Partager :

Une partie de la ville de Beyrouth est dévastée après la double explosion survenue mardi 4 août. Alors que des dizaines d’habitants sont portés disparus, au moins 137 décès ainsi que 5000 blessés et des centaines de milliers de sans-abris sont à déplorer.

En visite à Beyrouth jeudi 6 août, Emmanuel Macron est venue apporter une aide humanitaire à un pays exsangue, déjà en butte à une situation économique et sociale catastrophique. Mais la venue du président français ne s’est pas fait sans heurts. En effet, de nombreuses personnalités libanaises ont dénoncé un double discours néo-colonial soulignant que l’objectif de Macron est avant tout d’imposer des réformes structurelles au pays selon les besoins et les exigences du FMI. Le meilleur exemple de ce double discours est le maintien en prison par la France de Georges Abdallah, un communiste libanais emprisonné par les autorités françaises depuis 1984 et libérable depuis 1999. Celui-ci est gardé en otage alors que les appels pour sa libération se multiplient en particulier en France et au Liban. Ainsi, l’intellectuel libanais Samah Idriss a souligné « nous voulons la libération de Georges Abdallah avant toutes vos ‘aides’ et vos promesses » !

Par ailleurs, la visite d’Emmanuel Macron dans les rues de la capitale libanaise sinistrée a été interrompue à plusieurs reprises au cris de « Liberté pour Georges Abdallah » par une jeunesse qui refuse d’être traitée comme un sujet colonial par la puissance française, qui dénonce un État libanais corrompu et complice et qui voit Georges Abdallah comme un symbole de dignité, de résilience et de résistance arabe et anti-impérialiste.

Alors que les mobilisations se poursuivent pour obtenir la libération du combattant de la résistance palestinienne et arabe, nous devons plus que jamais faire grandir le mouvement de solidarité ! Car bien au-delà d’une affaire individuelle, Georges Abdallah incarne une alternative vers un Liban débarrassé de l’ingérence française et de sa classe politique corrompue : un Liban libre et démocratique !