Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans sa première interview depuis son arrestation en 2016, Mohammed el-Halabi déclare à Mondoweiss : « Les affirmations [d’Israël] émises à mon encontre sont fabriquées, et visent à mettre fin au travail humanitaire que moi et d’autres personnes faisons pour la population de Gaza. »

Après cinq ans et plus de 160 séances, un tribunal israélien touche à la fin de l’affaire la plus médiatisée de financement présumé du terrorisme.

Les événements ont commencé en 2016 lorsque Mohammed el-Halabi, alors responsable du bureau de World Vision à Gaza, rentrait chez lui après une réunion à Jérusalem. Appréhendé par les autorités israéliennes, il a été interrogé pendant 50 jours sans explication ni accès à une représentation légale. Sa famille a déclaré qu’il avait perdu 50 % de son audition en raison des tactiques physiques brutales auxquelles il était soumis pendant l’interrogatoire. Lorsqu’il a finalement été inculpé des mois plus tard, M. El-Halabi a appris qu’il était accusé d’avoir détourné des millions de dollars vers les coffres du Hamas à Gaza, alors que World Vision a affirmé qu’aucun argent n’avait disparu. De plus, l’organisation caritative chrétienne basée au Royaume-Uni soutient qu’el-Halabi n’a jamais possédé de grandes quantités d’argent liquide.

Les plaidoiries finales se sont terminées en août et on ne sait pas quand le verdict sera rendu.

« Lorsqu’Israël a finalement annoncé les charges retenues contre Mohammed, nous avons été déconcertés », a écrit Tim Costello, ancien directeur général de World Vision en Australie, dans une tribune libre en juin. Les procureurs ont affirmé qu’El-Halabi avait siphonné 50 millions de dollars pour le Hamas et d’autres groupes militants à Gaza.

Selon Costello, cela « ne tient pas debout », littéralement. « Le budget opérationnel total de World Vision à Gaza pendant que Mohammed travaillait pour nous ne représentait que la moitié de cette somme », a-t-il expliqué.

El-Halabi et le bureau de Gaza ont fait l’objet d’audits réguliers de la part du gouvernement australien et de consultants de PricewaterhouseCoopers, dont aucun n’a affirmé que des fonds avaient disparu. Prenant les allégations au sérieux, tous deux ont ordonné des enquêtes indépendantes. Une fois encore, ils sont arrivés à la même conclusion : non seulement el-Halabi n’avait pas envoyé de fonds au Hamas, mais il n’y avait pas de vol d’argent.

Pourtant, le procès s’est poursuivi. El-Halabi s’est vu refuser la liberté sous caution et proposer de multiples négociations de plaidoyer qui auraient pu lui assurer une libération plus rapide, mais il a systématiquement rejeté ces offres et maintenu son innocence. Un bâillon a été imposé sur les procédures, ce qui signifie que peu de preuves ont été ouvertes à l’examen du public. Il s’agit d’une pratique courante dans les audiences du tribunal militaire israélien, mais peu courante dans les procès criminels où le cas d’El-Halabi a été entendu. Dans un tribunal militaire, les accusés palestiniens ont moins de droits et un taux de condamnation de 99,74%.

Maher Hanna, membre du barreau israélien et avocat de la défense, a dû limiter sa plaidoirie à 60 pages. Dans une ordonnance peu orthodoxe, le juge l’a contraint à taper sa déclaration sur l’ordinateur du procureur du gouvernement. Hanna n’a pas reçu de copie pour la comparer au dossier du tribunal.

Le père de l’accusé, Khalil el-Halabi, a vigoureusement défendu son fils auprès des médias et lancé des appels au secrétaire général des Nations unies, au président Joe Biden, au pape et aux législateurs israéliens. À leur tour, les organisations de défense des droits de l’homme et les législateurs israéliens se sont prononcés en sa faveur. En novembre 2020, les rapporteurs spéciaux de l’ONU ont publié une déclaration cinglante dénonçant les « pratiques fondamentalement injustes » qui « entachent le système judiciaire de tout État » et ont appelé Israël à « lui accorder tous les droits d’un procès équitable, ou bien à le libérer sans condition ».

S’il est reconnu coupable, M. El-Halabi risque une peine de 20 ans dans une prison militaire israélienne.

J’ai interviewé el-Halabi avec l’aide d’avocats autres que les siens, conformément aux limites de communication imposées par le bâillon. Dans une rare opportunité de parler à l’homme au centre de cette affaire, j’ai soumis mes questions par l’intermédiaire des avocats du Club des prisonniers palestiniens qui ont relaté mes interrogations et ses réponses. Il s’agit de sa première interview depuis son arrestation :

 

Daoud Kuttab : Avez-vous été surpris lorsque les autorités israéliennes vous ont arrêté le 15 juin 2016, alors que vous reveniez d’une réunion de World Vision à Jérusalem ?

 

Mohammed el-Halabi : Je n’avais aucune idée qu’il y avait une question sur mon travail. J’ai été surpris lorsque j’ai été placé en détention, car je sais que je travaille dans le respect de la loi.

J’ai été accusé de financer des factions palestiniennes à hauteur de millions de dollars par le biais de World Vision.

J’ai rejeté cette accusation et je leur ai assuré que notre travail est entièrement conforme aux lois et règlements établis par notre propre organisation et les pays donateurs. Je les ai mis au défi pendant l’interrogatoire de montrer que j’ai utilisé un seul dollar américain pour soutenir une organisation illégale et jusqu’à présent ils n’ont pas prouvé cela.

Les Israéliens étaient clairement mécontents de l’énorme travail accompli par notre agence humanitaire, surtout après les trois guerres contre Gaza. Ils m’ont dit que cela affectait l’efficacité du blocus qu’ils menaient contre Gaza.

 

Quand vous a-t-on proposé pour la première fois une négociation de plaidoyer et combien de fois vous a-t-on proposé depuis ?

 

La première offre de plaidoyer qui m’a été faite l’a été immédiatement après la présentation de mon acte d’accusation au tribunal. Ils m’ont proposé de purger une peine de six à dix mois en échange d’un plaidoyer de culpabilité pour l’accusation de financement d’organisations palestiniennes à partir des fonds de l’agence humanitaire pour laquelle je travaille, et j’ai refusé car je ne l’ai pas fait.

Encore une fois, on m’a proposé les mêmes 10 mois en septembre 2016 et en mars 2017. On m’a offert la même chose en échange des 17 mois que j’ai passés en prison.

On m’a proposé des dizaines d’offres et je les ai toutes rejetées. Toutes ces offres voulaient que j’admette le financement d’organisations palestiniennes par les [fonds] d’aide humanitaire. Ils s’en sont pris aux organisations humanitaires internationales dans le but de renforcer le blocus de Gaza.

 

Comment avez-vous évalué les preuves présentées contre vous au tribunal ?

 

Les preuves qu’ils ont présentées au tribunal sont très divergentes. Il s’agit clairement d’un faux, qui vise à me condamner. Le plus gros problème était les documents originaux, de leurs propres preuves, qui montrent d’énormes [inexactitudes] dans la traduction de l’arabe à l’hébreu.

Ils ont fabriqué les preuves qui sont liées à ce que le collaborateur a affirmé. Toutes les preuves qui ont été présentées ont été écrites par le collaborateur de sa propre main, puis elles ont été fabriquées. Nous avons montré au tribunal que le collaborateur a un casier judiciaire chargé et qu’il est un spécialiste de la falsification. Mon avocat et moi-même avons depuis déposé une plainte pour faux auprès de l’unité des fraudes de la police israélienne. Ce collaborateur a même essayé de me convaincre d’accepter un plaidoyer pour tout ce que notre organisation humanitaire a fait, même si ce n’est pas à Gaza.

 

Israël affirme que vous avez aidé à faire entrer à Gaza de l’acier qui a été utilisé par le Hamas et d’autres groupes pour des opérations militaristes et la construction de tunnels.

 

Quant aux revendications concernant les barres d’armature dont ils ont parlé, nous n’avons jamais importé les barres d’acier dont ils parlent habituellement et qui sont interdites d’entrée à Gaza, ils parlent de centaines et de milliers de tonnes de métal qu’ils prétendent que nous avons importées et données aux factions palestiniennes. Cette affirmation n’a jamais été étayée par de simples preuves de la date d’importation de l’acier.

Israël contrôle tous les postes-frontières et aurait pu facilement fournir ces informations, mais il s’agissait d’une autre affirmation fabriquée de toutes pièces, diffusée dans la presse et généralement dans les documents judiciaires, sans qu’aucun détail ni aucune autre preuve ne soit fourni. Le fait est qu’aucun des aciers dont ils ont parlé n’a jamais été importé par nous.

 

Pensez-vous que les procédures du tribunal ont été équitables à votre égard ?

 

Le tribunal est injuste ; il a imposé des restrictions à l’avocat de la défense, ce qui montre qu’il n’est pas neutre ou équitable.

Le tribunal est toujours hostile à l’égard de mon avocat alors qu’il accède à toutes les demandes du procureur. Le procureur ne cesse de me menacer publiquement que le tribunal continuera à être retardé de manière à me forcer à faire un plaidoyer afin de ne pas montrer que l’Etat d’Israël a menti. Toutes les décisions du tribunal ont été prises pour protéger le Shabak [service de renseignement] et le collaborateur.

 

Lorsque vous étiez à la tête du bureau de Gaza de World Vision, quel était le montant maximum d’argent que vous étiez autorisé à dépenser ?

 

Le montant maximum que je suis autorisé à dépenser seul est de 300 dollars. Le montant maximum que le bureau de Gaza peut dépenser après l’approbation du directeur des opérations et du directeur financier à Jérusalem est de 15 000 dollars.

 

Vous et World Vision avez déclaré tout au long du procès que vous n’aviez jamais détourné de fonds et que votre bureau était régulièrement contrôlé par des consultants de PricewaterhouseCoopers. Si le dossier contre vous n’est pas fondé sur des preuves, pourquoi pensez-vous être poursuivi ?

 

L’interrogateur [israélien] m’a dit à plusieurs reprises que les mensonges israéliens ont été faits parce qu’ils étaient sûrs que tout le monde m’abandonnerait, y compris mon organisation, le gouvernement palestinien et ma famille, et qu’à la fin je serais obligé d’accepter une négociation de peine juste pour sortir de prison.

 

Comment World Vision a-t-elle réagi à votre arrestation et à cette affaire ?

 

Pour être honnête, je ne suis pas satisfait du silence [relatif] de mon organisation, qui a eu un effet négatif sur moi. J’apprécie que de nombreux membres du personnel de l’organisation soient venus témoigner en ma faveur. Mon salaire a été arrêté depuis mon arrestation et ma famille a souffert financièrement et a été obligée de dépendre d’une aide.

 

Combien de fois votre famille vous a-t-elle rendu visite au cours des cinq dernières années ?

 

Ma famille ne m’a rendu visite que 10 fois au cours des cinq dernières années. Une fois ma mère, deux fois mes enfants. Ces visites étaient organisées par le Comité international de la Croix-Rouge.

 

Si et quand vous serez libéré, que comptez-vous faire ?

 

Lorsque je serai libéré, je poursuivrai mon travail humanitaire qui m’a fait grandir, et je défendrai la justice. Je suis convaincue de l’importance du travail humanitaire pour tous, sans discrimination fondée sur le sexe ou toute autre base. Je suis sûre que si je connaissais une famille israélienne dans le besoin, j’apporterais le même type d’aide qu’à une famille palestinienne. Je ne me soucie pas de l’origine politique des gens et mon message au monde est que la justice et non la haine est le meilleur moyen de construire des ponts de paix.

 

Y a-t-il autre chose que vous aimeriez que les gens sachent ?

 

Je voudrais conclure, devant le monde entier, que les accusations que le procureur israélien a formulées à mon encontre sont fabriquées de toutes pièces et visent à mettre un terme au travail humanitaire que moi-même et d’autres personnes effectuons pour la population de Gaza.

*Les questions ont été modifiées pour plus de clarté.

Interview réalisée par Daoud Kuttab. Mise à jour : 16h00 mercredi 25 août 2021.

 

Source : Mondoweiss – Traduction : Collectif Palestine Vaincra