Partager :

« Êtes-vous une famille ? » a demandé le jeune gardien de prison à ma mère et moi alors que nous étions assis derrière la double vitre pare-balles qui nous sépare de mon père et de mon frère dans le parloir de la prison de Ramon. C’était la première fois que nous étions tous les quatre ensemble depuis l’arrestation de mon père, Abdul-Razeq Farraj, en septembre 2019, et celle de mon frère, Wadi’, en novembre[1]. Pour ce jeune gardien, la vue d’une famille entière séparée derrière la vitre du parloir et les téléphones fixes était peut-être un événement rare : en effet, étant donné que nous possédons une carte d’identité de Jérusalem qui nous permet de voyager à l’intérieur de la Palestine historique, ma mère et moi sommes en mesure de visiter sans avoir à demander de permis. De nombreux Palestiniens de mon âge se voient automatiquement refuser des permis de visite en prison et n’ont que rarement – voire jamais – l’occasion de rendre visite aux membres de leur famille. La réaction du gardien, cependant, n’est pas l’histoire ici. Il s’agit d’une histoire de torture derrière les barreaux et de la façon dont l’occupation israélienne a instrumentalisé la pandémie COVID-19 afin d’enraciner encore plus la torture systématique des prisonniers palestiniens et de leurs familles.

Depuis sa création en 1948, Israël a utilisé l’emprisonnement comme une politique centrale pour soumettre les Palestiniens, les punir pour leur résistance, et ainsi démanteler et perturber les notions d’un mouvement national palestinien collectif. Les chiffres disponibles attestent de l’énormité et de la centralité de l’emprisonnement pour le projet colonial israélien. Comme le montre le livre Asra Bila Hirab, pendant la première année de l’existence violente de l’occupation en 1948, on estime à douze mille le nombre de prisonniers palestiniens et arabes emprisonnés dans des prisons nouvellement créées et dans des sites précédemment utilisés par la puissance coloniale britannique. En outre, l’Association de soutien aux prisonniers palestiniens et des droits de l’homme (Addameer) estime le nombre de Palestiniens emprisonnés entre les années 1967 et 2016 à environ 800 000 prisonniers, soit 20% de la population palestinienne totale. Actuellement, près de 4.400 prisonniers politiques palestiniens sont toujours dans les prisons israéliennes.

La torture a accompagné le projet israélien carcéral depuis sa création avec de nombreux rapports et témoignages documentant la torture à grande échelle pratiquée contre les prisonniers par les différentes agences armées et de renseignement israéliennes. Les prisonniers palestiniens et arabes ont longtemps été soumis à des méthodes de torture allant de diverses méthodes physiques et psychologiques à ce que Walid Daqqa, l’un des plus anciens prisonniers politiques palestiniens, décrit dans un texte écrit et sorti clandestinement de prison[2] comme un mode de torture civilisé et caché qui transforme les « propres sens et l’esprit des prisonniers en outils de torture quotidienne ». « [3] Daqqa soutient que les politiques et les mesures mises en place par le service pénitentiaire israélien, notamment l’isolement des dirigeants politiques emprisonnés, la ségrégation des prisonniers en fonction de considérations géographiques et la punition des gestes collectifs des prisonniers, font partie d’un mode de torture invisible visant à remodeler l’esprit et les sens des prisonniers et à redéfinir l’expérience de l’emprisonnement politique palestinien. Si cet article traite en particulier de la torture commise dans les salles d’interrogatoire et en période de pandémie, le texte de Daqqa est important pour réfléchir aux manifestations plus larges de la torture israélienne et à la manière dont elle doit être contextualisée dans le moment présent.

Alors que la torture n’a jamais quitté le projet carcéral israélien, deux moments sont venus définir la relation d’Israël à la torture des Palestiniens dans les salles d’interrogatoire. En 1987, une commission sanctionnée par le gouvernement israélien et dirigée par Moshe Landau, juge de la Cour suprême à la retraite, a publié un rapport qui soutenait qu’une pression modérée et psychologique pouvait être utilisée par les interrogateurs pour prévenir le terrorisme. Le rapport autorisait l’utilisation de la torture sous le prétexte d’employer une « pression modérée » et gardait secrètes les directives définissant les méthodes autorisées et interdites. La torture s’est poursuivie sans relâche après la publication du rapport de la commission Landau. En 1999, en réponse aux demandes formulées par un certain nombre d’organisations de défense des droits de l’homme au nom des prisonniers palestiniens torturés, la Haute Cour de justice israélienne a décidé que l’utilisation de méthodes brutales ou inhumaines pendant les interrogatoires était interdite. En théorie, l’arrêt a interdit l’utilisation d’un certain nombre de méthodes d’interrogatoire, notamment le fait de soumettre les prisonniers à des positions d’attente douloureuses, de les secouer, de leur faire serrer les menottes de manière excessive, de les exposer à de la musique forte et de les priver de sommeil.

Dans la pratique, cependant, l’arrêt de la Haute Cour de justice avait enveloppé la torture d’un voile de légalité lorsqu’il avait en fait autorisé l’usage de la force physique dans des situations dites de « bombe à retardement » et laissé la question de la légalité au pouvoir législatif. L’arrêt a invoqué la « défense de nécessité » prévue par le code pénal israélien, selon laquelle, sous certaines conditions, les interrogateurs qui utilisent des méthodes de torture interdites sont exonérés de toute responsabilité pénale. La décision de la Cour a donc permis aux fonctionnaires israéliens de torturer des prisonniers dans le cadre de l’exception tout en affirmant que l’occupation est respectueuse des lois. L’arrêt a créé une situation où les allégations palestiniennes de torture sont rejetées par les déclarations habituelles de déni de l’autorité occupante, et par des termes tels que « moyens spéciaux », « pression modérée » et « bombe à retardement » ; des termes qui quantifient la torture et, en fait, contribuent à fournir un contexte juridique à son utilisation. En effet, vingt ans après l’arrêt de la Cour, la torture des prisonniers palestiniens continue d’être une pratique systématique et répandue qui bénéficie de la complicité du système judiciaire israélien et du personnel médical israélien.

La torture à laquelle des dizaines de Palestiniens ont été soumis au cours d’une campagne d’arrestation à grande échelle qui a débuté fin août 2019 est un cas d’espèce attestant de la centralité de la torture dans le projet carcéral israélien, et des tentatives incessantes d’Israël de fournir une couverture juridique à la réalité continue de la torture derrière les barreaux. Au cours de cette campagne, Israël a soumis des dizaines d’étudiants, de défenseurs des droits de l’homme et de dirigeants politiques à des méthodes d’interrogatoire dures et extrêmement violentes pour tenter de leur arracher des aveux et de leur briser le moral. La majorité des détenus ont été soumis à des interdictions prolongées de visites d’avocats, les coupant ainsi totalement de leur environnement et leur refusant tout conseil juridique pendant leur interrogatoire aux mains des services de renseignement israéliens.

Les témoignages recueillis par un certain nombre d’organisations de défense des droits de l’homme et de soutien aux prisonniers auprès des détenus arrêtés pendant cette période décrivent les tactiques employées par l’agence de renseignement israélienne « Shabak », et les méthodes de torture qui étaient utilisées dans les salles d’interrogatoire. Pendant des mois, les prisonniers palestiniens ont été soumis à une série de méthodes de torture comprenant des passages à tabac, des menaces contre les membres de leur famille, l’arrestation de membres de leur famille, l’arrachage des cheveux du visage et du cuir chevelu à la racine, des coups de pied sur les cuisses, des gifles, des coups, l’étouffement et un certain nombre de positions de stress, notamment la position de la banane, le shabeh[4] et l’accroupissement de la grenouille. Le cas de Samer Arbeed a attiré une attention accrue lorsqu’il a été transporté d’urgence à l’hôpital dans un état inconscient. Il avait des fractures dans les côtes et des contusions sur tout le corps après ses deux premiers jours d’interrogatoire brutal au centre Al-Mascobiyaa à Jérusalem. Les interrogateurs de Samir ont reçu l’autorisation d’utiliser des « moyens spéciaux » pendant l’interrogatoire.

Addameer a récemment publié une brochure documentant les tortures que les prisonniers palestiniens ont endurées lors de cette récente campagne d’arrestation. Basé sur les témoignages des prisonniers, le livret recrée les positions de stress et les méthodes de torture employées par la Shabak lors de ses interrogatoires des détenus palestiniens. Les images confirment ce que les Palestiniens disent depuis longtemps : la torture n’a jamais cessé dans les salles d’interrogatoire ; elle est un élément constitutif du projet carcéral israélien. Les photos montrent des méthodes constituant des cas qui correspondent à la définition de la torture énoncée dans la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Toutefois, Israël continue de nier son recours à la torture contre les détenus palestiniens.

Mon père était l’un des prisonniers soumis à plusieurs de ces méthodes de torture l’année dernière. Ma mère et moi avons été autorisés à assister à l’une de ses séances de tribunal après plus d’un mois d’interrogatoire au centre d’Al-Mascobiyya, au cours duquel il a été soumis à une interdiction prolongée des visites d’avocats. C’était la première fois que nous le voyions et entendions sa voix depuis le début de l’interrogatoire, bien que pendant un peu moins de deux minutes car nous avons été rapidement expulsés de la salle d’audience. Je me souviens clairement de chaque détail de cette journée de novembre dernier : le trajet jusqu’au tribunal militaire d’Ofer, l’anticipation de son arrivée dans cette petite salle d’audience, son apparence et son corps frêle, sa voix à peine audible et le silence qui s’est installé dans la voiture alors que nous quittions le tribunal militaire en direction de notre maison. Mon père est entré dans la salle d’audience à peine capable de marcher ; son corps extrêmement fatigué et brutalisé ; sa barbe et ses cheveux d’une longueur et d’une grisaille que nous n’avions jamais vues auparavant. Il s’est immédiatement renseigné sur l’état de santé de sa mère malade qui allait mourir plus tard sans qu’il ait pu assister aux funérailles ou lui dire au revoir, et sur mon frère Wadi’ qui était lui aussi interrogé par les services de renseignements de l’occupation. Sa voix était tremblante, à peine audible, comme s’il n’avait pas parlé depuis des années. Il s’est penché vers le banc des « accusés » avec ses deux mains pour reprendre des forces pour son corps torturé et pour ne pas tomber. Les deux minutes se sont écoulées avant qu’on ne s’en rende compte.

Ce sont là des aperçus des tortures qui ont lieu régulièrement derrière les portes closes des salles d’interrogatoire israéliennes. Dans ses interrogatoires de Palestiniens, l’occupation a recours à de nombreuses méthodes afin de briser les esprits et les volontés des détenus. Mais la torture israélienne ne s’arrête pas aux portes des salles d’interrogatoire. Elle s’étend à tous les aspects de l’expérience carcérale. En fait, après des décennies de traitement des prisonniers politiques palestiniens, l’occupation a mis au point un système d’incarcération où des politiques sont mises en place pour créer des états d’assujettissement permanent des prisonniers et de leurs familles. Les prisonniers palestiniens sont soumis à une négligence médicale systématique, à des refus de visites et de communication avec leurs familles, à des restrictions d’accès à l’éducation et à des trajets pénibles dans des véhicules de transfert appelés bosta en arabe. Les prisonniers, une fois l’expérience tourmentée de l’interrogatoire terminée, sont à nouveau soumis à un réseau de politiques et de pratiques destinées à les soumettre encore davantage, eux et leurs familles, dans ce que Walid Daqqa décrit avec éloquence comme des processus de remodelage de la conscience. Comme les familles vous le diront lors des visites en prison, « l’occupation est créative lorsqu’il s’agit de trouver des moyens de nous humilier ».

 

L’excuse pandémique pour la torture

 

Ces réseaux de torture soigneusement conçus et toujours en cours de développement sont de plus en plus clairs quant à la manière dont l’occupation a utilisé la pandémie de COVID-19 pour tenter de soumettre davantage les prisonniers et leurs familles. Depuis l’avènement de la pandémie, les autorités d’occupation n’ont pris aucune mesure pour libérer les prisonniers et détenus palestiniens, ni pour les protéger du virus. En effet, l’État occupant continue d’arrêter des Palestiniens et de les soumettre à des interactions avec des gardiens de prison et des interrogateurs, dont beaucoup ont été diagnostiqués plus tard comme porteurs du virus ou envoyés en quarantaine. Soulignant le mépris flagrant pour la vie des Palestiniens (ce mépris ne devrait pas surprendre le lecteur), la Cour suprême de l’occupation a rejeté une pétition demandant la protection contre le virus pour les prisonniers palestiniens de la prison de Galboa et leur a refusé le droit à la distanciation sociale. Les prisons de l’occupation sont un terrain propice au virus étant donné les conditions de détention déplorables, la surpopulation, le manque de ventilation, les récentes restrictions sur les achats à la cantine de la prison et l’indisponibilité des produits sanitaires et d’hygiène.

Les autorités d’occupation ont notamment refusé de libérer Kamal Abu Waer, qui a été diagnostiqué et s’est remis du virus et qui souffre déjà d’un cancer de la gorge et dont l’état de santé se détériore. La négligence médicale est la norme derrière les barreaux de l’occupation ; avant et après l’avènement de la pandémie. Récemment, Daoud Al-Khatib, à trois mois de la fin de sa peine de dix-huit ans, est mort d’une crise cardiaque dans la prison d’Ofer. Actuellement, il a été rapporté que des dizaines de prisonniers palestiniens ont été diagnostiqués avec le virus dans la prison d’Ofer, parallèlement aux raids en cours contre les Palestiniens dans cette même prison.

Le 5 avril 2020, le commandant militaire a émis un ordre concernant « la conduite des séances du tribunal à l’aide de moyens technologiques ». Cet ordre stipule que les audiences doivent être conduites par un dispositif permettant un streaming visuel et audio en direct, et de recourir à l’audio si le streaming visuel n’est pas jugé possible. Ce n’est que dans des cas spécifiques que les détenus sont physiquement amenés devant le tribunal. À première vue, cette ordonnance pourrait sembler conforme aux restrictions mises en place pour minimiser les interactions entre les gardiens et les prisonniers, et pour protéger contre le virus. Cependant, les autorités d’occupation ont utilisé ces changements dans la manière dont les tribunaux sont conduits pour refuser et restreindre encore plus la communication entre les prisonniers et leurs familles. Le petit ordinateur par lequel les prisonniers comparaissent est placé à proximité immédiate du juge et, dans de nombreux cas, les familles ne sont pas autorisées à s’approcher de l’ordinateur et à rester à distance pour essayer d’entendre et de voir leurs proches. Le son est à peine audible au milieu du chaos des tribunaux militaires, et l’image est extrêmement éloignée. Cette situation est particulièrement pénible pour les familles qui se voient refuser les visites en prison et pour lesquelles la participation aux séances du tribunal est le seul moyen de communiquer avec leurs proches.

En outre, alors que les autorités d’occupation avaient d’abord mis en place une interdiction totale des visites de prison, elles ont récemment autorisé les visites de seulement deux membres de la famille de chaque prisonnier dans des conditions strictes destinées à harceler davantage ceux qui font le difficile voyage vers les prisons[5]. Elles ont également réduit le nombre de visites autorisées – pour ceux qui reçoivent un permis, bien sûr – à six fois par an : une fois tous les deux mois. Les nouvelles mesures relatives à la conduite des tribunaux et aux visites des prisons constituent une continuation des politiques mises en place pour restreindre davantage les visites des prisons et la communication avec les prisonniers. Si ces mesures peuvent sembler être une tentative de protection contre le virus, elles constituent en réalité un changement de politique qui deviendra certainement la norme là où les prisonniers sont encore plus coupés de leur famille et où la communication est encore plus réduite.

Dans sa tentative plus large d’assujettir les Palestiniens, l’occupation israélienne n’a cessé de travailler et de concevoir des moyens pour assujettir la population carcérale palestinienne. Les variantes de ses modes de torture, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des salles d’interrogatoire, attestent non seulement de la centralité de la torture et de ses reconfigurations au projet carcéral, mais aussi de l’interminable travail juridique de l’occupation israélienne pour habiller la torture d’une tenue de légalité. Dans la réalité méticuleusement construite par Israël de la violence légalisée, la torture est niée tout en étant simultanément présentée comme une exception à la norme et comme un dernier recours face à des menaces sans fin. La pandémie de COVID-19 a donné l’occasion à l’occupation israélienne de poursuivre son attaque contre les prisonniers palestiniens par un mépris flagrant de leur vie et de leur santé, et par l’élaboration de nouvelles mesures – ancrées dans des ordres militaires et de nouvelles formes de conduite – qui favoriseraient la torture systématique des prisonniers. La torture derrière les barreaux ne se limite donc pas aux salles d’interrogatoire, mais s’étend à tous les aspects de l’expérience carcérale. Elle est un élément constitutif du projet carcéral de l’occupation et de ses manifestations en dehors des barreaux de la prison. Comme Issa Qaraqi’, l’ancien ministre palestinien des affaires des prisonniers, me l’a récemment dit, « l’occupation a perfectionné sa forme unique de torture moderne ».

Malgré ces réseaux complexes de torture, certaines voix continuent de contester le régime d’occupation et son attaque non seulement contre le corps mais aussi contre l’esprit et l’âme des Palestiniens emprisonnés. Dans une lettre sortie clandestinement de sa cellule de prison des mois après avoir subi une torture brutale, dont il se remet encore, un ami lui a défié d’écrire : « Comment puis-je conclure ma lettre ? Après des années d’emprisonnement et de résistance, et après la dernière série de succès, d’échecs et de défaites, je peux maintenant recommencer, une fois de plus, depuis le début ». En outre, au moment où ces mots sont écrits, Maher al-Akhras entame son quatre-vingt-dixième jour de grève de la faim pour demander sa libération immédiate et la fin du recours par Israël à la détention administrative ; une politique permettant à l’occupation d’arrêter des Palestiniens sans inculpation ni procès pendant de longues périodes sous le prétexte – non fondé et toujours actuel – que la sécurité de l’État est menacée.

 

Article de Basil Faraaj, publié initialement le 27 octobre 2020.
Basil Faraaj est un universitaire palestinien, fils et parent de plusieurs prisonniers palestiniens.

 

[1] Wadi a été libéré en octobre 2020 après avoir purgé une peine de 11 mois de prison.

[2] Les prisonniers politiques palestiniens sont depuis longtemps engagés dans un processus d’écriture depuis la prison, contribuant à ce que l’on appelle la « littérature carcérale ». Étant donné les restrictions qu’Israël impose à la communication avec le monde extérieur, les écrits des prisonniers sont passés en contrebande par divers moyens, puis transcrits et publiés.

[3] Walid Daqqa, « Consciousness Molded or the Re-identification of Torture », Menace : Palestinian Political Prisoners in Israel, édité par Abeer Baker et Anat Matar, (Londres : Pluto Press, 2011), 235.

[4] Cette position de stress implique une combinaison de méthodes où les jambes et les mains des détenus sont attachées à une petite chaise généralement inclinée vers l’avant. Cette position s’accompagne d’une privation de sommeil et d’une douleur continue.

[5] Ces visites ont été interrompues lorsque Israël a commencé son deuxième confinement le 18 septembre 2020. Les familles ont été informées par le Comité international de la Croix-Rouge que les visites des prisons reprendraient à partir de la fin du mois d’octobre 2020.

 

Source : Jadaliyya – Traduction : Collectif Palestine Vaincra