Partager :

J’ai récemment été au centre d’une controverse après avoir exprimé publiquement ma colère contre quelqu’un à Gaza qui normaliserait ses relations avec Israël et les Israéliens.

C’est arrivé par accident. Je parcourais Facebook début avril lorsque j’ai découvert un article faisant la promotion d’une réunion sur Zoom – un outil de communication populaire pendant cette pandémie de coronavirus qui maintient tout le monde piégé et isolé (dans le cas de Gaza, encore plus piégé et isolé).

Le post portait le visage de Rami Aman, ce qui m’a rendu curieuse car il est bien connu à Gaza pour ses activités de normalisation. En juin 2019, Aman – qui est considéré dans les cercles israéliens comme un activiste pour la paix – a organisé une course à vélo qui a eu lieu simultanément à Gaza et en Israël.

La course l’a vu brièvement arrêté par les autorités du Hamas à Gaza.

La réunion Zoom a réuni des Palestiniens de Gaza avec des Israéliens. Son objectif déclaré était de discuter de la propagation du coronavirus à Gaza.

J’ai écouté ; la réunion était ouverte à tous ceux qui ont vu la publication Facebook. J’ai entendu Aman dire comment, « nous, les Palestiniens, nous aimons les Israéliens », comment « la majorité est comme moi, ils veulent la paix ».

Je l’ai entendu dire à quel point c’était difficile à Gaza, mais comment il espérait créer une «nouvelle génération».

Il était clair pour moi que ceux qui écoutaient pensaient qu’Aman était la voix des deux millions de personnes à Gaza.

Qui diable est Aman pour parler au nom de quelqu’un ?

Cause profonde de la misère

J’étais tellement en colère en écoutant cette réunion que j’ai commencé à trembler.

C’était la normalisation, pure et simple. Pour moi, il n’y a pas de plus grand péché.

La cause profonde de la misère palestinienne est la création de l’État d’Israël, un péché originel qui a vu la plupart de la population indigène de la terre chassée de chez elle pour devenir des réfugiés dépossédés et démunis, s’ils n’étaient pas simplement assassinés. Les autres se sont retrouvés sous le régime du droit militaire en tant que citoyens de seconde zone du nouvel État.

Israël a refusé tout recours à la justice pour les Palestiniens restés apatrides en 1948. Les réfugiés se sont vu refuser expressément le retour, leurs biens ont été confisqués par l’État et distribués aux nouveaux arrivants d’Europe.

Même ceux qui ont été déplacés à l’intérieur de leur propre pays ont perdu leurs biens et ont été classés – incroyablement – comme «absents actuels».

C’était du vol, total et complet. Et il a été aggravé par l’occupation en 1967 du reste de la Palestine historique.

La normalisation vise à approfondir les liens avec les Israéliens sans les tenir responsables des crimes – historiques et en cours – commis contre le peuple palestinien.

Comment pouvez-vous parler si facilement aux gens qui ont volé votre terre, volé à votre peuple ses biens et son sentiment d’appartenance, tué des dizaines de milliers de personnes et imposé des centaines de restrictions à votre vie ?

Comment parlez-vous si facilement aux gens qui vous traitent de terroriste pour vouloir récupérer ce qui vous appartient? Les gens qui vous diabolisent et vous tirent dessus, emprisonnent vos proches, humilient vos parents.

Comment?

Contrecoup

J’étais fâchée. J’ai exprimé ma colère, clairement et directement, à Aman, qui m’a bloqué.

J’ai tagué trois responsables du Hamas sur les réseaux sociaux. « Espérons que cette absurdité prendra fin dès que possible », leur ai-je écrit.

Il semblerait que ce soit ma plus grosse erreur – du moins pour ceux qui ont lu un article du New York Times et depuis tout le monde entier m’a appelé.

Pour vous donner un avant-goût, ce ne sont qu’une infime fraction des commentaires et des messages en colère que j’ai reçus après la diffusion de l’histoire du New York Times.

« Je voudrais effacer ce sourire sur son visage après l’avoir vue sans emploi », a écrit l’un d’eux. « Vous êtes un animal, trahissant une bête malade et sadique, vraiment vous êtes des ordures », a trouvé un autre qui a eu le courage d’envoyer un message.

« J’espère que vous menez une vie misérable et solitaire », a déclaré un troisième, tandis qu’un autre a simplement commenté : « Honte à Hind Khoudary ».

Pour être clair : je n’ai pas tagué les responsables du Hamas pour m’assurer qu’ils savaient que la réunion avait eu lieu, comme l’a rapporté le New York Times. Aman lui-même a noté lors de la réunion de Zoom que le Hamas était au courant de ses activités.

Je les ai encore moins marqués pour que les autorités arrêtent Aman.

Je ne suis pas un ami particulier du Hamas. Je ne suis pas le Hamas. J’ai également été arrêté en mars 2019 après avoir couvert les manifestations à Gaza contre le gouvernement du Hamas.

J’ai été accusée d’être une espionne et un agent de parties internationales inconnues. On m’a interdit de travailler pendant cinq mois après cela.

Alors qu’Aman a enfreint les règles – il a été arrêté conformément à l’article 153 du Code pénal révolutionnaire de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) de 1979 – arrêter des gens comme lui (ou moi, d’ailleurs) ne fera aucune différence.

L’interdiction du type d’activités dans lesquelles Aman est engagé peut cependant faire une différence. C’est pourquoi j’ai tagué les fonctionnaires.

L’article du New York Times donnait l’impression que, premièrement, le Hamas n’était pas au courant de cette réunion, qui avait été promue sur Facebook, et deuxièmement, que je voulais qu’il soit arrêté.

Normaliser le pervers

Beaucoup de personnes qui ont réagi à cet article étaient en colère que moi, journaliste, j’aurais dû faire obstacle à ce qu’ils perçoivent comme la liberté d’expression d’Aman.

Mais c’est mal comprendre à la fois ce que je crois et ce que cela signifie d’être né et élevé à Gaza, où la liberté de toute nature est une denrée précieuse, et où elle nous est d’abord et avant tout refusée par nos occupants.

Je suis journaliste, oui, mais je suis aussi une Palestinienne qui a été témoin de crimes israéliens toute ma vie.

Je n’oublierai jamais – quand j’avais seulement 5 ans – regarder la télévision et voir Muhammad al-Dura mourir dans les bras de son père après avoir été abattu par des soldats israéliens.

Je n’oublierai jamais le bruit des frappes aériennes qui se sont abattues sur nous – tant de fois – avec mes parents et mes frères essayant d’agir comme s’ils n’étaient que des orages.

J’ai vécu sous un blocus sans fin, j’ai survécu à deux guerres d’agression (j’étais à l’extérieur de Gaza lors de l’attaque de 2012) et j’ai couvert la Grande Marche du Retour, où des gens ont été utilisés comme des cibles, leurs vies et leurs membres détruits par des tireurs d’élite chaque semaine.

Je crois que le pire péché qu’un Palestinien puisse commettre est la normalisation.

Je sais que ce qui s’est passé peut affecter ma future carrière, ma relation avec les organisations internationales avec lesquelles j’ai travaillé auparavant, même ma présence en ligne. J’ai déjà été expulsée de quelques groupes de journalistes en ligne.

Mais j’ai également reçu beaucoup de soutien de Palestiniens, de gens ordinaires, de journalistes et de militants politiques.

Et à ceux qui demandent comment parvenir à la résolution et à la paix sans «dialogue», la réponse est simple : la paix commence lorsque l’occupation prend fin.

 

Hind Khoudary, journaliste indépendante palestinienne

 

Source : Electronic Intifada – Traduction : Collectif Palestine Vaincra