Partager :

Le 25 mars 2020, Nicole Belloubet, ministre de la Justice, annonçait que décision était prise avec le gouvernement, au vu de la crise sanitaire engendrée par la pandémie, de libérer de façon anticipée plusieurs milliers de détenus en fin de peine.

Depuis lors, nombreuses sont les voix qui s’élèvent pour exiger une fois de plus la libération de Georges Abdallah : on ne compte plus les lettres adressées, en ce sens, à la Garde des Sceaux par les collectifs et les organisations de soutien sur le plan national et international mais aussi les interpellations formulées par des députés de plus en plus acteurs et actifs dans ce combat.

Et pour autant, force est de constater aujourd’hui cette fois encore, et ce malgré le contexte très exceptionnel de la menace grandissante et de l’urgence d’agir, qu’une fin de non-recevoir est là encore exprimée à travers le silence assourdissant et criminel de ce pouvoir politique et judiciaire pleinement responsable et coupable d’exposer Georges Abdallah au risque du coronavirus.

Cette fois encore, semble-t-il, pas question de libérer Abdallah ! Pas question de libérer Georges Abdallah, dont, depuis maintenant plus de 21 ans, « la demande de libération n’est pas recevable ! ».

Pas question de libérer Abdallah ! Alors que Georges Abdallah a vu sa peine de sûreté accomplie en 1999 et qu’il est libérable depuis plus de 20 ans.

Pas question de libérer Abdallah ! Alors qu’en 2012, le tribunal d’application des peines a donné un avis favorable à sa libération et que, depuis lors, le Liban, son pays, a réaffirmé à maintes reprises son accord pour son retour.

Pas question de libérer Abdallah ! Alors que Georges Abdallah, âgé de 69 ans, est aujourd’hui l’un des plus anciens prisonniers politiques en Europe après 36 ans de captivité.

Et pour autant, s’il est bien un état d’urgence qu’il faut décréter aujourd’hui, c’est bien celui de libérer Georges Abdallah !

Face à ce déni encore réitéré par le pouvoir en place de la légitime libération de Georges Abdallah, nous, signataires de ce texte, exigeons une fois de plus la libération de ce résistant et appelons à accentuer la pression pour imposer le rapport de force qui seul fera plier ces donneurs d’ordre – comme le signalait déjà en toute clairvoyance Georges Abdallah quand, en octobre 2019, il déclarait déjà : « il ne suffit pas que l’État du Liban “demande” ma libération, encore faut-il établir un rapport de force réellement existant pour faire comprendre aux représentants de l’impérialisme français que mon incarcération commence à peser plus lourd que les possibles menaces inhérentes à ma libération ! ».

Faisons entendre le plus largement possible, chaque jour et de partout, le cri de Georges Abdallah et avec lui de tous les prisonniers politiques et multiplions toutes les initiatives, dans la diversité de nos expressions, pour exiger sa libération immédiate, ici et maintenant !

Que mille initiatives fleurissent !

C’est ensemble et seulement ensemble que nous vaincrons !

Paris, 25 avril 2020

Premiers signataires (liste ouverte à signature) :

Campagne unitaire pour la libération de Georges Abdallah, ACTA – média autonome et partisan, Action antifa NP2C, Anti Internment Group London, Association France Palestine Solidarité du Gers (32), Association Culturelle des Travailleurs Immigres de Turquie (ACTIT), Association Nationale des Communistes (A.N.C), Autonomie de classe (A2C), BDS France Marseille, Campagne internationale de solidarité avec Ahmad Sa’adat, Campagne internationale pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah, CAPJPO-EuroPalestine, Cases Rebelles, Collectif « Bassin minier » pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah, Collectif Contre Les Abus Policiers (C.L.A.P33), Collectif de soutien à la résistance palestinienne (CSRP59), Collectif Jaunes Etc33, Collectif Justice pour la Palestine Annecy, Collectif Libérons Georges 33, Collectif Palestine Vaincra, Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah (C.L.G.I.A), Collectif pour la libération de Georges Abdallah 65, Collectif 69 de soutien au peuple palestinien, Comité d’action et de soutien aux luttes du peuple Marocain, Comité de solidarité tunisien pour la libération de Georges Abdallah, Comité de soutien international à la guerre populaire en Inde, Comité « Libérez-les !  » (59 – 62), Compagnie Jolie Môme, Femmes Plurielles, Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (F.U.I.Q.P), G.R.C, Initiative de la jeunesse de Partizan / Marxiste-Léniniste-Maoïste (PGI/MLM), International Committee for Political Prisoners London, International Solidarity Movement -France (ISM-France), Jeunes révolutionnaires, L’Action Révolutionnaire – LGBTI, L’Appel belge pour la libération de Georges Abdallah, La Commission Arabe des Droits Humains, Le Cri rouge pour la libération des prisonniers révolutionnaires, Le Mouvement de la jeunesse pour le changement (Liban), Le Réseau de soutien aux prisonniers palestiniens Samidoun, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (M.R.A.P) Tarbes (65) ,Movimiento de mujeres palestina Alkarama, Nouveau parti anticapitaliste (N.P.A), OCML Voie Prolétarienne, Orchestre Poétique d’Avant-guerre (O.P.A), Parti Communiste du Liban (P.C.L) Parti des Indigènes de la République (P.I.R), PARTİZAN, Plate-forme Charleroi-Palestine (Belgique), Plateforme des prisonniers politiques en Turquie et au Kurdistan, Réseau syndical international de solidarité et de luttes, Secours Rouge International, Secours Rouge Lille, Socorro Rojo Internacional (Madrid), Soccorso Rosso Proletario (Italia), Solidarité Georges Abdallah Lille, Union des Femmes Socialistes (SKB), Union Juive Française pour la Paix (U.J.F.P), Union prolétarienne ML, Union syndicale Solidaires, Union syndicale Solidaires 33, Unité Communiste (69 – Lyon)

Signataires à titre personnel :

Nils ANDERSSON ; Philippe ARNAUD, syndicaliste du 33 ; Khaled BARAKAT ; Christophe BATICLE, socio-anthropologue (Amiens) ; Badia BENJELLOUN ; Samia BENTOUNES, SUD emploi ; Saïd BOUAMAMA ; Alima BOUMEDIENE, avocate, ancienne parlementaire ; Youssef BOUSSOUMAH (PIR) ; Houria BOUTELDJA (PIR) ; Jean-Pierre BRÈTHES (33 -Bordeaux) ; François BROUQUISSE ; Hervé BUFFAT, militant communiste et syndicaliste ; Laetitia CALLENS ; Michel CARRERE (65 -Lannemezan) ; Michel COLLON Philippe DAUMAS ; Jacques DELEPINE (27 -La Haye Aubree) ; Michel DESMARS, retraité SUD Rail ; Laurent DE WANGEN, enseignant et membre de l’AFPS ; Françoise DURAND ; Peggy DURLIN ; Jacques GAILLOT, évêque ; Dominique GRANGE, chanteuse engagée ; André GREDER (82 -Montauban) ; Joëlle GREDER (82 -Montauban) ; Josette GUIDA (33 -Biganos) ; Djelloul HATTAB (collectif 65) ; Jean HAURAT ; Klaus HELMS, member of the Industrial Workers of the World (IWW), Germany ; Jacky HÉNIN ; Charles HOAREAU ; Amparo IBANEZ ; Abubakra JALDIA ; Afifa KARAKE – Liban ; Sarah KATZ ; Daniel LARREGOLA (collectif 65) ; Jacqueline LAVY ; Olivier LE COUR GRANDMAISON, universitaire ; Michael LOWY, sociologue ; Christian MAHIEUX, syndicaliste ; Brigitte MATINEAU ; José NAVARRO (09 – Rabat les Trois Seigneurs) ; Aline PAILLER, journaliste ex députée européenne ; Hélène PAULAIS (33- Bordeaux) ; Marianne PERDU, lectrice-correctrice ; JACQUES PIMBEL, président AFPS 32 ; Loïc PRUD’HOMME, député insoumis de la Gironde ; Carole RADUREAU ; Alain RAYNAL (82 -Montauban) ; Mathieu RIGOUSTE ; Pierre STAMBUL ; TARDI, auteur-dessinateur ; Françoise VERGÈS ; Annick VERNAY ; Marie Pierre VIEU, éditrice, ancienne députée européenne ; Christiane VOLLAIRE, philosophe