Partager :

Cette pandémie mondiale causée par le COVID-19 fait peser une menace néfaste sur les camps de réfugiés au Liban. Les réfugiés dans ces camps palestiniens, qui sont déjà confrontés à la surpopulation, à la pauvreté, au chômage de masse et à des infrastructures insuffisantes, ne sont pas en mesure de résister à l’impact économique de cette crise de santé publique avec la fermeture des camps et la perte de leurs emplois. Si nous n’agissons pas maintenant, nous pourrions faire face à une catastrophe humaine totale.

Afin d’aider les réfugiés à pratiquer la distanciation sociale, nous vous demandons de fournir des colis alimentaires contenant chacun des denrées alimentaires essentielles et des fournitures de désinfection pour durer environ un mois. Chaque colis coûte environ 50 $. Veuillez faire un don aujourd’hui pour soutenir les réfugiés palestiniens au Liban pendant cette pandémie mondiale.

À la lumière de l’inédit COVID-19, Al-Awda – la Coalition pour le droit au retour en Palestine et le Mouvement de la jeunesse palestinienne (PYM) organisent cette collecte de fonds d’urgence en partenariat avec le Centre Al-Naqab du camp de réfugiés de Burj Al-Barajneh et le Club culturel palestinien du Camps de réfugiés d’Al-Baddawi et de Mar Elias pour soutenir les camps de réfugiés du Liban. Le but de cette campagne est de collecter 50 000 $ qui seront utilisés pour acheter des colis alimentaires pour les familles résidant dans les camps de réfugiés de Beddawi, Burj Al-Barajneh et Mar Elias.

Chaque paquet coûte 50$ (75 000 livres libanaises) et 1 000 familles dans les camps seront touchées par cette campagne. Votre contribution fournira à la fois des éléments essentiels qui ne sont pas fournis par des organisations humanitaires et réduira le besoin de quitter le domicile pour ces nécessités.

FAIRE UN DON EN LIGNE

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’appel des Palestiniens au Liban :

La maladie et la pauvreté criblent le Liban depuis de nombreuses années, frappant le plus durement les camps de réfugiés, nous plaçant tous Syriens et Palestiniens dans le même sort. Discrimination par le gouvernement libanais couplée à la surpopulation, au chômage de masse et à une infrastructure insuffisante, le COVID-19 constitue une menace néfaste pour ces communautés vulnérables. Nous vous demandons d’aider à fournir des colis alimentaires, d’une durée d’environ un mois chacun à 1 000 familles en difficulté économique. Chaque paquet coûte environ 50 $ et contient des aliments essentiels : riz, sucre, huile, nouilles, pâtes, lentilles, boulgour, haricots, houmous, mortadelle, pandora, mélasse, fromage et thé, qui seront tous achetés auprès des entreprises du camps pour soutenir l’économie de la communauté.

Les réfugiés palestiniens au Liban souffrent d’une situation économique difficile. Cette situation n’est pas nouvelle, mais la baisse des services de l’UNRWA et les coupes budgétaires ont aggravé les difficultés économiques dans les camps, affectant directement les moyens de subsistance des réfugiés. En juin 2019, la situation a été considérablement exacerbée lorsque le ministre libanais du Travail a mis en œuvre des mesures strictes contre la main-d’œuvre étrangère au Liban, qui comprend les réfugiés palestiniens, entraînant des licenciements massifs de travailleurs palestiniens et la fermeture d’entreprises appartenant à des Palestiniens. Ces efforts ont été l’aboutissement d’années de discrimination au travail à l’encontre des réfugiés palestiniens, ce qui a entraîné une pression sur les associations internationales pour qu’elles fixent des quotas d’emploi palestinien.

Toutes ces restrictions, ainsi que le manque de voies légales cohérentes pour faire face au sort des réfugiés palestiniens, ont poussé les camps à se soulever contre ces pratiques racistes de l’État libanais. Les camps ont déclenché une grève et des manifestations se sont étendues à toutes les communautés palestiniennes, ce qui a eu un impact direct sur l’activité économique à l’intérieur des camps, mais aucune réponse n’est venue de l’État libanais.

Les Palestiniens n’ont pas quitté les manifestations à l’intérieur des camps jusqu’à ce que le soulèvement libanais éclate largement, ce qui a conduit le pays à un arrêt complet, affectant les travailleurs palestiniens et libanais. Une économie en déclin et l’effondrement des banques avec des pénuries de liquidités ont également provoqué des grèves de la classe moyenne dans les camps qui avaient de l’argent dans les banques ou qui étaient encore employés par des organisations internationales.

Ces développements rapides ont épuisé toutes les économies des réfugiés palestiniens et appauvri encore plus la classe ouvrière des camps. En conséquence, cet épuisement continu des ressources n’a pas permis à ceux qui se trouvent à l’intérieur des camps d’être prêts à résister à la crise du coronavirus, laissant des milliers de familles sans soutien après plus d’un an de crises économiques.

Ces circonstances difficiles devraient justifier l’intervention de l’UNRWA et d’autres organisations internationales, car elles justifiaient la création de liens de solidarité internes et externes pour sauver ce qui reste à sauver.

En conséquence, de nombreuses institutions palestiniennes et équipes de volontaires se sont battues avec beaucoup de courage pour combler le déficit et atténuer les effets désastreux de la crise économique dans les camps. Certaines de ces organisations sont le Club culturel palestinien et le Centre Alnaqab pour les activités pour les jeunes, qui ont travaillé dur pour contribuer autant que possible aux communautés au sein desquelles ils opèrent (le camp de Beddawi, le camp de Mar Elias et le camp de Burj Al-Barajneh).

Tout au long de la crise, le Club culturel palestinien et le Centre Alnqab ont concentré leurs énergies sur la distribution de rations alimentaires, de repas chauds et de fournitures médicales. Alors que le travail du Club culturel palestinien s’est concentré sur les camps de Beddawi et Mar Elias, les bénévoles du Centre Alnaqab sont impliqués depuis novembre 2019 dans une initiative pour les jeunes («Tabkhet al-Khair») au sein du camp de Burj Al-Barajneh cherchant à soutenir notre les gens avec des vivres. Cependant, ce type de travail, en plus des centaines de volontaires masculins et féminins sur le terrain, a besoin d’un soutien constant.

Par conséquent, nous, au Centre palestinien d’Alnaqab et au Club culturel palestinien, vous invitons à contribuer par des dons en nature et matériels afin que nous ou les nombreux autres groupes travaillant sur le terrain puissions poursuivre nos efforts en faveur de notre peuple.

Organisateurs de campagne

Cette campagne est lancée par Al-Awda – la coalition pour le droit au retour en Palestine, le Mouvement de la Jeunesse Palestinienne (PYM), le centre Al-Naqab du camp de réfugiés de Burj Al-Barajneh et le club culturel palestinien à Al-Baddawi et Mar Elias. Ces organisations dirigent la campagne et collectent les fonds pour aller dans les camps.

Organisations de soutien

Les partisans actuels de l’organisation incluent le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, les Musulmans américains pour la Palestine et le Collectif Palestine Vaincra. Ces organisations s’engagent à promouvoir la campagne et ses objectifs à travers leurs sites Web et leurs réseaux sociaux. Si votre organisation souhaite également devenir un soutien organisationnel, utilisez ce formulaire pour contacter Al-Awda.