Partager :

Le 25 février 1994, un colon sioniste appelé Baruch Goldstein, médecin de l’armée israélienne, a ouvert le feu sur des centaines de Palestiniens alors qu’ils exécutaient la prière de l’aube un jour de Ramadan à la mosquée Ibrahimi dans le sud de la ville de Hébron/Al Khalil en Cisjordanie occupée.

29 personnes ont été tués et 150 autres blessés avant que les gens arrivent à neutraliser et tuer le terroriste sioniste.

En réaction, des milliers de Palestiniens ont manifesté dans les territoires occupés pour dénoncer ce nouveau massacre. Les soldats de l’occupation israélienne ont tué 21 Palestiniens supplémentaires en guise de représailles.

Dans les zones au cœur d’Hébron/Al Khalil où les colons avaient installé des colonies illégales, les Palestiniens ont été limités dans leurs déplacements et les magasins ont été obligés de fermer. Des rues entières sont devenues inaccessibles aux Palestiniens où les colons sionistes ont été autorisés à les parcourir librement et sous la lourde protection de l’armée.

Aujourd’hui, cette situation continue et se détériore chaque jour.