Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du 23 juillet au 8 août 2021, Tokyo accueille les 32e Jeux Olympiques d’été qui regroupent des milliers d’athlètes de 205 pays à travers le monde. Historiquement, cette grande compétition sportive est le théâtre de prises de position en faveur de la justice et de l’égalité. Lors d’une remise de prix des Jeux Olympiques de Mexico en 1968,  les athlètes africains-américains Tommie Smith et John Carlos ont levé leurs poings recouverts d’un gant noir pour dénoncer la politique ségrégationniste aux États-Unis. En 1970,  l’Afrique du Sud est officiellement exclue des Jeux Olympiques en raison du régime d’apartheid par le CIO.

Alors que les plus grandes organisations non gouvernementales et l’ONU viennent enfin de reconnaitre l’évidence, c’est-à-dire qu’Israël est un État d’apartheid, des athlètes de haut niveau prennent des positions courageuses contre la colonisation sioniste et en soutien au peuple palestinien. Jeudi 22 juillet, le judoka algérien Fethi Nourine a boycotté la compétition parce qu’il refuse de jouer face à un athlète représentant d’un État colonial et raciste. Cet engagement a été scandaleusement sanctionné par la Fédération internationale de Judo qui a décidé de le suspendre ainsi que son entraineur. L’athlète a déclaré à cette occasion : « Je ne participerais pas au tournoi de judo des jeux olympiques. Je reste fidèle à la position Algérienne par rapport à la question Palestinienne. Je ne peux pas salir les mains, ni d’ailleurs contribuer à hisser le drapeau d’Israël que mon pays ne reconnaît pas. ». Lundi 26 juillet, le judoka soudanais Mohamed Abdalrasool a annoncé qu’il refuse de participer au tournoi de judo des Jeux Olympiques de Tokyo pour dénoncer l’accord de normalisation entre Israël et le Soudan.

Fethi Nourine affiche son soutien à la Palestine.

Ce n’est pas la première fois que les soutiens au peuple palestinien s’invitent aux JO. Aux jeux de 2004 à Athènes, le champion du monde iranien Arash Mirasmaeili a refusé de combattre le judoka israélien Ehud Vaks. À Rio de Janeiro en 2016, le judoka égyptien Islam El Shehaby a été renvoyé chez lui après avoir refusé de serrer la main de l’Israélien Or Sasson à la fin de leur combat.

Le Collectif Palestine Vaincra salue ces prises de position courageuses d’athlètes qui mettent leurs principes antiracistes au-dessus de leur carrière individuelle. Par ailleurs, nous dénonçons l’attitude du CIO et des fédérations internationales qui cautionnent la présence d’un État raciste et criminel qui opprime et colonise  le peuple palestinien depuis plus de 70 ans. Nous appelons au développement des campagnes de boycott dans tous les domaines afin de lutter contre la normalisation des relations avec cet État terroriste.