Partager :

Le 2 août est le jour anniversaire de la naissance de Georges Habache, fondateur du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) et figure de la révolution palestinienne qui est décédé le 26 janvier 2008. À cette occasion, le journal palestinien Al Hadaf s’est entretenu avec Leila Khaled, personnalité emblématique palestinienne et membre du bureau politique du FPLP. Elle est par ailleurs membre d’honneur du Collectif Palestine Vaincra.

Elle a souligné « qu’en ce jour où nous commémorons ce souvenir embaumé, je réaffirme ma fierté d’avoir vécu au temps de George Habache, un temps rempli d’une pensée éclairée appelant à soulager notre peuple du poids de l’injustice qu’il vit, notamment les plus pauvres d’entre eux, les prolétaires, les ouvriers mais aussi les femmes ; il a toujours affirmé que les femmes sont aussi persécutées en tant que groupe social, c’est ce qui nous a motivé, nous les femmes palestiniennes, à en faire toujours plus pour anéantir toute forme de persécution à l’égard des femmes de notre peuple. »

Elle a poursuivi l’entretien en affirmant que « George Habache est un cas rare dans l’histoire de notre peuple. Il a donné sa vie pour la Palestine et pour que nous puissions mener une vie digne et valeureuse dans une patrie libre. Il répétait constamment : n’ayez pas peur de suivre le chemin de la vérité, aussi peu fréquenté puisse-t-il être. Ces paroles sont gravées sur sa tombe. Par conséquent, quand nous remarquons cette lucidité qui prime sur sa pensée, s’exprimant dans les mots les plus simples pour que nos militants puissent les saisir en profondeur et s’armer avec, il devient indubitable qu’il incarne un vrai leader de la pensée et de la politique, possédant les bases essentielles que tout rassemblement ou organisation doit avoir ; lui, le fondateur du Mouvement nationaliste Arabe en réponse à la Nakba palestinienne, puis le Front populaire de libération de la Palestine avec ses compagnons de route Wadie Haddad, Hani Al-Hindi, Abu Maher Al-Yamani, Abu Ali Mustafa et Ghassan Kanafani. » 

Elle a également rappelé les combats menés de Georges Habache contre les ennemis de la cause palestinienne : « Georges Habache et ses camarades ont clairement désigné dans le document politique de 1969 du FPLP qui étaient les ennemis de notre peuple : l’impérialisme, le sionisme et les régimes réactionnaires arabes. […] Avec toute cette clarté, nous avons été armés afin de ne pas être vaincus au milieu de la route. » Par ailleurs, elle a affirmé que Georges Habache considérait que « les accords d’Oslo étaient ‘le tremblement de terre palestinien’. Les accords d’Oslo disaient littéralement que nous avions perdu la bataille de l’État palestinien. »

Elle a souligné que « ce dirigeant, qui jouissait d’une grande intégrité intellectuelle, politique et organisationnelle, a posé les bases pour un chemin aussi long qu’ardu. Il avait coutume de dire que ce chemin ne sera pas d’une courte durée, mais plutôt il faudra une centaine d’années pour vaincre le sionisme tant idéologiquement que politiquement. Il ne nous a pas promis une Palestine libérée en quelques années, mais après une période qui s’étend dans le temps. Il avait conscience que l’ennemi auquel nous sommes confrontés est un ennemi à mille et une facettes que nous ne pourrons pas vaincre dans un cours laps de temps, comme certains le préconisaient au début de la révolution armée palestinienne contemporaine. C’est de notre responsabilité de ne pas induire nos partisans en erreur. »  Enfin, elle a conclu cet entretien en réaffirmant que« nous, les enfants de ce front, continuons sur le même chemin que Georges Habache a établi avec ses camarades afin de nous conduire vers une Palestine libre de la mer au Jourdain ».

Source : Al Hadaf News – Traduction : Collectif Palestine Vaincra