Partager :

A l’occasion du 8 mars 2020, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, l’organisation palestinienne Addameer rappelle que « 43 Palestiniennes sont détenues dans les prisons et centres de détention israéliens, dont 16 mères, 8 prisonnières blessées, 12 prisonnières malades et 4 détenues administratives détenues sans inculpation ni jugement. Ces détenues sont également passibles de longues peines de 16 ans maximum. Toutes les prisonnières palestiniennes sont détenues à la prison de Damon depuis novembre 2018. »

Parmi les prisonnières palestiniennes, Addameer souligne le sort fait à Khalida Jarrar, parlementaire de gauche palestinienne, actuellement en détention administrative depuis le 31 octobre 2019.

Addameer poursuit sa publication en rappelant que les militantes étudiantes sont des cibles particulières de l’occupation israélienne. L’ONG palestinienne souligne que « ces étudiantes ont été arrêtées chez elles au milieu de la nuit, emmenées dans des centres de détention et d’interrogatoire et certaines d’entre elles ont été soumises à de graves tortures et autres mauvais traitements. Tout cela empêche leur accès à l’éducation et conduit à la violation de leur droit à une éducation adéquate. La majorité des étudiants visés ont également été inculpés d’activisme universitaire, ce qui non seulement criminalise leur activisme étudiant, mais constitue également une violation de leur droit de réunion et d’association pacifiques. »

C’est le cas par exemple de Mays Abu Gosh, étudiante de 23 ans, qui a été arrêtée le 29 août 2019 et soumise à de graves tortures.

Addameer souligne « qu’après avoir été emmenée dans des centres d’interrogatoire et de détention, les détenues palestiniennes se voient systématiquement refuser une explication de leurs droits et de la raison de leur arrestation. Souvent, elles se voient refuser l’accès à un avocat et sont détenues pendant plusieurs jours sous interrogatoire où elles sont soumis à la torture et à des mauvais traitements. Les méthodes de torture et de mauvais traitements utilisées contre les détenues palestiniennes provoquent de graves souffrances physiques et mentales. Les méthodes d’interrogatoire comprennent l’isolement prolongé du monde extérieur, des conditions de détention inhumaines, l’utilisation excessive de bandeaux et de menottes, la privation de sommeil, le refus de nourriture et d’eau pendant de longues périodes, le refus d’accès aux toilettes, le refus d’accès aux douches ou le changement de vêtements pendant des jours ou des semaines, être forcée dans des positions stressantes, crier, insulter et et harceler sexuellement. »

Addameer souligne également « qu’il y a huit prisonnières blessées et douze détenues malades qui souffrent de négligence médicale de la part des services pénitentiaires israéliens. Les détenues dénoncent constamment à l’avocat d’Addameer la négligence dont elles souffrent.Elles ont informé l’avocat de traitement discriminatoire non professionnel qu’elles recevaient des médecins et des infirmières. Par exemple, certains détenus ont déclaré qu’un médecin ou une infirmière peut utiliser une injection avec plusieurs détenus, ou utiliser une injection ouverte avec eux.Elles signalent également constamment que la plupart du temps, elles ne reçoivent pas leurs médicaments. »

L’organisation de défense des prisonniers palestiniens conclu son rapport en soulignant que « les témoignages de femmes et de filles palestiniennes mettent en évidence la brutalité du processus d’arrestation ainsi que les conditions dans les centres d’interrogatoire, de détention et de détention israéliens, et même les hôpitaux pendant leur détention. La maltraitance, les mauvais traitements et la torture des femmes et des filles palestiniennes s’inscrivent dans le contexte de l’occupation en cours depuis plus de 50 ans et de l’annexion des terres palestiniennes. »

 

Source : Addameer