesh rejoint environ 450 Palestiniens en détention administrative, sur environ 5 000 prisonniers politiques palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Ces ordonnances de détention, introduites en Palestine par le mandat colonial britannique puis adoptées par le projet sioniste, sont délivrées pour une durée pouvant aller jusqu’à six mois à la fois mais sont indéfiniment renouvelables sur la base de «preuves secrètes». Les années d’emprisonnement de Qatamesh sans inculpation ni procès reflète l’injustice fondamentale de la détention administrative. Un autre prisonnier palestinien et détenu administratif Ahmad Zahran en est actuellement à plus de 100 jours de grève de la faim contre son emprisonnement sans inculpation ni jugement, exigeant la fin de cette pratique.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, dénonce la détention administrative du Dr Ahmed Qatamesh et demande sa libération immédiate. Le ciblage de cet écrivain palestinien et figure historique du mouvement de libération palestinien fait partie intégrante de l’attaque israélienne contre la culture et la résistance palestiniennes qui est antérieure à la Nakba. Des écrivains palestiniens de Mahmoud Darwish à Samih al-Qasem en passant par de jeunes poètes d’aujourd’hui comme Dareen Tatour ont été pris pour cible aux côtés d’innombrables intellectuels et universitaires palestiniens emprisonnés. Elle intervient également dans le cadre d’une attaque globale contre la gauche palestinienne et les forces progressistes luttant pour la libération de la Palestine. Nous appelons à la solidarité internationale pour la libération du Dr Ahmed Qatamesh.

 

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra