Partager :

Une femme dans la soixantaine est devenue la première Palestinienne à mourir du COVID-19, la maladie respiratoire causée par le nouveau coronavirus.

Elle était originaire du village de Biddu, près de Ramallah en Cisjordanie occupée, a annoncé mercredi l’Autorité palestinienne.

Le fils de la femme et son épouse, tous deux en quarantaine, ont également été testés positifs pour le virus, portant le nombre total de cas en Cisjordanie occupée à plus de 60, la plupart concentrés autour de Bethléem et de Ramallah.

Entre-temps, le nombre de cas à Gaza est passé à neuf.

Dimanche, l’Autorité palestinienne a déclaré un verrouillage de 14 jours en Cisjordanie pour tenter de contenir la propagation du virus.

Israël n’a pas relâché ses abus contre les Palestiniens malgré la pandémie. Dans un incident choquant lundi, un travailleur palestinien présentant des symptômes pseudo-grippaux et de la fièvre a été largué à un poste de contrôle de Cisjordanie par la police israélienne.

« Des témoins ont déclaré que l’homme, identifié comme Malek, est passé par le poste de contrôle de Maccabim puis s’est effondré sur le sol », a rapporté le journal de Tel Aviv Haaretz .

Une vidéo montre l’homme immobile par terre, avant qu’une ambulance palestinienne ne vienne à son secours:

L’homme a dit à Haaretz qu’après s’être senti malade, son employeur l’a emmené à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv, où il a reçu les premiers soins.

« Il a dit qu’un gardien de l’hôpital l’avait dénoncé à la police et qu’une camionnette était venue le chercher. Les policiers l’ont menotté et emmené au poste de contrôle de Maccabim où il a dit qu’ils l’avaient «jeté dehors» avant que les résultats de son test de coronavirus ne reviennent », a rapporté Haaretz.

Des dizaines de milliers de travailleurs palestiniens travaillent en Israël sans pratiquement aucun droit ni protection.

Au milieu de la pandémie, Israël a déclaré que des milliers de Palestiniens peuvent travailler en Israël, mais doivent y rester pendant deux mois sans rentrer chez eux, souvent sans endroit approprié pour dormir et séparés de leurs familles en Cisjordanie.

Comme Israël fait face à une recrudescence importante de cas de Covid-19, le Premier ministre Benjamin Netanyahu est avertit qu’il peut imposer un verrouillage complet de la population dans quelques jours.

Mercredi, il y avait près de 2 400 cas confirmés et cinq décès, selon le ministère israélien de la Santé.

 

Gaza a du mal à se préparer

 

Parallèlement, le ministère de la Santé de Gaza a annoncé mercredi soir sept nouveaux cas de COVID-19 dans la bande de Gaza.

Cela porte à neuf le nombre total de cas de coronavirus à Gaza.

Les sept nouveaux cas semblent tous avoir contracté le virus des deux premiers cas de coronavirus annoncés samedi.

Les deux premiers patients, qui étaient déjà en quarantaine après leur retour sur le territoire après une conférence au Pakistan, n’ont vu aucun changement dans leur état, a déclaré mercredi le ministère de la Santé de Gaza.

Aucun des neuf cas n’a quitté la quarantaine ou s’est mélangé avec le grand public. Le ministère de la Santé a assuré au public qu’aucun cas de COVID-19 n’avait été enregistré en dehors des centres de quarantaine de Gaza.

Les autorités de Gaza intensifient les tests de dépistage des résidents retournant sur le territoire, a déclaré aux médias le porte-parole du ministère de la Santé, le Dr Ashraf al-Qedra.

Le ministère faisait de son mieux pour se préparer à d’autres cas, malgré les pénuries chroniques de médicaments, de kits de test et d’autres fournitures causées par le siège israélien de 13 ans sur le territoire, a ajouté al-Qedra.

« L’occupation israélienne pratique un racisme systématique contre notre peuple et met en danger la vie de deux millions de personnes face à la nouvelle pandémie de coronavirus », a ajouté al-Qedra.

Al-Qedra a appelé les agences des Nations Unies et d’autres organismes internationaux à aider d’urgence Gaza à obtenir des respirateurs, des kits de test COVID-19, des médicaments et des équipements de protection.

L’économie et le système de santé de Gaza ont été dévastés par trois attaques militaires israéliennes majeures depuis 2008 et le blocus israélien prolongé.

Au moins une usine dans la ville de Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza, répond aux pénuries en fabriquant des blouses médicales avec l’aide de partenaires en Chine:

Appel à lever les sanctions

 

À la lumière des premières infections de coronavirus confirmées à Gaza, le membre du Congrès Mark Pocan a réitéré l’appel des législateurs américains à l’administration Trump pour qu’elle agisse.

« Les États-Unis doivent rétablir l’aide humanitaire à Gaza et demander à Israël de mettre fin immédiatement à son blocus », a tweeté Pocan.

Mais cela est peu probable. Les États-Unis ont jusqu’à présent ignoré les appels à l’assouplissement des sanctions brutales contre l’Iran, qui ont gravement entravé la capacité de ce pays à lutter contre une épidémie dévastatrice de coronavirus qui a tué plus de 2000 personnes.

L’administration Trump a même durci les sanctions malgré l’épidémie.

Mercredi, plus d’une douzaine de grandes organisations religieuses américaines, dont l’Église épiscopale, l’Église presbytérienne et le Comité des services des amis américains, ont écrit au président Donald Trump pour l’exhorter à lever les sanctions contre l’Iran, la Syrie et Gaza en raison de la pandémie.

« Nous vous exhortons à lever les sanctions qui ont un impact négatif sur les populations civiles et d’autres restrictions qui entravent la capacité des gouvernements à répondre à la crise sanitaire », indique la lettre.

« Cela comprend des sanctions financières qui ont une incidence sur la capacité des pays à importer des fournitures et du matériel médicaux indispensables. »

 

Prisonniers palestiniens mis en quarantaine

 

Parallèlement, plusieurs Palestiniens détenus par Israël sont détenus dans des conditions de quarantaine inappropriées, a déclaré mardi le groupe de défense des droits des prisonniers Addameer.

Les Palestiniens ont été transférés de la prison de Petah Tikva le 19 mars à la clinique de la prison de Ramle sans qu’on leur explique pourquoi.

Ce n’est que lorsqu’ils sont arrivés à Ramle qu’ils ont été informés qu’ils avaient été en contact avec un travailleur pénitentiaire israélien qui avait été testé positif pour le nouveau coronavirus.

Un avocat d’Addameer a pu parler par téléphone aux hommes – Ahmad Nassar, Qais Daraghmeh et Ibrahim Awad.

Selon l’avocat, chacun est détenu dans une pièce séparée qu’ils ne sont pas autorisés à quitter. Ils reçoivent des repas mais ne peuvent boire que de l’eau du robinet. Ils n’ont pas été testés pour le coronavirus, mais leurs températures sont prises deux fois par jour.

Un autre prisonnier palestinien a été isolé après que son interrogateur eut été testé positif au COVID-19.

Le Conseil des organisations palestiniennes des droits de l’homme exhorte le Comité international de la Croix-Rouge et les organisations internationales à exiger la libération des détenus à risque.

Les prisonniers palestiniens de plusieurs prisons israéliennes devraient commencer à refuser des repas mercredi pour protester contre les mesures prises par les autorités pénitentiaires qui pourraient les exposer au virus.

Addameer a continué de faire part de ses préoccupations concernant la menace de COVID-19 à quelque 5 000 Palestiniens détenus dans des prisons israéliennes dans des conditions lamentables.

Ils comprennent 180 enfants et 700 détenus malades ou blessés.

 

Article de Ali Abunimah, initialement paru le 25 mars 2020

 

Source : Electronic Intifada – Traduction : Collectif Palestine Vaincra