Partager :

Au lendemain de l’explosion du port de Beyrouth, nous avons organisé une collecte de solidarité au Centre Al Naqab, un centre culturel pour la jeunesse du camp de réfugiés palestiniens de Burj Al Barajneh au sud de Beyrouth. En quelques jours, nous avons récolté 500 € afin de les soutenir dans leur travail plus que jamais nécessaire. Nous publions ci-dessous le message qu’ils nous ont adressé mettant en avant que la solidarité est d’abord et avant tout l’entraide dans le combat commun. Vous pouvez toujours faire en ligne ici.

 

A nos camarades de France, et au Collectif Palestine Vaincra, nous vous adressons nos salutations les plus sincères depuis le camp de Burj Al Barajneh au Liban. Nous vous adressons cette lettre alors que Macron ne faisait que défiler récemment dans les rues de Beyrouth et était reçu comme un sauveur par certains, d’autres ont protesté contre sa présence en criant « Libérez George Abdallah ». Comme eux, nous ne sommes pas dupes des singeries de Macron. Car nous ne connaissons que trop bien le rôle de la France en tant qu’oppresseur – de la colonisation de l’Algérie, du Levant, de l’Afrique de l’Ouest et de l’Asie du Sud-Est aux politiques néocoloniales de la « Françafrique », qui continuent d’exploiter les populations du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et au-delà. Nous avons également vu comment les policiers français agissent comme une force d’occupation dans les banlieues – battant, tuant et emprisonnant nos frères et sœurs noirs et arabes. Nous connaissons également les politiques néolibérales vicieuses que le gouvernement Macron et ses prédécesseurs ont mises en place, et nous avons vu ses flics battre les travailleurs en grève et les étudiants qui se sont levés pour leur résister.
Au Liban, notre peuple continue de faire face à l’injustice de l’exil forcé de notre patrie. En tant que réfugiés depuis 72 ans, nous avons été privés de nos droits humains fondamentaux dans le monde entier, mais au Liban, la discrimination et le racisme auxquels nous sommes confrontés sont aussi flagrants qu’évidents. En tant que Palestiniens, nous sommes privés de nombreux emplois, de la possibilité de posséder des biens et de l’accès à la sécurité sociale. Notre peuple est forcé de vivre dans des camps de réfugiés surpeuplés, qui manquent d’infrastructures de base et sont assiégés par des barrières physiques et des points de contrôle militaires. L’effondrement financier et économique en cours au Liban a continué à décimer notre peuple, dont la situation financière et économique était déjà précaire. La situation n’a fait que s’aggraver en raison de la pandémie du COVID-19 et de la récente explosion du port de Beyrouth.
Au centre Al-Naqab, nous continuons de lutter pour la survie de notre peuple. Notre principale activité est l’éducation. Pour contrer la disparité des possibilités d’éducation et de la qualité des écoles offertes à notre peuple, nous offrons gratuitement un soutien scolaire et un tutorat aux étudiants palestiniens de Burj al Barajneh. Nous enseignons également l’histoire et la géographie de la Palestine et de notre lutte. En outre, nous avons une équipe de football pour les jeunes car nous pensons que le sport peut être un outil éducatif qui renforce le leadership, l’estime de soi, la confiance en soi et la coopération. Nous organisons également des campagnes et des événements pour soutenir la lutte palestinienne. Plus récemment, et en raison de la situation économique, Al-Naqab s’est associé à d’autres groupes et individus dans le camp pour organiser des distributions de nourriture.
Dans tout notre travail, nous nous sommes appuyés sur un modèle de financement indépendant en n’acceptant que les dons inconditionnels et les cotisations des membres. Cela fait partie de notre objectif de construire une organisation utilisant un modèle alternatif au modèle dépolitisé des ONG qui en est venu à dominer et à contrôler nos camps et nos espaces. Avec le soutien de principe continu de notre communauté et de nos partisans dans le monde entier, nous pouvons démontrer qu’une autre voie est possible. Malgré l’état d’effondrement total et de chute libre dans l’abîme, nous refusons de nous rendre à la réalité désespérée et nous vivons selon les mots du camarade George : « Je ne regrette rien, je n’accepte aucun compromis, je continuerai à résister !«