Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois prisonniers palestiniens incarcérés sans inculpation ni procès dans le cadre de la détention administrative israélienne ont suspendu leur grève de la faim après avoir conclu un accord pour leur libération. Six autres poursuivent leur grève pour exiger leur libération et la fin de la politique de détention administrative. Salem Zeidat, de Bani Naim près d’al-Khalil, a suspendu sa grève de la faim ouverte le lundi 23 août après 43 jours. Il sera libéré à l’expiration de son ordre de détention administrative actuel en novembre. Il est détenu depuis le 22 février 2020, emprisonné sans inculpation ni procès, et sa détention a été prolongée à plusieurs reprises.

Mardi 24 août, Mujahid Hamed et Omar al Jabari ont mis fin à leur grève. Hamed, originaire de Silwad près de Ramallah, a suspendu sa grève après 42 jours. Il sera libéré en janvier 2022, à la fin de son mandat de détention administrative actuel. Il est détenu depuis le 22 septembre 2020 et a passé 9 ans dans les prisons de l’occupation israélienne. Il a été arrêté et jeté en détention administrative seulement trois mois après sa libération.

Omar al-Jabari de Jénine a suspendu sa grève après 7 jours après avoir également trouvé un accord pour la fin de sa détention administrative.

Salem Zeidat, Moudjahid Hamed (en haut à droite) et Omar al Jabari (en bas à droite)

Kayed Fasfous, Miqdad Qawasmeh, Ahmad Hamamra, Akram Fasfous, Alaa al-Araj et Hisham Abu Hawash poursuivent leur grève. Tous les détenus en grève de la faim sont placés à l’isolement, privés des visites de leur famille, dépouillés de leurs biens et fréquemment retardés ou privés de l’accès à leurs avocats dans le but de les forcer à mettre fin à leur grève.

 

Qu’est-ce que la détention administrative ?

 

La détention administrative a été utilisée pour la première fois en Palestine par le mandat colonial britannique, puis adoptée par le régime sioniste ; elle est désormais utilisée de manière routinière pour cibler les Palestiniens, en particulier les dirigeants communautaires, les militants et les personnes influentes dans leurs villes, camps et villages.

Il y a actuellement environ 540 Palestiniens emprisonnés sans inculpation ni procès en détention administrative, sur les 4 850 prisonniers politiques palestiniens. Ces ordres sont émis par l’armée et approuvés par les tribunaux militaires sur la base de « preuves secrètes », dont les détenus palestiniens et leurs avocats n’ont pas connaissance. Délivrés pour une durée maximale de six mois, ils sont renouvelables indéfiniment. Les Palestiniens – y compris les enfants mineurs – peuvent passer des années en détention administrative sans inculpation ni procès.

Le mercredi 11 août, les Palestiniens de Gaza ont manifesté devant le bureau du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme à Gaza pour soutenir les grévistes de la faim. Ils ont demandé que les institutions internationales assument leurs responsabilités en protégeant les détenus palestiniens et en demandant aux responsables israéliens de rendre des comptes devant les tribunaux internationaux.

 

Qui sont les grévistes de la faim ?

 

  • 1. Kayed Fasfous : âgé de 32 ans et originaire de Dura – al-Khalil (Hébron), il a commencé sa grève il y a 41 jours. Il est détenu ‘sans charge ni procès depuis octobre 2020, et emprisonné à la prison de Ramon.
  • 2. Miqdad Qawasmeh : âgé de 24 ans et originaire d’al-Khalil (Hébron), il a commencé sa grève il y a 34 jours. Étudiant palestinien, il est emprisonné sans charge ni procès depuis janvier 2021. Il est détenu à la prison d’Ofer.
  • 3. Ahmad Hamamra : originaire de Beit Sahour, il a commencé sa grève il y a 25 jours. Il est emprisonné sans charge ni procès depuis le 17 août 2020 et a précédemment participé à la grève de la faim collective de 2017 alors qu’il était détenu.
  • 4. Akram Fasfous : âgé de 38 ans et originaire de Dura – al-Khalil (Hébron), il a lancé sa grève il y a 20 jours. Il est le frère de Kayed Fasfous, en grève de la faim depuis 28 jours, et de Mahmoud Fasfous, qui était auparavant en grève avant de la suspendre en raison d’une grave détérioration de sa santé. Il est incarcéré sans inculpation ni procès en détention administrative depuis octobre 2020. Il est marié et père de quatre enfants.
  • 5. Alaa al-Araj : âgé de 34 ans et originaire de Tulkarem, il a lancé sa grève il y a 17 jours. Il est incarcéré depuis le 30 juin sans inculpation ni jugement en détention administrative et est détenu à la prison de Megiddo.
  • 6. Hisham Ismail Abu Hawash : âgé de 39 ans et originaire de Dura – al-Khalil (Hébron), il est en grève de la faim depuis 9 jours. Il est emprisonné sans inculpation ni jugement depuis octobre 2020 en détention administrative. Après de multiples arrestations, il a passé huit ans dans les prisons israéliennes. Il est marié et père de quatre enfants.

 

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, appelle tous les partisans de la Palestine à agir pour soutenir ces six grévistes de la faim palestiniens et tous les prisonniers palestiniens qui luttent pour la liberté, pour leur propre vie et pour le peuple palestinien. Ils affrontent le système d’oppression israélien en première ligne, avec leur corps et leur vie, pour mettre fin au système de détention administrative. Développons des actions pour soutenir les grévistes de la faim et la lutte pour la libération de la Palestine de la mer au Jourdain !

 

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra