Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La véritable lutte, celle qui maintient l’identité de Jérusalem, ne se fera pas en suppliant le colonisateur d’organiser des élections stériles.

Une fois de plus, le peuple de Jérusalem, par sa fermeté et sa lutte, écrit une page brillante dans la marche de libération de notre peuple, en forçant les forces coloniales sionistes à retirer leurs mesures arbitraires à la Porte de Damas.

Une fois de plus, ils prouvent que l’esprit de combat de notre peuple est toujours vivant, que la volonté de sacrifice est toujours présente et que notre grand peuple n’a été vaincu ni par l’oppression du colonisateur ni par la capitulation de la route d’Oslo.

Une fois de plus, la décision populaire progresse pour confirmer que les élections d’Oslo, les élections sionistes à la Knesset, la mendicité auprès des pays coloniaux et de leurs outils s’effondrent face à la lutte réelle dans les champs et les arènes de confrontation des colonialistes, et pour montrer que cette résistance est la voie de la libération du colonialisme et de l’oppression.

Sans aucun doute, l’état d’agitation intérieure et de critique parmi les dirigeants politiques et sécuritaires sionistes pour leur compulsion à reculer face à la lutte, et la persévérance des filles et des garçons de notre peuple représente une image de ce qu’est le véritable acte de lutte et l’alternative populaire aux manières de mendier, que ce soit à travers les rondes de négociation ou depuis les plateformes de la « Knesset » et les sons des campagnes électorales.

La « bataille des barrières » à Bab al-Amoud a révélé que tous les colons sont les mêmes et qu’il n’y a pas de différence entre les colons intransigeants qui exigent une répression intensifiée pour soumettre notre peuple et ceux qui pratiquent l’oppression à des fins de propagande et d’élection.

Il est peut-être utile de souligner ici que les affirmations concernant la nécessité de coopérer avec la soi-disant « gauche israélienne » de manière arbitraire, ou l’approche consistant à attendre « le changement de dirigeants », tant dans l’entité sioniste qu’aux États-Unis, s’effondrent face à ce que nous avons vu, s’effondrer face à ce que la constance des jours de lutte a apporté à notre peuple sur le terrain. C’est parce que seule la lutte révèle les faits, fait tomber les masques, révèle les positions, brise l’arrogance, fait échouer les plans des colonialistes et accumule les victoires jusqu’à la libération et le retour.

Malheureusement, comme d’habitude, les dirigeants palestiniens n’ont rien fait d’autre que de répéter leur misérable rhétorique et leurs proclamations retentissantes pour reprendre la lutte, comme s’ils avaient été victorieux. Ce n’est pas un secret pour notre peuple qu’un tel acte n’est rien d’autre qu’une déformation de la vérité et l’affirmation de fausses réalisations. Et le pire de tout cela, c’est que ces postes gouvernementaux sont occupés par ceux qui les ont obtenus à partir d’Oslo, en échange de leur reconnaissance de la légitimité du colonisateur, de leur coopération avec lui et de leur soumission à lui, avec des revendications et des suppliques bon marché à la soi-disant communauté internationale, la suppliant « d’appeler Israël à permettre la tenue d’élections à Jérusalem ».

Quelle bataille nationale sont ces élections qu’ils revendiquent tout en attendant la permission et l’autorisation du colonisateur ! Et quelle bataille nationale revendiquent-ils, tout en suppliant les pays qui ont créé le colon sioniste, et qui le soutiennent encore et lui fournissent tous les moyens de protection, de force, d’expansion et la poursuite de l’agression constante contre notre peuple ?

La véritable bataille nationale est la bataille pour la libération du colonialisme, par la confrontation et la résistance, et non avec la demande de l’Union européenne et des États-Unis de faire en sorte que l’entité adhère aux accords d’Oslo de 1995. Ils devraient avoir honte et se retirer, car l’accord du Caire (Oslo 2) qu’ils ont signé comprend une annexe pour des élections, y compris des élections à Jérusalem. Dans cet accord, le colonialiste sioniste se donne le droit d’assurer la tutelle des élections en temps, lieu et sécurité, et d’intervenir dans l’organisation en termes de temps et de lieu, de candidature, de propagande, de vote et de ratification des résultats.

Ces dirigeants, qui sont préoccupés par la consécration des résultats de leur chute par Oslo et la légitimation de leur division sous le prétexte d’élections, devraient se retirer parce qu’ils n’ont pas réussi à faire face à la judaïsation de Jérusalem et au déplacement de ses résidents. Ils n’ont même pas pu soutenir les écoles qui enseignent le programme palestinien et les ont laissées saccagées et envahies par le soi-disant « ministère israélien de l’éducation ».

 

Par conséquent, nous, dans la voie alternative révolutionnaire palestinienne, affirmons ce qui suit :

1- Nous saluons les filles et les fils de notre peuple, les résistants partout dans le monde et à Jérusalem en particulier, et nous appelons à soutenir leur lutte de toutes nos capacités, notamment en organisant davantage d’activités pour affronter le colonisateur par la lutte sur le terrain.

2- Nous appelons à adopter l’exemple de la résistance à Jérusalem pour empêcher le déplacement des familles du quartier de Sheikh Jarrah par la solidarité entre notre peuple à Jérusalem et les masses de notre peuple dans la Palestine occupée de 1948, la Cisjordanie et la bande de Gaza et tous les sites de la diaspora.

Dans ce contexte, nous appelons à une approche intégrative de la lutte nationale et populaire dans les différentes arènes, chacune à sa manière et selon ses capacités, pour incarner l’unité nationale dans sa forme la plus élevée et ses manifestations populaires et ne pas partager les privilèges de l’instrument de capitulation et du rapprochement Madrid-Oslo.

3- Nous appelons à l’abandon de la démarche de mendicité face au colonialisme sioniste et aux Etats qui le soutiennent, et à ne pas parier sur la soi-disant légitimité internationale qui en réalité ne sert que les intérêts des puissants. Nous appelons à l’adoption de toutes les formes de lutte sur le terrain pour changer le rapport de force, parce que la résistance est le seul moyen de préserver l’identité de Jérusalem et de la Palestine, et parce que les droits ne se demandent pas, mais se conquièrent.

4 – Enfin, nous rendons hommage à nos camarades dans tous les comités, institutions et associations locales dans le cadre de la voie révolutionnaire alternative, et nous les invitons à mettre en évidence la question de Jérusalem et de « Sheikh Jarrah » et à la défendre dans les différents événements et manifestations qui sont organisés dans de nombreux pays et régions, en particulier dans la semaine de la lutte palestinienne entre le 15 et le 22 mai 2021.

 

Vive la Palestine, unie, libre et arabe.

Vive Jérusalem, la capitale du peuple arabe palestinien.

Ensemble, sur le chemin de la libération, du retour et de l’autodétermination.

Et la victoire pour notre peuple.

 

Comité préparatoire de la Voie palestinienne alternative (Masar Badil), le 27 avril 2021

 

Source : Masar Badil – Traduction : Collectif Palestine Vaincra