Partager :

Les prisonniers palestiniens de la prison d’Ofer de l’occupation israélienne ont annoncé une escalade des protestations et la fermeture de leurs sections après qu’un Palestinien détenu là-bas a été diagnostiqué avec un coronavirus à sa libération.

Nour al-Din Sarsour, 19 ans, qui a été libéré d’Ofer le 31 mars 2020, a été testé positif au COVID-19 après être allé à l’hôpital après sa libération. Il a été arrêté le 18 mars et détenu au centre d’interrogatoire Benjamin avant d’être transféré à Ofer.

Des prisonniers politiques palestiniens ont célébré sa libération avec lui, car ni lui ni ses codétenus n’étaient au courant de son état. Parce qu’il n’y a pas de test systématique de COVID-19 dans les prisons israéliennes – même pour les prisonniers connus pour être exposés à des geôliers israéliens atteints de coronavirus – Sarsour et ses codétenus n’ont jamais été testés.

Cette situation persiste malgré l’entrée répétée de plusieurs geôliers, gardiens, juges de tribunaux militaires et interrogateurs israéliens dans les prisons et les chambres et sections des prisonniers ; certains d’entre eux ont ensuite été diagnostiqués avec un coronavirus. Les prisonniers politiques palestiniens et les organisations de défense de leurs droits humains ont demandé leur libération immédiate et même des protections de santé de base, mais le régime d’apartheid israélien a continué d’intensifier ses tactiques répressives contre les prisonniers tout en leur refusant l’accès aux produits de nettoyage, aux soins de santé appropriés et à l’assainissement.

Des sources à l’intérieur de la prison d’Ofer ont confirmé à Samidoun qu’elles avaient décidé de fermer leurs sections pour exprimer leur indignation face au manque de protection pour les prisonniers. Il y a de très graves inquiétudes et même de la panique à l’intérieur de la prison d’Ofer, en particulier suite à l’annonce de la détention de Sarsour dans la section 14, une section pour les nouveaux détenus, avec 36 autres détenus. Il y a été détenu 12 jours avant sa libération. Néanmoins, l’administration israélienne n’a annoncé aucun plan de libération ou même de test des prisonniers qui y sont détenus.

Comme le rapporte Wattan News, les prisonniers de la prison du désert du Néguev ferment également leurs sections en réponse aux violations continues de leurs droits et à la menace pour leur santé que représente la combinaison meurtrière de COVID-19, l’incarcération, l’occupation et l’apartheid. Il y a beaucoup de tension dans toutes les prisons israéliennes après le rapport du diagnostic de Sarsour, d’autant plus qu’il y a un certain nombre de prisonniers gravement malades, de prisonniers âgés et d’enfants prisonniers qui sont encore plus vulnérables dans les conditions étroites et surpeuplées dans lesquelles les prisonniers politiques palestiniens sont emprisonnés.

L’un des détenus palestiniens d’Ofer qui était détenu dans la section 14 avec Sarsour a ensuite été transféré dans une autre section. Lorsque les prisonniers ont demandé qu’il soit mis en quarantaine, l’administration aurait refusé, forçant les prisonniers à développer leur propre système d’isolement et de quarantaine pour le détenu potentiellement infecté. Les prisonniers palestiniens sont contraints de mettre au point leurs propres méthodes d’autoprotection en raison de leur déni par l’occupation israélienne, malgré la pleine responsabilité de ce dernier pour la vie et la santé des détenus.

En outre, les raids répressifs contre les sections des prisonniers se sont poursuivis. Les gardes des unités répressives saccagent les objets des prisonniers, les exposant au contact de leurs mains ainsi qu’à un flot de personnes supplémentaires susceptibles d’être exposées au coronavirus. Non seulement les prisonniers palestiniens ne peuvent pas avoir « une distance sociale » – ils sont détenus six à huit dans une pièce – mais ils sont constamment menacés d’être exposés à des gardes, des soldats et d’autres forces d’occupation israéliennes qui interagissent régulièrement avec le monde extérieur.

Les prisonniers palestiniens exigent que tous les prisonniers d’Ofer soient testés pour le COVID-19, en particulier les enfants détenus dans la section 13, située à côté de la section 14; que le dénombrement quotidien soit effectué par des caméras et que les fouilles des fenêtres soient effectuées de l’extérieur plutôt que de l’intérieur des pièces, afin de réduire leur exposition aux gardes et soldats israéliens qui continuent d’interagir avec le monde extérieur.

Le traitement réservé par le régime israélien aux prisonniers palestiniens constitue au minimum une grave négligence à l’égard de la santé et de la vie des prisonniers politiques palestiniens, conformément à sa pratique de longue date de négligence médicale.

Le réseau de soutien aux prisonniers palestiniens Samidoun souligne que la négligence médicale systématique et les abus perpétrés par le régime d’occupation israélien contre les prisonniers politiques palestiniens constituent non seulement une menace grave pour leur santé et leur vie, mais reflètent également une décision politique de déshumaniser, de réprimer et de marginaliser davantage les détenus Palestiniens. La pandémie mondiale de COVID-19 exige que les prisonniers politiques palestiniens soient immédiatement libérés pour protéger leur santé contre le danger de propagation mortelle à l’intérieur des prisons, en particulier les enfants prisonniers, les prisonniers âgés et les prisonniers malades.

Nous réitérons notre demande de libération de tous les prisonniers politiques palestiniens emprisonnés pour leur résistance à l’occupation et à l’apartheid. La pandémie de coronavirus ne fait que souligner davantage l’urgence actuelle de cette demande.

Nous exhortons tous les partisans de la Palestine à se joindre à l’appel d’Addameer à l’action en faveur des prisonniers palestiniens : ICI

Alors que nous affrontons le COVID-19, nous savons qu’il est important, peut-être maintenant plus que jamais, de soutenir les prisonniers palestiniens et le peuple palestinien, qui sont confrontés à l’apartheid, au racisme, à la colonisation de peuplement et au sionisme, une menace profonde pour la santé publique qui persiste en Palestine depuis plus de 70 ans. Si nous recherchons un avenir dans lequel nous pouvons vraiment défendre ensemble l’humanité, nous devons nous tenir aux côtés du peuple palestinien pour mettre fin à ce système, ainsi que le système impérialiste qui le finance, l’arme et le rend autonome.

Liberté pour tous les prisonniers palestiniens ! Liberté pour la Palestine, du fleuve à la mer !

 

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra