Partager :

Depuis son assassinat, Basil al-Araj est devenu l’une des icônes les plus reconnaissables en Palestine.

L’image du militant révolutionnaire – un pharmacien de profession et d’éducation et non affilié à l’une des factions palestiniennes existantes – ses lunettes à monture noire signées, perchées sur le nez, un pistolet attaché sur l’épaule et enveloppé dans un keffieh à carreaux, ornent les quartiers de Cisjordanie occupée, de part et d’autre des rues.

Et l’influence d’al-Araj sur ses amis et ses collègues militants s’est encore renforcée plus de trois ans et demi après que le jeune homme de 31 ans ait été tué lors d’un affrontement avec les forces israéliennes à al-Bireh, dans la banlieue de Ramallah, le 6 mars 2017.

Sa mort a profondément troublé les Palestiniens, notamment en raison du rôle de l’Autorité palestinienne. Sa famille a accusé l’Autorité palestinienne de complicité dans son assassinat.

Al-Araj, ainsi que cinq autres personnes, a été arrêté par les forces de sécurité de l’AP fin mars et début avril 2016 et détenu pendant près de six mois pour des allégations de planification d’un attentat contre des Israéliens, ont rapporté les médias israéliens à l’époque.

Ils ont été soumis à la torture et aux mauvais traitements en prison, ce qui les a incités à entamer une grève de la faim jusqu’à leur libération en septembre 2016.

Al-Araj a été connu comme la victime de la coordination sécuritaire entre l’AP et Israël, à laquelle il s’est opposé de façon virulente par ses écrits.
Finalement, la plupart des hommes ont été ré-arrêtés par les forces israéliennes et placés en détention administrative – emprisonnement sans charge ni procès.

Al-Araj, cependant, s’était caché.

Il a fallu des mois avant que l’armée israélienne ne trouve le militant et n’entre dans al-Bireh où une confrontation de deux heures s’est ensuivi.

À l’époque, il était armé d’une mitraillette Carlo – une arme palestinienne de fabrication artisanale basée sur un modèle suédois – et d’un fusil M16, selon l’armée israélienne.

Il a également été rapporté qu’il a été tué par les forces israéliennes après avoir épuisé ses munitions.

« L’esprit de révolution qui nous manquait avant Oslo et avant la création de l’AP nous a échappé », a déclaré Jamal Juma, un éminent militant palestinien et coordinateur de la campagne contre le mur de l’apartheid.

L’accord d’Oslo, signé entre Israël et l’Organisation de libération de la Palestine en 1993, a donné naissance à l’Autorité palestinienne.

« Basil a agi comme une sorte de miroir de ces héritages de la résistance. C’était un intellectuel, il critiquait tout et il était courageux ».

Juma a déclaré qu’al-Araj était un héros pour une nouvelle génération qui a besoin d’un message : « Qu’ils sont toujours là et qu’ils résistent toujours – et rien, pas même Oslo, ne peut arrêter cette tradition de résistance. »

 

La résistance est possible

 

Sheerin al-Araj se souvient de son neveu comme d’un « garçon simple et humble ».

« Basil était très terre à terre », a-t-elle déclaré à Electronic Intifada. « Il ne croyait même pas en lui au début, mais c’était la personne la plus curieuse que j’ai jamais rencontrée dans ma vie. »

« Il lisait beaucoup », a ajouté Mme Sheerin. « Depuis qu’il était assez âgé pour lire, tous mes livres ont commencé à disparaître. Je ne trouve plus aucun de mes livres. »

Al-Araj s’est rapidement lancé dans un voyage de toute une vie à la recherche de révolutions et de personnages du monde entier – de la Palestine, du Vietnam, de l’Algérie et de l’Amérique du Sud à la France – et s’est absorbé dans diverses analyses, philosophies, idéologies et théories politiques.

Parmi les livres trouvés dans son refuge, on trouve des ouvrages du marxiste italien Antonio Gramsci et de Mahdi Amel, un marxiste libanais assassiné à Beyrouth il y a 30 ans.

Il avait une « connaissance encyclopédique » de l’histoire palestinienne, a déclaré Ahmad, un ami proche, qui a demandé que Electronic Intifada utilise un pseudonyme par crainte pour sa sécurité personnelle.

« Il connaissait chaque personnage et chaque petit détail. Il connaissait toute notre histoire par cœur. Ses récits nous ont vraiment touchés », a déclaré Ahmad.

« C’était comme s’il vivait avec les personnages. Il faisait revivre tous ces personnages historiques palestiniens. Il connaissait les histoires derrière les histoires ».

Il a apporté cette richesse de connaissances à l’Université Populaire, un projet d’éducation informelle qui se concentre sur l’enseignement de sujets qui sont négligés dans l’enseignement universitaire palestinien traditionnel, comme les histoires de résistance, les études coloniales, l’économie politique de l’exploitation en Palestine et divers autres sujets.

Al-Araj a donné un cours intitulé « La résistance palestinienne depuis le début de la colonisation de peuplement », dans lequel le militant a emmené les étudiants à travers plus d’un siècle de résistance palestinienne, de l’histoire ottomane palestinienne jusqu’aux attaques militaires israéliennes sur Gaza en 2008-2009 et 2012, au cours desquelles plus de 1 500 Palestiniens, pour la plupart des civils, ont été tués.

Il ne s’agissait pas seulement d’histoires ou de leçons pour al-Araj. Il a estimé que pour que les Palestiniens puissent répondre de manière adéquate à leur situation politique actuelle, ils devaient se tourner vers leur histoire et trouver une direction à partir de leurs propres traditions de résistance.

« Je pense que ce dont nous souffrons, au moins au niveau de la soi-disant direction politique, c’est que ces gens transforment maintenant la défaite en une idéologie et une institution appelée Autorité palestinienne, où ils coopèrent avec les Israéliens », a déclaré Ahmad.

La défaite est également devenue un « mode de vie » en Palestine, a déclaré Ahmad à Electronic Intifada, en particulier en Cisjordanie occupée, où la société a adopté de nouveaux modes de consommation et où la vie est fondée sur le capitalisme de marché et l’individualisme.

Selon Ahmad, al-Araj représentait le « rejet de la défaite » – et était prêt à donner sa vie pour cela.

« Nous ne pouvons pas accepter la défaite palestinienne […] parce que le colonialisme ne vous laisse aucune marge de manœuvre pour l’accepter ; son but est de vous éliminer en tant que personne et en tant qu’identité », a-t-il déclaré à Electronic Intifada

Al-Araj a tenté d’aider ceux qui l’entourent à réaliser que « la résistance est possible », a déclaré Ahmad.

« La résistance est quelque chose qui peut donner aux Palestiniens un nouvel horizon. Quelque chose d’autre que ces idéologies de marché, de consommation, de défaite et de coopération avec le colonialisme que représente l’AP ».

 

Une voix authentique

 

Al-Araj a eu un grand impact sur ceux qu’il a rencontrés. Ahmad l’a décrit comme quelqu’un qui parlait beaucoup, racontait constamment des histoires, faisait des blagues, tout en confrontant ouvertement ceux avec qui il n’était pas d’accord.

« Il n’hésitait pas à confronter les gens », a déclaré Ahmad à Electronic Intifada. Cela a également poussé les gens à le critiquer et à le mépriser, a déclaré son ami.

Mais si al-Araj était bavard et sociable avec ses amis, il était considéré comme un solitaire par sa famille à al-Walaja, le petit village entre Bethléem et Jérusalem où il est né, et était souvent incompris par ses proches.

« Il passait la plupart de son temps à la maison devant un ordinateur et à lire », a déclaré Mme Sheerin.

« Donc pour nous, il était ce garçon isolé. S’il parle de quelque chose, c’est toujours un peu tiré par les cheveux. Personne ne lui accordait beaucoup d’attention et peu de gens pouvaient le comprendre ».

Ce n’est pas la pensée politique d’al-Araj qui le distinguait des autres militants. En fait, beaucoup de jeunes Palestiniens ont des idéologies similaires. Mais Basil était important parce qu’il était « vraiment authentique », a dit Ahmad.

« Il était fidèle à sa parole et c’est quelque chose qui nous manque aujourd’hui en Palestine. »

« L’idée de Basil de savoir était en fait une tentative », a déclaré Sheerin à Electronic Intifada.

« Cet homme ne pensait pas seulement théoriquement, il appliquait beaucoup ce qu’il disait. Il savait que les choses ne peuvent pas être simplement dites. Il faut les essayer et les appliquer ».

Mme Sheerin a raconté une conversation qu’ils avaient eue – une parmi tant d’autres qui allait durer des heures durant, débattant et discutant de diverses stratégies et théories de résistance. Al-Araj avait interrogé Sheerin sur son travail avec les femmes dans leur village qui sera presque entièrement encerclé par le mur de séparation israélien.

Sheerin a expliqué son idée pour un projet de recyclage. Il n’a pas fallu longtemps à Al-Araj pour commencer à télécharger des ressources sur Internet et à jeter des objets éparpillés dans sa maison, qu’il a tenté de recycler.

« Basil était quelqu’un qui savait qu’on ne pouvait pas se contenter de jeter des mots aux gens ou de les encourager à faire des choses que soi-même ne sait pas faire », a déclaré Mme Sheerin.

Il a abordé la résistance et le militantisme de la même manière.

En 2010, il a étudié les mouvements de résistance populaire qui émergent dans des villages comme Bilin et Nabi Saleh, où des manifestations hebdomadaires ont lieu contre l’occupation israélienne. Mais après quelques années, il a conclu que la méthodologie était inefficace, a dit M. Sheerin.

Il a alors redirigé son énergie pour doter les Palestiniens de connaissances historiques et théoriques pour le moment venu de résister.

« Il a généré ce sentiment d’héroïsme autour de la Palestine et l’a implanté dans d’autres pays », a expliqué M. Sheerin.

Il a quitté son emploi de pharmacien en partie parce que la pharmacie vendait des produits israéliens alors que des alternatives palestiniennes existaient et a commencé à faire des recherches à plein temps, a dit Ahmad.

Mais un soulèvement apparemment spontané en 2015 – parfois appelé habba, parfois appelé « intifada des individus » – a changé la trajectoire politique d’al-Araj. Selon ses amis et sa famille, il pensait qu’il s’agissait d’un soulèvement important et a décidé qu’il voulait en faire partie.

 

Toute l’histoire palestinienne

 

Le jeune militant s’est exprimé ouvertement sur son soutien à la résistance armée. Mais Sheerin avait toujours supposé que ce n’était qu’un autre de leurs débats théoriques dans lesquels ils s’étaient engagés pendant de nombreuses années.

« Basil m’a toujours dit qu’on ne peut pas dire quelque chose sans le faire », a déclaré Sheerin. « Vous ne pouvez pas dire aux gens que c’est la bonne façon de faire et ne pas être prêt à le faire vous-même ». Mais je n’ai jamais pensé qu’il irait jusqu’au bout. »

La famille a été « choquée » par l’arrestation d’al-Araj et son assassinat ultérieur, a déclaré Mme Sheerin.

« La minute où il a été arrêté, c’est quand sa famille a commencé à en apprendre plus sur lui. La famille n’a pas vraiment compris ce qu’il faisait ou pourquoi il le faisait. Mais c’est après sa mort qu’ils ont commencé à comprendre pourquoi il avait abandonné sa carrière de pharmacien et qu’il n’était pas seulement un fou qui avait décidé de faire quelque chose à l’improviste ».

Selon Mme Sheerin, la mort d’al-Araj a également servi à unir al-Walaja, qui avait été divisé à cause de désaccords sociaux et politiques.

« Nous avons beaucoup de problèmes avec les Israéliens et nous étions divisés sur la façon dont nous devions les affronter. Mais tout le monde s’est rassemblé avec sa mort. Tout le village est venu aux funérailles de Basil et a pleuré comme si c’était leur propre fils qui avait été tué », a déclaré Mme Sheerin.

Son assassinat l’a élevé au statut d’icône. De nombreux Palestiniens qui n’avaient jamais entendu parler d’al-Araj ont commencé à se familiariser avec les écrits et les idéologies du militant.

Juma pense que c’est une combinaison de sa personnalité et de la manière dont il est mort qui a rendu l’histoire d’al-Araj si résonnante parmi les Palestiniens, et plus puissante que celles d’autres militants palestiniens qui ont été tués par les troupes ou les espions israéliens.

« Basil était un intellectuel et en même temps il croyait en la résistance armée », a déclaré Juma.

« Il a réuni ces deux choses qui rappelaient aux gens les combattants des années 1960 et 1970 – comme Ghassan Kanafani et Mahmoud Darwish – lorsque la lutte armée était liée aux arts, à la littérature et à l’intellectualisme ».

« Et à la fin, il ne s’est pas rendu », a ajouté Juma. « Il a été tué au combat. Il est mort avec son arme à côté de lui. Jusqu’au dernier moment, il a résisté. »

Juma a déclaré que le reflet d’une résistance souvent passée ainsi que l’incarnation d’une colère qui est répandue parmi les jeunes Palestiniens ont fait de lui le représentant de toute une génération.

« Les jeunes se sont vus à travers Basil. Il a représenté la colère qui les habite et qu’ils ne peuvent pas exprimer. Ils ont vu dans Basil toute l’histoire palestinienne – l’incertitude de l’avenir, la peur, la dignité et l’esprit et le désespoir de la révolution ».

Ahmad dit qu’il pense qu’al-Araj a encore une influence sur une nouvelle génération de militants et de jeunes qui « cherchent des moyens différents de faire face à une situation désespérée ». Son influence est difficile à mettre en évidence de manière concrète, a déclaré Ahmad, mais elle est « là, en arrière-plan ».

Mme Sheerin a déclaré à l’Intifada électronique que la raison principale pour laquelle les jeunes Palestiniens ont été attirés par al-Araj après sa mort est qu’il « était honnête dans tout ce qu’il faisait ou disait… à l’extrême ».

« Son honnêteté est ce qui a fait de lui une icône », a-t-elle déclaré. « Nous rêvons d’avoir des leaders avec le genre d’honnêteté que Bassel avait. Il est le rêve pour nous tous et il est le genre de personne que nous voulons diriger. Il a tenu sa parole ».

Mais ceux qui ont été le plus touchés, selon Ahmad, sont ceux qui le connaissaient personnellement.

« Pour lui, la Palestine était le seul but de chaque petite fibre de son être. Il avait cette énergie autour de la Palestine et un espoir dans la cause palestinienne que vous voyez chez très peu de gens. Personne n’était aussi énergique », a déclaré Ahmad.

La qualité singulière d’Al-Araj, selon Ahmad, était son optimisme. Basil, selon Ahmad, voyait la Palestine comme « la réponse à ses questions existentielles ».

« Il y croyait vraiment et il avait de l’espoir. Il s’est engagé 24 heures sur 24 dans la lutte… C’est ce qui l’a rendu si central et influent pour beaucoup d’entre nous, parce que nous avons vu l’espoir en lui. C’est cette énergie qui nous manque vraiment. »

Le testament de Basil a été trouvé parmi ses biens dans l’abri où il a été tué.

Salutations de l’arabisme, de la patrie et de la libération.

Si vous lisez ceci, c’est que je suis mort et que mon âme est montée vers son Créateur. Je prie Dieu que je le rencontre avec un cœur sain, avec une sincérité totale, sans un iota d’hypocrisie.

Il est difficile d’écrire sa propre volonté. J’ai lu pendant de nombreuses années les testaments des martyrs et ils m’ont toujours laissé perplexe : rapides, brefs, peu éloquents et sans satisfaire notre recherche de réponses à nos questions sur le martyre.

Je suis maintenant sur le chemin de mon destin, satisfait et convaincu d’avoir trouvé mes réponses.

Comme j’ai été stupide. Y a-t-il quelque chose de plus éloquent que l’acte du martyr ? J’étais censé écrire cela il y a des mois, mais ce qui m’a empêché de le faire, ce sont vos questions, vous, les vivants. Pourquoi devrais-je vous répondre, cherchez par vous-mêmes. Quant à nous, les gens des tombes, nous ne cherchons que la miséricorde de Dieu.

 

Jaclynn Ashly est une journaliste indépendante qui couvre souvent les droits de l’homme et la politique.

 

Source : Electronic Intifada – Traduction : Collectif Palestine Vaincra