Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun félicite chaleureusement Abdulrahman Odeh et sa famille à l’occasion de sa libération après 15 ans d’emprisonnement injuste et illégitime par le gouvernement américain dans le cadre de l’affaire de la Holy Land Foundation 5 (HLF5). La persécution de la HLF5 est une attaque anti-palestinienne du gouvernement américain, une affaire qui a persisté pendant des années, sur la base de preuves les plus infimes, impliquant des pratiques qui vont à l’encontre du principe même de justice et de responsabilité, y compris des témoignages anonymes d’agents du Mossad. En ce jour de fête pour la famille Odeh, nous exigeons la libération immédiate de tous les prisonniers politiques HLF5 et de tous les prisonniers politiques dans les prisons américaines, ainsi que la mobilisation la plus large possible pour obtenir leur libération.

Abdulrahman Odeh et sa famille ont été privés de 15 ans de vie ensemble en raison des poursuites malveillantes contre la HLF5 dans le cadre d’une intense campagne anti-palestinienne conçue pour dévaster la communauté palestinienne aux États-Unis, détruire les institutions qui avaient été construites au fil d’années de travail et de lutte et répandre la peur et la répression au sein de la communauté, en particulier dans le contexte de la campagne de guerre impérialiste de l’après 11 septembre en Afghanistan et en Irak ainsi que de la montée de l’Intifada en Palestine.

La Holy Land Foundation était une institution caritative qui avait fourni des millions de dollars d’aide aux orphelins, aux veuves et aux personnes marginalisées et dans le besoin en Palestine occupée. Des fonds collectés en grande partie auprès des communautés palestiniennes, arabes et musulmanes aux États-Unis,  Il n’est pas surprenant que l’occupation coloniale israélienne et la puissance impérialiste qui arme, finance et parraine le projet sioniste veuillent voir une telle institution déficitaire et détruite. Celle-ci renforçait la détermination du peuple palestinien à vivre et survivre sous l’occupation et le colonialisme.

Il peut être choquant de constater que la peine de 15 ans d’Abdulrahman Odeh était la plus courte des cinq peines infligées à ces dirigeants de la communauté palestinienne. Mohammed el-Mezain a également été condamné à 15 ans, Mufid Abdelqader à 20 ans, et Ghassan Elashi et Shukri Abu Baker à 65 ans de prison chacun, pour leur soutien caritatif aux Palestiniens. Leurs familles et leurs communautés continuent à travailler sans relâche pour leur liberté, malgré l’épuisement de presque toutes les voies légales dans le système juridique américain.

Les HLF5 ont été condamnés sur de fausses accusations de « soutien matériel au terrorisme », alors qu’ils n’ont même jamais été accusés de financer la résistance armée légitime à l’occupation et à la colonisation israéliennes. En effet, les mêmes organisations caritatives financées par la Holy Land Foundation ont également été financées par la Croix-Rouge internationale et même par l’USAID, l’Agence américaine pour le développement international. Cependant, le gouvernement américain, après avoir échoué à condamner les HLF5 lors de sa première tentative, a été autorisé à faire appel à un agent anonyme des services de renseignement israéliens pour offrir des « preuves » encore plus douteuses, produites sous la torture, contre les Cinq, à côté d’un pur sensationnalisme et d’un racisme anti-palestinien et anti-arabe.

Cette affaire reflète l’objectif de la désignation des organisations de résistance palestiniennes comme groupes « terroristes » par les États-Unis, l’UE, le Canada, le Royaume-Uni et d’autres puissances impérialistes. De telles désignations visent à étouffer l’organisation et le développement communautaire des Palestiniens, ce qui constitue une menace constante de surveillance, de persécution et de répression qui cherche à saper la capacité des Palestiniens en exil à jouer un rôle actif non seulement dans leur mouvement de libération nationale, mais même dans le soutien caritatif de leurs frères et sœurs à l’intérieur de la Palestine et dans les camps de réfugiés.

Tout comme l’utilisation de l’étiquette « terroriste » est utilisée pour faire de la propagande en faveur des guerres impérialistes, des invasions et de la domination dans le monde entier, elle est également utilisée pour réprimer les communautés, les peuples et les nations qui s’organisent pour la justice et la libération, que ce soit dans leur pays d’origine ou en exil. La persécution des HLF5 était et est encore une extension du même programme impérialiste qui fournit plus de 3,8 milliards de dollars d’aide militaire chaque année au projet colonial israélien en Palestine. Ils sont des prisonniers politiques palestiniens dans les prisons américaines.

Bien sûr, les États-Unis ne sont pas seuls à cet égard, ni dans la persécution impérialiste continue des militants et des combattants palestiniens pour la Palestine ; nous voyons les 36 ans d’emprisonnement de Georges Ibrahim Abdallah en France – pleinement soutenus et exigés par les États-Unis – ainsi que la persécution actuelle du Dr Issam Hijjawi Bassalat aux côtés des républicains irlandais par l’État britannique, le premier promulgateur de la déclaration Balfour et de la division coloniale de la Palestine.

L’emprisonnement des HLF5 s’ajoute à la répression des militants palestiniens – des Los Angeles 8 à Sami al-Arian en passant par Rasmea Odeh – et à l’utilisation d’espions et d’agents de la police et du FBI pour infiltrer et attaquer les militants de la solidarité avec les Palestiniens et la Palestine à Chicago, Minneapolis, New York et ailleurs. Elle va également de pair avec le ciblage permanent des militants et des combattants du mouvement de libération Noir, porto-ricains, chicanos, indigènes et révolutionnaires par une répression violente, des agressions et des assassinats policiers et des emprisonnements politiques de longue durée. Nous constatons que l’étiquette de « terroriste » a été utilisée contre le Mouvement de libération Noir, les indépendantistes portoricains et les combattants indigènes qui défient l’impérialisme américain et le colonialisme de peuplement.

Aujourd’hui est un jour de fête, mais même Abdulrahman Odeh n’est pas encore totalement libre. Il doit encore passer du temps dans une « maison de transition » avant de rentrer véritablement dans sa famille. Les quatre autres membres de la Holy Land Foundation 5, Mohammed el-Mezain, Mufid Abdelqader, Ghassan Elashi et Shukri Abu Baker, sont toujours derrière les barreaux, dans un contexte de violente injustice perpétrée contre eux et leurs familles. Nous saluons aujourd’hui Abdulrahman Odeh et sa famille, renouvelons notre demande de libération immédiate des HLF5, de tous les prisonniers politiques dans les prisons américaines, et de tous les prisonniers politiques palestiniens dans le monde – dans les prisons israéliennes, impérialistes et réactionnaires – et soulignons l’urgence de se mobiliser pour soutenir leur libération.

 

Liberté pour les HLF5, liberté pour la Palestine !

 

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra