Partager :

Il y a cent ans, des représentants de quelques pays puissants se sont réunis à San Remo, une ville endormie de la Riviera italienne. Ensemble, ils ont scellé le sort d’immenses territoires confisqués à l’Empire ottoman après sa défaite lors de la Première Guerre mondiale.

C’est le 25 avril 1920 que la résolution de la conférence de San Remo a été adoptée par le Conseil suprême des puissances alliées de l’après-Première Guerre mondiale. Des mandats occidentaux ont été établis sur la Palestine, la Syrie et la « Mésopotamie » – l’Irak. Ces deux derniers ont été théoriquement désignés pour l’indépendance provisoire, tandis que la Palestine a été accordée au mouvement sioniste pour y établir une patrie juive.

« Le mandataire sera chargé de mettre en vigueur la déclaration (Balfour) faite à l’origine le 8 novembre 1917 par le gouvernement britannique et adoptée par les autres puissances alliées, en faveur de l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif », lit-on dans la résolution.

La résolution a accordé une plus grande reconnaissance internationale à la décision unilatérale prise par la Grande-Bretagne, trois ans plus tôt, d’accorder la Palestine à la Fédération sioniste dans le but d’établir une patrie juive, en échange du soutien sioniste à la Grande-Bretagne pendant la Grande Guerre.

Et, comme la déclaration Balfour de la Grande-Bretagne, une mention rapide a été faite des malheureux habitants de la Palestine, dont la patrie historique a été injustement confisquée et remise aux colons.

La création de cet État juif, selon San Remo, reposait sur un vague « accord » selon laquelle « rien ne sera fait qui puisse porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives existantes en Palestine ».

L’annexe ci-dessus n’a servi seulement comme une mauvaise tentative d’apparaître politiquement équilibrée, alors qu’en réalité aucun mécanisme d’application n’a été mis en place pour garantir que l’ « accord » soit jamais respectée ou mis en œuvre.

En fait, on pourrait soutenir que le long engagement de l’Occident dans la question d’Israël et de la Palestine a suivi le même prototype de San Remo: où le mouvement sioniste (et finalement Israël) se voit accorder ses objectifs politiques fondées sur des conditions inapplicables qui ne sont jamais respectées ou mises en œuvre.

Notez que la grande majorité des résolutions des Nations Unies relatives aux droits des Palestiniens sont historiquement adoptées par l’Assemblée générale, et non par le Conseil de sécurité, où les États-Unis sont l’une des cinq puissances ayant un droit de veto, toujours prêts à annuler toute tentative d’application du droit international.

C’est cette dichotomie historique qui a conduit à l’impasse politique actuelle.

Les dirigeants palestiniens, l’un après l’autre, ont misérablement échoué à changer le paradigme étouffant. Des décennies avant la création de l’Autorité Palestinienne, d’innombrables délégations, comprenant celles qui prétendaient représenter le peuple palestinien, se sont rendues en Europe, faisant appel à un gouvernement ou à un autre, plaidant le cas palestinien et exigeant l’équité.

Qu’est-ce qui a changé depuis ?

Le 20 février, l’administration Donald Trump a publié sa propre version de la déclaration Balfour, dénommée « l’accord du siècle ».

La décision américaine qui, encore une fois, bafouait le droit international, ouvre la voie à de nouvelles annexions coloniales israéliennes de la Palestine occupée. Il menace effrontément les Palestiniens que s’ils ne coopèrent pas, ils seront sévèrement punis. En fait, ils l’ont déjà été, lorsque Washington a coupé tout financement à l’Autorité Palestinienne et aux institutions internationales qui fournissent une aide essentielle aux Palestiniens.

Comme lors de la Conférence de San Remo, de la Déclaration de Balfour et de nombreux autres documents, Israël a été prié, toujours avec politesse mais sans aucun plan pour faire respecter de telles exigences, d’accorder aux Palestiniens des gestes symboliques de liberté et d’indépendance.

Certains peuvent soutenir, à juste titre, que le « Deal du siècle » et la résolution de la conférence de San Remo ne sont pas identiques dans le sens où la décision de Trump était unilatérale, tandis que San Remo était le résultat d’un consensus politique entre divers pays – la Grande-Bretagne , la France, l’Italie et d’autres.

Certes, mais deux points importants doivent être pris en compte: premièrement, la Déclaration Balfour est également une décision unilatérale. Il a fallu trois ans aux alliés britanniques pour accepter et valider la décision illégale prise par Londres d’accorder la Palestine aux sionistes. La question est maintenant de savoir combien de temps faudra-t-il à l’Europe pour revendiquer le « Deal du siècle » comme le sien ?

Deuxièmement, l’esprit de toutes ces déclarations, promesses, résolutions et « accords » est le même, où les superpuissances décident, en vertu de leur propre influence, de réorganiser les droits historiques des nations. D’une certaine manière, le colonialisme d’autrefois n’est jamais vraiment mort.

L’Autorité Palestinienne, comme les dirigeants palestiniens précédents, se voit remettre les proverbiales carotte et bâton. En mars dernier, le gendre du président américain Donald Trump, Jared Kushner, a déclaré aux Palestiniens que s’ils ne reprenaient pas les négociations (inexistantes) avec Israël, les États-Unis soutiendraient l’annexion par Israël de la Cisjordanie.

Depuis près de trois décennies maintenant et, certainement, depuis la signature des accords d’Oslo en septembre 1993, l’Autorité Palestinienne a choisi la carotte. Maintenant que les États-Unis ont décidé de changer complètement les règles du jeu, l’autorité de Mahmoud Abbas est confrontée à sa menace existentielle la plus grave à ce jour: s’incliner devant Kushner ou insister pour revenir à un paradigme politique mort qui a été construit, puis abandonné, par Washington .

La crise au sein de la direction palestinienne est accueillie avec une clarté absolue de la part d’Israël. Le nouveau gouvernement de coalition israélien, composé des précédents rivaux, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu et Benny Gantz, a provisoirement convenu que l’annexion de grandes parties de la Cisjordanie et de la vallée du Jourdain n’est qu’une question de temps. Ils attendent simplement le signe de tête américain.

Il est peu probable qu’ils attendent longtemps, comme l’a déclaré le 22 avril le secrétaire d’État, Mike Pompeo, que l’annexion des territoires palestiniens est « une décision israélienne ».

Franchement, cela importe peu. La Déclaration Balfour du 21e siècle a déjà été faite ; il s’agit seulement d’en faire la nouvelle réalité incontestée.

Il est peut-être temps pour les dirigeants palestiniens de comprendre que ramper aux pieds de ceux qui ont hérité de la résolution de San Remo, construisant et soutenant l’État colonial d’Israël, n’est jamais et n’a jamais été la réponse.

Peut-être l’heure est-elle venue pour un réexamen sérieux.

 

Par Ramzy Baroud, journaliste

 

Source : Middle East Monitor – Traduction : Collectif Palestine Vaincra