Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vendredi 2 avril, Georges Abdallah fêtait son 70e anniversaire. Emprisonné en France depuis 1984 et libérable depuis 1999, ce communiste arabe et combattant de la résistance palestinienne est devenu le plus ancien prisonnier politique d’Europe. Il a passé plus de la moitié de sa vie en détention pour seule raison qu’il a combattu l’occupation israélienne de son pays, le Liban, dans les années 1980.

À cette occasion, de nombreuses actions ont eu lieu partout en France et dans le monde pour célébrer l’anniversaire de ce résistant. Des places, rues et esplanades ont été rebaptisées à Paris, Toulouse, Bordeaux, Lannemezan, Tarbes, Istres, Marseille, Auch, Saint-Étienne, Montpellier, Villeurbanne, Aix, Avignon, Foix, Port-de-Bouc, Strasbourg, Martigues, Calonne-Ricouart et ailleurs. Ces actions ont mobilisé de très nombreux comités de soutiens et organisations solidaires en particulier l’Association Nationale des Communistes, le Front Uni des Immigrations et des quartiers populaires, Dar Harraga, le Collectif stéphanois de soutien au peuple palestinien, le Comité Libérons Georges 33, la Campagne Unitaire pour la libération de Georges Abdallah (Île-de-France), le Collectif 65 pour la libération de Georges Abdallah, Couserans Palestine, des comités BDS et de l’AFPS, etc. Des dizaines de milliers de cartes-pétitions sont également en train d’être envoyées au président de la République française pour exiger la libération de Georges Abdallah.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour cette occasion, le journal L’Humanité a également mis à la Une l’injustice criante réservée à ce militant libanais.

À Toulouse, nous avons tenu un Stand Palestine à la sortie du métro Bagatelle de Toulouse durant le marché de ce quartier populaire le vendredi 2 avril. Ce fut un franc succès avec un accueil très chaleureux, 116 cartes-pétitions de soutien ont été signées. De nombreuses personnes étaient déjà sensibilisées sur le sort réservé à ce militant de la cause palestinienne. Une rue de ce quartier populaire a été rebaptisée « rue Georges Ibrahim Abdallah » tout comme la Place Ytzhak Rabin au cœur de Toulouse.

Par ailleurs, des initiatives solidaires ont également eu lieu en Tunisie, au Canada, en Grande-Bretagne ou encore en Belgique. Un large twitterstorm organisé par le réseau Samidoun le 2 avril à 19H autour du hashtag #MacronLibérezAbdallah a permis de sensibiliser des centaines de milliers de personnes sur ce sujet. Par ailleurs, nous vous proposons d’écrire quelques mots de solidarité en ligne à Georges Abdallah qui lui seront directement transmis.

Ces mobilisations appellent au développement de la campagne de solidarité avec Georges Abdallah alors que des signes positifs, fragiles mais réels, apparaissent comme le souligne Robert Abdallah, frère de Georges Abdallah et porte-parole de la campagne libanaise, dans cette vidéo :