Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le champion de France de football, le LOSC Lille, et le vainqueur de la Coupe de France, le PSG, s’affrontent dimanche 1er août pour le Trophée des champions. Cette rencontre exceptionnelle est organisée cette année à Tel Aviv, capitale de l’apartheid israélien. Le responsable de cette opération de communication n’est autre que Sylvan Adams, le milliardaire canadien fondateur de l’équipe cycliste Israel Start-Up Nation et responsable de l’organisation du match Uruguay-Argentine à Tel Aviv en 2019. Comme à chaque fois, l’objectif est clair : faire de la « diplomatie sportive » comme le souligne Sylvan Adams à l’Agence France Presse qui termine son entretien en affirmant que le « vainqueur sera Israël ». En d’autres termes, promouvoir et normaliser l’apartheid israélien à travers l’organisation d’événements sportifs.

Le LOSC Lille offre un maillot à Sylvan Adams

Bien conscient de la portée politique d’une telle opération, le maire de Tel Aviv et criminel de guerre Ron Huldai s’est félicité de l’organisation de cet événement. De son côté, l’entraineur du PSG Mauricio Pochettino a déclaré lors d’une conférence de presse : “Je suis très heureux de venir en Israël. Je ne m’y suis jamais rendu, c’est donc une découverte. »  

Face à une telle opération de promotion d’un État raciste et colonial, de nombreuses organisations se sont mobilisées en France à l’image de l’AFPS 59/62 qui a organisé différentes activités afin de sensibiliser les amateurs de football partisans du LOSC Lille. Parallèlement, la campagne BDS France Paris Banlieue s’est mobilisée à plusieurs reprises afin d’informer les joueurs et les supporters du PSG de l’opération de promotion du colonialisme qui se faisait en leur nom.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Collectif Palestine Vaincra soutient les mobilisations en cours pour dénoncer cette opération de blanchiment des crimes israéliens. Nous appelons à intensifier les campagnes de boycott d’Israël, en particulier le boycott sportif face à ces véritables opérations de communication au service de l’apartheid !