Partager :

Le 8 octobre, Maher al-Akhras entame son 74ème jour de grève de la faim pour la dignité et la liberté. Le prisonnier palestinien est dans un état grave car il poursuit sa grève pour protester contre son emprisonnement sans charge ni procès dans le cadre de la détention administrative israélienne.

Ces ordres de détention – introduits pour la première fois en Palestine par le mandat colonial britannique et utilisés régulièrement par l’occupation israélienne – sont renouvelables indéfiniment et sont utilisés pour emprisonner les Palestiniens pendant des années. Il y a actuellement environ 350 Palestiniens emprisonnés sans accusation ni procès dans le cadre de la détention administrative parmi un total de 4 400 prisonniers politiques palestiniens.

Ce père de six enfants, âgé de 49 ans, est actuellement détenu au centre médical de Kaplan. Alors que l’occupation israélienne a prétendu « geler » sa détention administrative, ce terme indique qu’il sera à nouveau emprisonné sans accusation ni procès dès que sa crise sanitaire urgente se sera calmée ou qu’il aura mis fin à sa grève de la faim.

En effet, un tribunal israélien a même refusé d’entendre sa deuxième requête contre sa détention le 1er octobre, déclarant que son ordre de détention n’est « pas actif actuellement », même s’il sera réimposé dès que son état de santé s’améliorera. Au lieu de cela, il poursuit sa grève et met son corps et sa vie en danger pour la liberté et la fin de la détention administrative.

« Mes seules conditions sont la liberté ou la mort », a déclaré M. al-Akhras à son avocat, Ahlam Haddad, dans un message depuis son lit d’hôpital. « Soit je vis librement avec mes enfants, soit je suis tué au nom d’une fausse justice ». Haddad a indiqué qu’il avait rejeté une proposition visant à le libérer à la fin de sa période de détention actuelle, le 26 novembre ; au lieu de cela, il demande sa libération immédiate.

« Cette grève est … pour la défense de chaque prisonnier palestinien, et pour la défense de mon peuple qui souffre de l’occupation, et ma victoire dans cette grève est une victoire pour les prisonniers et mon peuple palestinien », a affirmé Al-Akhras.

Sa femme, Taghreed al-Akhras, a annoncé qu’elle rejoindra son mari dans sa grève de la faim pour souligner encore plus l’urgence de la situation. Son mari a lancé sa grève dès qu’il a été placé en détention administrative fin juillet, en rejetant cette politique illégitime et illégale, qui a été largement condamnée dans le monde entier.

Le recours systématique et habituel d’Israël à la détention administrative contre des civils palestiniens constitue une grave violation de la quatrième Convention de Genève et des articles 9, 10 et 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ainsi que des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité au sens du Statut de Rome de la Cour pénale internationale. Depuis 1967, au moins 50 000 ordres de détention administrative ont été délivrés par des responsables militaires et des tribunaux israéliens.

Taghreed al-Akhras a également rapporté que son mari a perdu près de la moitié de son poids corporel, qu’il souffre de graves maux de tête et de bourdonnements d’oreilles constants ; il est trop faible pour se tenir debout ou aller aux toilettes. C’est la cinquième fois que Taghreed al-Akhras, connu pour son ferme soutien aux prisonniers politiques palestiniens, est emprisonné par les forces d’occupation israéliennes. Il est né en août 1971 à Silat al-Dhahr, un village près de Jénine ; il a été arrêté en 1989, 2004, 2009 et à nouveau en 2018, la plupart du temps emprisonné sans charge ni procès dans le cadre d’une détention administrative.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens de Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, se joint à Maher al-Akhras, à sa famille et à ses proches ainsi qu’au mouvement des prisonniers palestiniens pour exiger sa libération immédiate et la fin de la détention administrative israélienne. La détention administrative et l’emprisonnement politique de milliers de Palestiniens sont des armes coloniales utilisées contre le peuple palestinien qui ont touché presque toutes les familles palestiniennes.

Dans le même temps, les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, l’Union européenne et d’autres puissances impérialistes – ainsi que les régimes arabes réactionnaires qui se normalisent avec Israël, comme les Émirats arabes unis et le Bahreïn – sont profondément complices de ces crimes contre le peuple palestinien, y compris la détention actuelle de Maher al-Akhras. Le soutien militaire, diplomatique, politique et économique de ces puissances au régime d’occupation israélien, ainsi que leurs attaques contre les droits des Palestiniens à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine, continuent de permettre les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité perpétrés par le régime sioniste israélien contre le peuple palestinien.

Nous demandons instamment à tous les partisans de la Palestine de se joindre à la campagne pour la libération de Maher al-Akhras et de tous les prisonniers palestiniens, y compris le boycott et l’isolement international d’Israël et de ses institutions universitaires et culturelles complices, ainsi que des entreprises qui tirent profit de l’occupation et de la colonisation de la Palestine.

Source : Samidoun — Traduction : Collectif Palestine Vaincra