Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Octobre 2021 marquera les 30 ans de la tristement célèbre conférence de Madrid, qui a officiellement lancé le soi-disant processus de paix, avec toutes ses graves répercussions sur les Palestiniens dans les années et les décennies qui ont suivi. Louée par beaucoup à l’époque comme une « étape vers la résolution du conflit israélo-arabe », la Conférence de Madrid a plutôt, sous des slogans pragmatiques de résultats réalistes pour la Palestine, lancé la voie qui a conduit à Oslo et à la signature de la Déclaration de principes sur la pelouse de la Maison Blanche le 13 septembre 1993.

 

Après 30 ans de ce processus, il est clair pour tous que le peuple palestinien est confronté à une situation désastreuse sur les plans politique, social et national. Le mouvement de libération nationale palestinien n’a jamais été aussi sévèrement fragmenté qu’aujourd’hui, dans un contexte de Nakba permanente.

 

Alors que le processus de Madrid-Oslo a été salué comme un processus de « construction d’un État » qui mènerait à l’indépendance palestinienne, il a conduit à la création d’un « gouvernement autonome », l’Autorité palestinienne. Son rôle le plus important est de servir d’outil pour les intérêts israéliens, américains et européens et de supprimer la réapparition de la résistance palestinienne par le biais d’une « coordination sécuritaire » avec l’occupation israélienne.

 

Si l’échec de Madrid-Oslo est clair pour les Palestiniens, il y a une question qui doit être posée et à laquelle il faut répondre : Si cette voie est un échec, quelle est l’alternative ? Toute une nouvelle génération palestinienne est née depuis l’ère Madrid-Oslo, née dans le siège, la répression et la confiscation de leur avenir tout en n’ayant aucun espace de participation politique et sociale dans le mouvement palestinien au niveau officiel, malgré l’organisation de poches de résistance, de protestations stratégiques et d’enquêtes incisives.

 

Les réfugiés palestiniens, qui représentent plus de la moitié de la population palestinienne, ont toujours refusé d’accéder à la confiscation ou à la marginalisation de leur droit au retour, même si leurs souffrances à l’intérieur des camps de réfugiés ont augmenté. La marginalisation des réfugiés palestiniens dans les camps et leur exclusion des institutions politiques palestiniennes ont été une priorité politique majeure pour Israël et ses soutiens occidentaux, en particulier les États-Unis.

 

Au cours des dix dernières années en particulier, les réfugiés palestiniens dans la région arabe ont été confrontés à d’énormes souffrances, à des privations et, une fois de plus, à des déplacements forcés en raison de la guerre, des sanctions, du siège et de la dévastation générale imposée au peuple arabe par l’impérialisme, l’armement américain, les invasions militaires et les occupations. L’espoir d’un changement significatif – et d’une rupture avec l’ère de Camp David et de Wadi Araba qui a accompagné la voie Madrid-Oslo au niveau arabe – a été écrasé par l’intervention impérialiste et la persistance de régimes et de systèmes réactionnaires qui ont en fait été renforcés malgré les premières apparences de changement.

 

Le plus grand crime commis contre le peuple de Palestine, après le crime de son déplacement aux mains du sionisme et de l’impérialisme, est le crime de séparer les Palestiniens de leur cause. Ghassan Kanafani

 

De nombreux Palestiniens, y compris ceux des camps de réfugiés de Syrie, du Liban, de Jordanie et de la bande de Gaza, déplacés en 1948 de leurs maisons et terres d’origine à l’intérieur de la Palestine occupée, ont été confrontés à une autre forme de déplacement et de fuite forcée. Pour beaucoup, il n’y avait pas d’autre chemin à trouver que l’Europe. La présence de dizaines de milliers de Palestiniens arrivés en Europe au cours de la dernière décennie a changé les circonstances et le visage de la communauté palestinienne, car cet arrêt en Europe est, en fin de compte, une station sur la route de la Palestine.

 

Les communautés palestiniennes de la diaspora et de l’exil en Amérique du Nord, en Amérique latine et en Europe ont un rôle stratégique à jouer dans cette réorientation nécessaire de la cause palestinienne et dans la construction d’une voie alternative à Madrid et Oslo, tout en reconstruisant le mouvement palestinien dans la shatat (diaspora).

 

Lorsque l’on examine la condition des Palestiniens aujourd’hui, où qu’ils se trouvent, le terme qui vient le plus souvent à l’esprit est celui de « siège ». Les Palestiniens sont confrontés à différentes formes de siège, du siège sanglant de la bande de Gaza par Israël – maintenu avec la complicité de l’Égypte, sans parler des États-Unis, de l’Union européenne et des puissances occidentales – aux diverses formes de siège, de répression et d’encerclement qui isolent et visent à couper la route vers cet avenir palestinien.

 

L’initiative Masar Badil, ou Voie palestinienne alternative, se prépare à organiser une conférence qui se tiendra une fois de plus à Madrid, à l’occasion du 30e anniversaire de la conférence initiale de Madrid, afin de rejeter tout ce que le rassemblement précédent a incarné et signifié pour le peuple palestinien. Bien sûr, une conférence ne suffira pas à elle seule à redresser la boussole politique palestinienne et à restructurer les cadres nécessaires pour permettre aux Palestiniens de récupérer leur voix, leur action et leur leadership légitimes dans leur mouvement de libération.

 

Cependant, lorsque nous regardons la Conférence de Madrid d’il y a 30 ans, nous voyons aussi qu’il ne s’agissait pas, en réalité, d’une simple conférence mais d’une manifestation de pouvoir politique. De même, cette initiative va au-delà d’une conférence – ou, en réalité, de multiples rassemblements et conférences populaires – pour déclarer, à Madrid, une voie alternative pour le peuple palestinien et son mouvement, qui est spécifiquement une alternative à la voie de la Conférence de Madrid de 1991, des Accords d’Oslo de 1993, et de tout ce qui a suivi.

 

En réponse à cette ère de siège, le Masar Badil, avec le leadership fort des femmes et des jeunes palestiniens, vise à présenter non seulement une alternative politique à l’ère Madrid-Oslo, mais aussi une alternative culturelle, sociale et économique à travers laquelle les Palestiniens peuvent retrouver leur force, leur résistance et leur unité révolutionnaire, en trouvant la liberté pour les prisonniers et la justice pour les martyrs de Palestine.

 

Certains peuvent se demander pourquoi nous cherchons une alternative alors qu’un système politique et des organisations palestiniennes existent déjà, bien qu’ils restent embourbés à bien des égards dans la voie Madrid-Oslo. Le Masar Badil vise à présenter une vision claire, révolutionnaire et de gauche pour l’avenir de la Palestine, qui s’aligne sur les classes populaires et les peuples en lutte de la région et du monde.

 

Cette voie alternative n’est pas une alternative au mouvement de libération nationale palestinien ou à la Charte nationale palestinienne de 1968 ou de 1964 ; il s’agit plutôt d’une alternative qui se base sur la renaissance et la réinstitution de cette charte légitime pour l’avenir et la vision du peuple palestinien vers la libération et le retour. Ce projet doit embrasser toutes les formes de résistance qui font partie du consensus national palestinien, afin de faire avancer de manière décisive la libération de la Palestine.

 

La forme complète que prendra cette voie alternative doit être déterminée par la conférence elle-même, mais d’après les discussions qui ont lieu au sein et en dehors du comité préparatoire, qui ont inclus des dizaines de réunions virtuelles avec les communautés palestiniennes du monde entier, nous nous attendons à ce que cette conférence lance un nouveau mouvement populaire palestinien. Ce mouvement se concentrera sur la construction de ponts entre les diverses communautés palestiniennes en exil et les Palestiniens à l’intérieur de la Palestine, en particulier dans la Palestine occupée de 1948.

 

Cette voie alternative trouve une cause commune avec le mouvement de libération des Noirs, avec les forces de gauche et progressistes d’Amérique latine, et avec les prisonniers politiques qui recherchent la justice et la libération, de la Turquie aux Philippines en passant par la Colombie.

 

Cette formation se concentrera également sur le lancement d’un mouvement de boycott dans lequel les Palestiniens en exil et en diaspora jouent un rôle de premier plan, directement lié aux droits des Palestiniens, en particulier le droit au retour. Troisièmement, elle intensifiera nos campagnes visant tous les gouvernements, sociétés et entités complices qui soutiennent les crimes de l’occupation, en mobilisant une large participation populaire palestinienne.

 

Les ambassades de l’Autorité palestinienne manquent à leur responsabilité de soutenir les droits du peuple palestinien, en particulier la libération des prisonniers palestiniens. Construire une alternative signifie soutenir les groupes qui mènent ces campagnes, comme le réseau Samidoun et d’autres organisations dans le monde.

 

Cela nécessite également de construire un réseau d’organisations communautaires palestiniennes, fournissant la base pour unifier et réaffirmer les syndicats populaires palestiniens, dans le mouvement étudiant, parmi les ingénieurs, les enseignants, les médecins, les artistes, les écrivains et les travailleurs palestiniens, afin de libérer les vastes capacités collectives palestiniennes de changement et d’organisation qui sont, aujourd’hui, gaspillées plutôt qu’utilisées dans la lutte. Les organisations de femmes palestiniennes, comme Alkarama (Dignité) et d’autres, ont besoin de soutien pour réaffirmer le pouvoir et la mobilisation des femmes palestiniennes.

 

Aujourd’hui, nos communautés palestiniennes ne communiquent pas uniquement en arabe. Le site web de Masar Badil est lui-même disponible en dix langues, et cette diversité linguistique peut être un énorme avantage plutôt qu’un obstacle à la réaffirmation de l’unité palestinienne.

 

Le rôle des communautés palestiniennes en exil est un rôle palestinien, mais c’est aussi un rôle international. Ces communautés ont un rôle essentiel à jouer dans le renforcement des campagnes pour la justice en Palestine dans les universités, les églises et les syndicats, et dans l’établissement de liens plus profonds avec nos frères et sœurs juifs, sur la base d’un engagement commun en faveur de l’anticolonialisme et de la justice sociale, du rejet du sionisme et du soutien à la résistance palestinienne.

 

De plus, il existe une histoire profonde d’alliances entre le mouvement de libération palestinien et d’autres mouvements mondiaux de libération nationale, et cette voie alternative prendra en charge le projet de réaffirmer et de rétablir ces liens critiques, non seulement sur un niveau théorique de compréhension commune, mais sur le terrain de la lutte conjointe et de l’action collective.

 

Aujourd’hui, les campagnes médiatiques et l’organisation sur les médias sociaux jouent un rôle important dans la mise en relation des Palestiniens au-delà des frontières et des murs. Nous devons profiter de ces opportunités tout en restant connectés à l’organisation communautaire sur le terrain. Cette voie alternative, afin de remplir ses objectifs, doit établir des centres et des organisations communautaires dans les villes, les camps de réfugiés et les régions du monde entier, fournissant des services sociaux et une mobilisation politique pour le peuple palestinien partout dans le monde.

 

Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’une nouvelle génération, d’une nouvelle vision, d’un nouvel espoir pour la lutte et l’organisation des Palestiniens, qui puisse placer à nouveau la Palestine au centre de la scène arabe et internationale, cette fois sans les illusions du pragmatisme qui ont marqué la route dévastatrice vers Madrid et Oslo. Les Palestiniens sont confrontés à des défis nouveaux et complexes, notamment l’implication manifeste des régimes réactionnaires arabes qui proclament leur alliance et leur normalisation avec l’occupation israélienne. Pour obtenir le changement nécessaire à l’affirmation de cette voie pour un avenir palestinien libéré, nous pouvons nous attendre à lutter pendant les années et les décennies à venir, en créant les conditions de la victoire.

 

Khaled Barakat, écrivain palestinien et membre du comité préparatoire de Masar Badil

Article publié initialement dans This week in Palestine en mai 2021

 

Source – Traduction : Collectif Palestine Vaincra