Partager :

Les prisonniers palestiniens et les organisations de défense des droits de l’homme ont exprimé de sérieuses préoccupations concernant la menace de coronavirus à l’intérieur des prisons israéliennes. Au milieu de la pandémie de COVID-19, les prisonniers palestiniens souffrent déjà de graves conditions de négligence médicale et de refus de soins de santé adéquats. La réponse israélienne à la pandémie de coronavirus a été caractérisée par le racisme et la répression inhérents au projet d’apartheid et de colonisation de peuplement, déniant les droits des Palestiniens et intensifiant les attaques contre les prisonniers sans fournir de protection significative contre l’infection.

Les prisonniers palestiniens poursuivent leur lutte pour faire face à la réponse de l’apartheid israélien au COVID-19 qui menace les prisonniers palestiniens et, en fait, tous les Palestiniens. Aucun prisonnier palestinien n’a encore reçu de diagnostic de coronavirus, mais leurs conditions de détention sont très préoccupantes.

La Société des prisonniers palestiniens a annoncé que les détenus envisageaient de fermer leurs sections et de retourner leurs repas le vendredi et le samedi 20 et 21 mars, pour protester contre les mesures punitives prises à leur encontre au nom de la lutte contre les infections alors qu’on leur refuse de réelles ressources pour les aider à empêcher la propagation du coronavirus. Les prisonniers palestiniens demandent à la place une stérilisation complète, la désinfection et le nettoyage des prisons ainsi qu’un traitement médical approprié pour tous les détenus.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun souligne l’urgence d’une réponse mondiale au COVID-19 qui se concentre sur la solidarité, l’entraide et la santé publique, plutôt que sur les valeurs capitalistes d’exploitation, d’oppression et de marginalisation des plus vulnérables. Nous réitérons notre appel de longue date à la libération immédiate de tous les prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, qui sont gravement menacés en cette période de pandémie, en particulier les détenus administratifs, les prisonniers malades et âgés et les enfants prisonniers. Défendre la santé publique doit signifier la liberté des prisonniers palestiniens, la liberté de la Palestine et la liberté de tous les peuples et nations opprimés.

Refus d’accès aux fournitures sanitaires

Comme l’a noté Addameer Prisoner Support and Human Rights Association, « les prisons sont surpeuplées, les chambres, les cellules et les sections sont petites et manquent d’une ventilation adéquate… manquent de stérilisateurs, de matériel de nettoyage et de médicaments tels que les antibiotiques et la nutrition nécessaire ». Si Addameer a noté que certains détenus avaient été approvisionnés en matériel de nettoyage, d’autres se sont vu refuser l’accès aux équipements sanitaires.

L’administration pénitentiaire israélienne aurait interdit aux prisonniers politiques palestiniens d’acheter 170 articles différents à la « cantine » ou au magasin de la prison, y compris des solutions de nettoyage. La Société des prisonniers palestiniens a déclaré que les produits de nettoyage, les légumes frais et surgelés, la viande, le poisson, l’huile et les herbes avaient également été retirés de la « cantine ». Il s’est dit particulièrement préoccupé par le fait qu’il s’agissait d’une nouvelle attaque contre des prisonniers palestiniens alors qu’ils étaient encore isolés en raison de la pandémie de coronavirus.

Refus de visites familiales

Les prisonniers palestiniens se sont vu refuser des visites familiales selon l’ordre du ministère israélien de la Sécurité publique, Gilad Erdan – le même responsable israélien qui a mené une campagne de diffamation internationale contre les organisations palestiniennes et internationales de défense des droits de l’homme palestiniennes, et qui avait précédemment déclaré que « Nous devons aggraver les conditions » des prisonniers palestiniens et réduire les conditions de vie au « minimum requis ».

Cette restriction s’applique également à tous les prisonniers palestiniens, y compris aux quelque 180 enfants détenus dans les prisons israéliennes, qui se voient refuser des visites familiales aux côtés de leurs codétenus adultes.

Le Comité international de la Croix-Rouge a annoncé que les visites seraient suspendues pour une semaine supplémentaire, en fonction de l’évolution de l’épidémie de coronavirus. Cependant, alors que les visites familiales sont refusées, l’occupation israélienne ne fournit aucune autre méthode aux Palestiniens pour contacter leurs familles, comme des appels téléphoniques. Au lieu de cela, COVID-19 est utilisé comme mécanisme pour isoler et punir davantage les prisonniers palestiniens.

La nature de l’apartheid de cette restriction est facilement évidente dans le fait que les prisonniers civils et criminels israéliens, contrairement aux prisonniers politiques ou de «sécurité» palestiniens, sont autorisés à recevoir des visites familiales malgré la crise COVID-19, selon Al-Mezan. Bien que ces visites doivent être effectuées avec une barrière de verre, les prisonniers palestiniens sont systématiquement obligés de recevoir des visites avec la barrière de verre en place sans la menace d’une pandémie.

Refus de visites légales

Addameer a documenté le large refus d’accès à un conseil juridique imposé aux prisonniers palestiniens sous prétexte de prévention du COVID-19. Alors que les détenus interrogés se sont vu refuser l’accès à leurs avocats, les interrogateurs n’ont pas été empêchés d’avoir accès aux détenus ni n’ont reçu l’ordre de changer leurs méthodes d’interrogatoire, ce qui peut inclure une torture physique et psychologique extrême.

Pour les détenus qui ont déjà été condamnés, ils ne sont autorisés à appeler leur avocat qu’en cas de procédures judiciaires en cours, comme un appel. Ils n’ont droit qu’à un seul appel téléphonique avant la procédure pertinente et un autre après celle-ci, et les appels sont entièrement soumis à la surveillance de l’administration pénitentiaire, qui peut également restreindre la durée de l’appel à tout moment.

Pour les prisonniers palestiniens de Palestine et Jérusalem occupées en 1948, leur audience se tiendra en leur absence. Bien qu’un avocat puisse être présent, le détenu sera connecté via une liaison vidéo ou audio. D’un autre côté, les audiences des tribunaux militaires israéliens sont généralement reportées, tandis que les détenus détenus pour interrogatoire seront traduits en justice si l’occupation israélienne souhaite prolonger leur période d’interrogatoire.

Parallèlement à l’annonce de ces mesures répressives, aucune mesure concomitante n’a été annoncée pour faire face à la menace que les prisonniers palestiniens font face aux forces d’occupation israéliennes et aux gardiens de prison, pour réduire le surpeuplement ou pour protéger les prisonniers pendant les transferts, qui sont des voyages longs et pénibles effectués à l’aide du « Bosta ». Au lieu de cela, les transferts se poursuivent d’une prison à l’autre sans précautions supplémentaires apparentes pour la sécurité des détenus.

Négligence médicale et refus de soins de santé

Parmi les mesures approuvées par l’administration pénitentiaire figurent l’arrêt des examens médicaux et des visites à la clinique, sauf en cas de forte fièvre. Les prisonniers malades et blessés, y compris ceux souffrant de maladies graves et de longue durée, ont vu leur rendez-vous médical annulé. Même en dehors du contexte de la pandémie de COVID-19, les prisonniers palestiniens sont régulièrement confrontés à de longs retards pour obtenir l’approbation d’un traitement.

Même les prisonniers les plus vulnérables – en raison de leurs maladies préexistantes et de leur âge avancé, comme Fuad al-Shobaki (80 ans) et Muwaffaq Arouq (77 ans) sont soumis à ces mesures restrictives. Les prisons israéliennes sont tristement sales et surpeuplées, en particulier les sections réservées aux prisonniers palestiniens. Alors qu’environ quatre prisonniers sont détenus par pièce pour les détenus civils et criminels israéliens, ce nombre s’élève à six ou plus pour les prisonniers politiques palestiniens, qualifiés de prisonniers de «sécurité» par les autorités israéliennes.

Il existe un certain nombre de prisonniers palestiniens gravement et chroniquement malades, y compris ceux atteints de cancer, de diabète, de maladies cardiaques, de maladies respiratoires et de maladies auto-immunes qui peuvent être encore plus à risque, notamment un certain nombre de prisonniers âgés. Les prisonniers palestiniens signalent fréquemment des retards importants dans les tests, le diagnostic et le traitement. Ils se voient refuser l’accès aux visites de médecins indépendants fournis par leurs familles, même s’ils assument en privé les frais. Ils déclarent recevoir à plusieurs reprises des analgésiques en réponse à de nombreuses maladies différentes, tandis que les détenus nécessitant une dialyse et une chimiothérapie déclarent ne pas recevoir leurs traitements de survie selon un horaire approprié.

Sami Abu Diak, un patient atteint d’un cancer, est décédé dans une prison israélienne en novembre 2019, après s’être vu refuser la libération pour compassion pour mourir à la maison. Abu Diak a d’abord été traité avec des analgésiques avant que son cancer ne soit diagnostiqué. Cinq prisonniers palestiniens ont perdu la vie dans les prisons israéliennes en 2019 et 222 depuis 1967, dont Nasser Taqatqa, qui a développé une pneumonie tout en étant soumis à la torture physique et à des interrogatoires intenses dans un centre de détention israélien. Au lieu d’être soigné, il a été laissé à mourir en vase clos.

Ce mépris israélien pour la vie et la santé des prisonniers palestiniens représente une menace encore plus grande à l’ère de COVID-19, et la réponse israélienne n’a fait que renforcer cette réalité. Comme le notent les scientifiques du PYM – Mouvement de la jeunesse palestinienne, « compte tenu de leurs conditions exécrables, les prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes ont désormais encore plus de raisons de craindre pour leur vie au milieu de la misère et de la rétention délibérée et systématique des soins médicaux qui définit l’emprisonnement. Dans un État colonial qui cherche à rendre tous les modes de vie de plus en plus carcéraux, les prisons deviennent des lieux de résistance cruciaux et les détenus sont les destinataires nécessaires de la solidarité et du soutien alors qu’ils en viennent à assumer la manifestation directe de la détresse entière de leur peuple. »

La menace COVID-19 à l’intérieur des prisons

À ce jour, aucun prisonnier palestinien n’a été diagnostiqué de coronavirus. Cependant, 19 prisonniers palestiniens ont été placés en isolement dans la prison d’Ashkelon après qu’un psychiatre israélien, diagnostiqué plus tard avec COVID-19, a visité la section 3 de la prison, où il a interviewé un prisonnier.

Les prisons et les camps de détention du monde entier constituent une menace importante pour la vie et la santé des personnes qui y sont détenues, notamment en raison de leurs locaux exigus et de leurs conditions insalubres. Comme le note The Justice Collaborative, « le lavage des mains, la désinfection des espaces communs et la distanciation sociale sont parmi les principaux moyens par lesquels les experts disent que les gens peuvent aider à limiter la propagation du virus. Mais derrière les barreaux, certaines des mesures les plus élémentaires de prévention des maladies sont contraires aux règles ou tout simplement impossibles. »

Partout dans le monde, les personnes soumises à l’emprisonnement et à la détention comprennent les prisonniers politiques ainsi que les membres des communautés marginalisées soumises à des modèles raciaux et coloniaux d’incarcération de masse. Les prisonniers et les détenus – y compris ceux qui sont détenus dans des camps et des centres de détention pour chercher à migrer ou à se mettre en sécurité – sont extrêmement pauvres et les travailleurs sont soumis aux ravages du capitalisme ainsi qu’à la déshumanisation de l’emprisonnement.

Comme les scientifiques du PYM note : « Alors que nous luttons pour empêcher la propagation du coronavirus dans nos espaces, nous ne pouvons pas oublier le sort des populations les plus démunies et vulnérables, des Palestiniens emprisonnés et colonisés et des réfugiés aux familles sans papiers forcées brutalement dans les camps de concentration aux États-Unis. Frontière du Mexique où les enfants sont séparés de force de leurs parents et mis en cage dans des pièces réfrigérées et faiblement éclairées, au milieu d’une négligence médicale gratuite et d’une pénurie de ressources. En plus de l’atmosphère carcérale des centres de détention visant à inculquer la peur, la terreur et la souffrance rampantes parmi les sans-papiers et à promouvoir efficacement le nettoyage ethnique par le biais d’un processus structurellement imposé et obligatoire de séparation des familles dont les impacts sur les victimes sont souvent irréversibles, nous ne pouvons pas oublier le les conditions déplorables des prisons américaines actuelles, qui abritent certaines des populations les plus précaires et les plus démunies et sont de même structurellement prédisposés à un risque accru d’infection. Ironiquement, le travail pénitentiaire est utilisé pour fabriquer les désinfectants pour les mains et les masques faciaux que de nombreuses personnes thésaurisent dans le but de contrer la menace d’infection. »

[…]

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra