Partager :

Il est de la responsabilité et de la tâche principale de la résistance armée palestinienne de faire tomber le projet de liquidation, « l’accord américano-sioniste-réactionnaire du siècle », pour la protection des droits et de la dignité nationale du peuple. C’est une arme de libération.

Parallèlement aux armes, toutes les formes de lutte populaire de masse doivent s’intensifier, en particulier les mécanismes efficaces et éprouvés qui ont frappé des milliers de coups contre l’ennemi : l’intifada populaire et le mouvement de boycott. L’organisation des communautés palestiniennes dans la diaspora et l’élévation de leur rôle légitime sont essentielles pour revigorer cette lutte populaire dans le monde entier.

Les forces du peuple palestinien sont nombreuses; elles sont importantes et elles sont capables d’affronter le projet de liquidation comme elles l’ont fait par le passé. Cependant, il y a aussi certaines conditions importantes pour le succès, notamment : un leadership national digne de confiance, une volonté politique révolutionnaire, un plan d’action unifié et clair, et la participation des secteurs populaires palestiniens les plus larges pour faire face aux plans de l’occupation et à la voie actuelle de négligence et reddition représentées par l’Autorité palestinienne (et certaines factions marginales qui lui sont associées).

Plus précisément, la confrontation nécessite d’abord l’enterrement de « l’entité palestinienne » dépendante et compromise et le renversement de la voie de la reddition représentée par l’Autorité palestinienne.

 

Leçons tirées de l’expérience passée

 

La résistance palestinienne n’a pas été en mesure d’empêcher l’occurrence d’Oslo (septembre 1993) et n’a par la suite pas réussi à freiner la voie de reddition et d’aliénation qui en a résulté, prise par les dirigeants palestiniens officiels. Rappelons l’annonce de « l’Alliance des dix factions » à Damas (Hamas, Jihad, FPLP, FDLP, Commandement général, etc.) qui a promis de faire tomber Oslo. Où est-il aujourd’hui?

Souvenons-nous qu’au milieu des années 90, cette alliance a appelé à la fin de « l’accord de trahison désastreuse », une description tout à fait correcte, et a tenu de nombreuses réunions et conférences à cette fin. Mais elle s’est évanouie et l’entité d’Oslo est restée opérationnelle au service de l’occupation et installée quotidiennement et matériellement sur le sol palestinien, sous les auspices du camp ennemi : l’impérialisme américain, l’Union européenne et les régimes arabes les plus réactionnaires.

En effet, nous nous souvenons de la phrase répugnante que le journal Al-Hayat à Londres a rapportée dans une interview avec Mahmoud Abbas après la signature d’Oslo, quand ils l’ont interrogé sur la formation de cette alliance, et il a déclaré: « Ces factions retourneront à la ‘Maison de l’obéissance’ ». *

Sont-ils en réalité retournés à la «maison de l’obéissance»?

Aujourd’hui, la transition du rejet verbal de « l’accord du siècle » et du projet de liquidation impérialiste à un programme de confrontation réelle nécessite d’abord une rupture complète avec les délires de l’Autorité d’Oslo et la direction de l’OLP. Cela comprend l’abandon des petits privilèges que l’appareil d’Oslo offrait à certaines forces, personnalités et fonctionnaires. Si nous ne sommes pas en mesure de dissuader le camp ennemi, sommes-nous également incapables de surmonter les contraintes internes qui empêchent l’élaboration ou l’avancement d’une stratégie politique de libération ?

Il est rationnel d’affirmer que notre peuple palestinien en difficulté, avec une longue expérience historique dans la lutte contre le colonialisme, peut se rebeller contre la voie de l’Autorité palestinienne et retourner la table sur la tête de tout le monde, avec la détermination de protéger leur existence, leur identité et leurs droits. Être Palestinien ne comporte pas de privilège, mais porte plutôt une responsabilité nationale, arabe et humaine à l’égard de cette question majeure, parce que les Palestiniens – que cela nous plaise ou non – sont le fer de lance de la Nation arabe dans son ensemble face à la Entité sioniste et son projet en Palestine.

 

La nécessité d’une réponse différente

 

À chaque nouvelle catastrophe ou concession politique de la part de la direction de l’OLP, nous trouvons quelque chose de similaire à une panique sans direction (faza’a)** des chefs de faction, qui circulent entre les bureaux d’Al-Jazeera, d’Al-Mayadeen et d’Al-Arabiya pour répondre. Cependant, l’ennemi sioniste ne se soucie pas de ce que dit tel ou tel fonctionnaire palestinien, mais il se soucie beaucoup si les cadres et les bases en lutte des forces de résistance et le peuple palestinien entrent en confrontation pour atteindre des objectifs spécifiques, pour mettre un stop à la voie de la reddition dans les arènes palestinienne et arabe et vaincre leur projet.

La confrontation n’a pas à prendre la même forme partout et dans tous les endroits du peuple palestinien. La priorité est d’établir une nouvelle phase historique, la première étape est de libérer l’énorme potentiel des énergies populaires palestiniennes qui est retenu par les « chefs de faction », qui reflètent essentiellement le programme de la bourgeoisie palestinienne. Ici, nous devons séparer les militants, les membres et les partisans des factions, d’une part, et leurs dirigeants, toujours prêts pour un nouveau compromis avec l’équipe d’Oslo, d’autre part. Ces « dirigeants » ne recherchent pas le changement radical nécessaire pour protéger les droits du peuple palestinien. Ils ne recherchent pas la victoire, mais répètent des slogans derrière des slogans, notamment « réconciliation », « unité nationale » et d’autres expressions qui sont devenues le centre de la dissidence populaire.

Tous ces slogans sont fondamentalement dénués de sens et sans valeur, et peuvent exacerber les sentiments d’anxiété, de confusion et de désespoir parmi les partisans de ces organisations. Ces positions n’offensent pas l’ennemi et ne plaisent pas non plus à nos amis.

Oui, il y a des tâches nationales palestiniennes urgentes auxquelles il ne faut pas échapper. Sinon, nous répéterons la rumination et la mastication de l’air, tandis que l’ennemi sioniste poursuit son projet et crée plus de « faits sur le terrain ». Il le fait d’abord avec du fer et du feu, des bulldozers et des chars, puis « en discute » après , puis récolte les résultats. Tout ce que l’ennemi prend est alors accepté, implicitement, par le groupe d’Oslo. Demandez-vous, pourquoi ce groupe a-t-il cessé de mentionner, par exemple, le mur du vol et de l’annexion ? Quand avez-vous entendu Mahmoud Abbas pour la dernière fois demander l’abolition du mur ?

Que faire alors? Comment affrontons-nous une direction palestinienne qui exerce un monopole sur l’OLP et utilise cette option pour protéger ses propres intérêts uniquement ?

Il s’agit d’un courant qui a déclaré à plusieurs reprises que « la coordination sécuritaire avec Israël est sacrée » et que ce qu’il veut le plus, c’est l’engagement d’Israël envers les accords d’Oslo.

Il s’agit d’un courant qui, par le biais de ses forces de sécurité, est directement lié à l’entité sioniste, aux agences de renseignement américaines et aux agences de sécurité des régimes réactionnaires. Il criminalise les forces de résistance armées palestiniennes et arrête leurs cadres des mouvements étudiants, de jeunes et syndicaux, même s’ils ne sont pas impliqués dans les armes. Il cible le programme et les positions de la résistance armée palestinienne en lutte, de sorte qu’elle reste dans un mode défensif et ne progresse pas dans le domaine de l’initiative et de l’action.

Tel est l’agenda actuel, qui reflète le programme de l’ennemi en plein essor.

 

Derrière les mots et les armes

 

Trois cellules souterraines en Palestine occupée dans les années 1970 et 1980 ont empêché l’ennemi de mener à bien son plan, connu sous le nom de « réseau de village ». Shimon Peres aurait déclaré que « les balles qui ont frappé le cœur de Zafer al-Masri ont frappé le cœur du projet de colonisation. »

Il y a, aujourd’hui, sur la terre occupée, une « autorité palestinienne armée », dirigée par des personnalités bien connues liées aux agences de renseignement américaines, au Mossad et à l’establishment sécuritaire sioniste, auxquelles elles font confiance et qui mènent leur propre projet. L’Autorité palestinienne, en dernière analyse, reflète une synergie d’influence et d’intérêts entre les grands capitalistes palestiniens et les intérêts militaires des États-Unis en Cisjordanie. (semblable aux Contras du Nicaragua et d’autres forces réactionnaires locales dans les nations ciblées par l’impérialisme).

Des faits comme ceux-ci nécessitent l’intégration d’éléments des forces populaires palestiniennes afin de faire baisser la voie de l’Autorité palestinienne qui a été cohérente avec celle du sionisme et de l’impérialisme américain depuis au moins l’époque de la Conférence de Madrid en 1991. Cela nécessite donc l’établissement d’un front de résistance palestinien unifié qui peut mobiliser de larges secteurs de la population palestinienne dans le pays d’origine et en exil contre la voie d’Oslo, et la déclaration d’une position explicite qui ramène le conflit avec l’ennemi au premier point de affrontement.

L’ennemi n’a pas peur de trop d’armes ni de trop de mots. Au lieu de cela, il craint la volonté populaire qui se tient derrière l’arme et la conscience qui se tient derrière une parole honnête.

 

Un front de résistance unifié contre les clients et les compradors

 

Les secteurs palestiniens compradors qui vivent comme des parasites de la cause palestinienne ne renonceront pas à leurs privilèges à moins qu’ils ne craignent de tout perdre : leurs intérêts économiques, leurs banques, leurs entreprises et tout le reste, si nécessaire. Par conséquent, un projet révolutionnaire palestinien alternatif est nécessaire : celui qui embrasse tout le peuple palestinien, est lié à sa profondeur arabe et à toutes les forces du changement révolutionnaire dans le monde.

Sans réponse populaire au projet de l’Autorité palestinienne et sans entrer en confrontation directe avec l’occupation et ses agents, nous continuerons à évoluer dans un cercle vicieux et l’ennemi continuera d’imposer ses « faits » froids à la Palestine et à la région.

Cette question doit aujourd’hui motiver les forces de résistance : quels sont les faits du peuple palestinien que nous pouvons imposer sur le terrain ?

 

Un dernier mot : sur le rôle des intellectuels palestiniens

 

De nombreux intellectuels palestiniens ont trahi leur rôle au service de la lutte armée ou en théorisant un projet de libération arabe axé sur la résistance, et ils n’ont pas dit la vérité. Un certain nombre d’entre eux ont pris des positions ou parrainé un régime réactionnaire, ou ont été pris dans les mécanismes de l’Autorité palestinienne ou des institutions néocoloniales appelées ONG. Par conséquent, nous avons un besoin urgent d’une approche patriotique révolutionnaire radicale de la culture, sous le titre : une nouvelle culture pour un nouveau fedayin (combattant de la liberté). Le fedayin est l’opposé et l’alternative au policier en tant que symbole non seulement de l’arme palestinienne mais de l’identité palestinienne, du peuple et de la cause.

La plupart des dessins de Naji al-Ali et la plupart des écrits de Ghassan Kanafani tournent autour de la situation palestinienne interne. Ce n’était pas une coïncidence ou le résultat d’un manque de connaissance ou de curiosité sur les conditions de l’ennemi, mais ils considéraient plutôt la focalisation sur le front intérieur comme une priorité afin de faire face aux conséquences de la défaite et de l’agression, de stopper les attaques contre les droits des classes populaires, des dépossédés et des camps de réfugiés, et de proposer des solutions. Ils savaient que plus le mouvement palestinien est rétabli et fort, plus l’action palestinienne est efficace et forte pour affronter l’ennemi sioniste.

Tout le travail de Naji et Ghassan visait à ne pas atteindre le point de cet «accord», que ce soit à la porte de l’incompétence, de la trahison ou de la complicité !

* Il s’agit d’une pratique dans laquelle les maris peuvent faire retourner contre leur gré les femmes qui souhaitent les quitter, analogie qui révèle elle-même le cadre réactionnaire d’Abbas.

** Faza’a: une réaction spontanée et désorganisée, un terme utilisé dans le dialecte palestinien.

 

Par Khaled Barakat, coordinateur international de la campagne Free Ahmad Sa’adat. Article initialement paru en arabe dans la revue Al-Adab puis en anglais sur freeahmadsaadat.org. Des modifications mineures d’édition ont été apportées par l’auteur sur la version anglaise.

 

Source : Free Ahmad Sa’adat – Traduction : Collectif Palestine Vaincra