Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du 30 octobre au 2 novembre 2021, plusieurs conférences ont eu lieu à Sao Paulo, Beyrouth et Madrid afin de fonder un nouveau mouvement populaire qui vise à regrouper toutes les forces palestiniennes, arabes et internationales qui se battent pour la libération de la Palestine de la mer au Jourdain : le Mouvement alternatif de la voie révolutionnaire palestinienne. Une délégation du Collectif Palestine Vaincra a participé aux événements organisés à Madrid et nous soutenons cette initiative importante. Nous reproduisons ci-dessous les deux déclarations publiées qui affirment l’orientation politique de ce mouvement et les différentes activités planifiées pour les années à venir.

Pendant quatre jours, la Conférence de la voie alternative palestinienne (Conférence Masar Badil) s’est réunie dans la capitale espagnole, Madrid. Cette conférence coïncidait avec le 30e anniversaire de la tristement célèbre conférence de liquidation de Madrid en 1991 et constituait une réponse pratique et populaire à la voie catastrophique d’Oslo et à ses conséquences, afin d’affronter les politiques du colonialisme sioniste et les régimes de capitulation et de normalisation.

Les participant·e·s à la conférence ont adopté les positions politiques suivantes :

Notre peuple palestinien, qui mène la bataille pour la libération nationale depuis 104 ans en affrontant le colonialisme sioniste, est conscient, grâce à sa longue expérience de lutte, de l’importance de l’unité populaire palestinienne dans les domaines de la lutte, du combat et de la résistance, et de la nécessité d’un consensus sur les objectifs directs et la stratégie générale qui protège sa lutte et préserve ses réalisations, son identité, son unité, sa dignité et ses droits nationaux.

Sur cette base, nous appelons les forces de la résistance palestinienne, les différents corps nationaux et populaires, les mouvements de jeunesse, étudiant·e·s et féministes, les comités de boycott et d’anti-normalisation et toutes les masses de notre peuple en lutte dans la patrie occupée et dans toute la diaspora à s’unir nationalement pour établir un front national palestinien uni pour résister au colonialisme sioniste dans toute la Palestine, s’affronter au mouvement sioniste et ses alliés dans le monde, travailler à briser tous les cycles de siège en développant la capacité de notre peuple palestinien à restaurer et libérer ses institutions, et à renforcer la position et le rôle du mouvement de libération palestinien et sa présence active dans les arènes arabes et internationales.

Notre conférence considère que l’Organisation de libération de la Palestine est une institution confisquée et détournée, dont le processus décisionnel est dominé par un secteur de classe corrompu, agissant en tant qu’agents du colonialisme sioniste, et une direction faible manquant de légitimité révolutionnaire, populaire ou légale. Sur cette base, nous considérons que l’Organisation et sa direction, dans leur forme actuelle, ne nous représentent pas et ne peuvent pas représenter les luttes et les droits de notre peuple.

La conférence appelle donc toutes les forces populaires, les associations et les organisations affiliées au Mouvement alternatif de la voie révolutionnaire palestinienne à intensifier le rythme de la lutte de masse à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine occupée et à affronter le projet de liquidation de « l’administration autonome » sur la voie de son isolement et de son renversement.

Le Mouvement alternatif de la voie révolutionnaire palestinienne s’engage à travailler à l’escalade de la lutte politique et publique, et de la lutte dans les champs de confrontation, contre la liquidation et la reddition, qui a été incarnée et à commencé avec la signature des Accords de Camp David en 1978 entre le régime de Sadate et l’entité sioniste sous les auspices américains, et de faire face aux résultats de l’étape de Madrid-Oslo, à l’accord de Wadi Araba de 1994, et à tous les accords économiques et de sécurité signés entre les pôles réactionnaires des régimes arabes officiels avec l’entité sioniste, dont le dernier en date est ce qu’on appelle les « accords d’Abraham ». Nous les considérons comme des accords et des traités invalides et illégitimes.

Le Mouvement alternatif de la voie révolutionnaire palestinienne insiste sur la nécessité de renforcer l’unité du camp de la résistance en Palestine, dans la région arabe et dans le monde, qui comprend de multiples mouvements politiques et intellectuels et embrasse les différentes couleurs du spectre arabe et islamique, de l’océan au Golfe. Seul ce camp populaire est capable de faire face aux forces du colonialisme, de l’impérialisme, du racisme et de l’exploitation, d’accomplir le projet du retour, de libérer les terres palestiniennes et arabes, et de renverser l’approche de la capitulation et de la normalisation menée par les Etats-Unis et les régimes réactionnaires et leurs agents dans la région.

Dans le même temps, nous affirmons que la tâche de développer la capacité du camp de la résistance et la cohésion de notre front interne exige un dialogue interne franc entre ses différents courants et pôles nationaux et sociaux d’une manière qui sert la libération de nos peuples de la tyrannie de la domination extérieure et des régimes d’oppression et de tyrannie à l’intérieur, et à réaliser une indépendance nationale complète. Cela renforce la capacité des peuples à protéger leurs richesses et leurs capacités nationales et à sauvegarder la paix civile dans notre grande patrie arabe, de l’océan au Golfe.

Nous réaffirmons notre position ferme et fondamentale sur la nécessité de respecter la lutte des femmes palestiniennes et la participation active des femmes palestiniennes, et de respecter leur rôle central de leadership dans la lutte palestinienne et dans le mouvement national palestinien, sur la voie de la réalisation de la pleine participation et de l’égalité dans le cadre de notre projet de libération nationale et sociale.

La tenue de notre conférence populaire à Beyrouth, Madrid et Sao Paulo, sous la bannière de la Palestine et sous les auspices de notre peuple en lutte, 30 ans après la conférence de liquidation de Madrid de 1991 et 28 ans après le désastreux et traître accord d’Oslo de 1993, l’organisation de notre marche populaire et internationale lancée sous le slogan « Toute la Palestine de la mer au Jourdain », nos positions documentées et déclarées, et la culture de l’autonomie, sont autant de preuves qui confirment la justesse de la boussole de lutte claire de notre nouvelle voie révolutionnaire face aux forces du colonialisme sioniste et au projet de capitulation.

Nous nous engageons à affronter l’approche de la normalisation avec les institutions et l’entité ennemie. En même temps, nous affirmons le renforcement des relations de lutte avec les diverses forces et personnalités juives militantes, antisionistes et antiracistes, qui soutiennent les droits de notre peuple et sa résistance vaillante pour libérer toute la Palestine et l’établissement d’une société démocratique dans toute la Palestine basée sur la justice et l’égalité : une société libre de l’exploitation de classe, du racisme et du sionisme.

L’approche révolutionnaire palestinienne avec des dimensions arabes et internationales, dont les traits ont été dessinés par des milliers de martyrs palestiniens, arabes et internationaux au cours de décennies de lutte, est la voie du changement radical qui interprète la réalité afin de la changer, comprend les défis et les spécificités nationales et locales dans chaque communauté palestinienne et les considère comme une source de force et de pluralisme. Nous adhérons à nos droits et à nos racines tout en regardant vers l’avenir et en suivant le rythme de notre époque. Cette approche révolutionnaire se lève aujourd’hui pour marcher avec confiance et à pas sûrs vers la Palestine libérée… vers une nouvelle aube arabe et humaine.

En ce jour de lancement, nous saluons toute la lutte de notre peuple palestinien dans tous ses lieux de résidence, et toutes les forces de résistance en Palestine. Nous saluons également la lutte du mouvement des prisonniers palestiniens, la direction de la lutte de notre peuple en terre occupée, et l’école révolutionnaire d’où nous tirons toute la détermination et la volonté de continuer sur le chemin jusqu’à ce que nous obtenions notre liberté et atteignions notre victoire décisive.

Vive la lutte de notre peuple palestinien partout dans le monde !

Aucune voix n’est plus forte que la voix du peuple palestinien !

Gloire aux martyrs, liberté aux prisonnier·e·s !

Nous reviendrons et serons victorieux !

Le Mouvement alternatif de la voie révolutionnaire palestinienne

Madrid – Espagne, 2 novembre 2021

Nous, les participant·e·s à la Conférence de la Voie alternative palestinienne (Masar Badil), tenue sous les auspices du peuple palestinien et de son drapeau national à Beyrouth, Madrid et Sao Paulo, entre le 30 octobre et le 2 novembre 2021, et après avoir salué les âmes des martyrs, les sacrifices des blessé·e·s et les luttes du mouvement des prisonnier·e·s palestinien·ne·s, nous annonçons les décisions et positions suivantes :

Premièrement : La conférence annonce le lancement du Mouvement alternatif de la voie révolutionnaire palestinienne, un mouvement politique populaire radical établi par la volonté palestinienne, arabe et internationale le 1er novembre 2021 pour être un cadre et un mouvement de résistance populaire confrontant le colonialisme sioniste et le projet de liquidation et de reddition.

C’est un mouvement pour défendre les droits légitimes du peuple arabe palestinien contre les forces de l’impérialisme, du sionisme et des régimes réactionnaires, et pour participer aux côtés des fils et des filles de notre peuple au processus de la lutte de libération nationale et sociale pour le retour et la libération.

Deuxièmement : agir pour développer le travail des étudiant·e·s palestinien·ne·s et le soutenir politiquement, socialement, intellectuellement et financièrement. En conséquence, il a été décidé d’organiser la conférence des étudiant·e·s palestinien·ne·s en 2022 afin de réveiller le mouvement étudiant palestinien.

Dans ce contexte, nous appelons les étudiant·e·s de Palestine à coopérer et à s’unir afin de se libérer de l’influence de la domination intellectuelle et de l’extorsion matérielle, et nous les appelons également à lutter pour réaliser l’unité de notre mouvement étudiant en lutte et pour développer son rôle central et dirigeant comme l’un des piliers de la lutte révolutionnaire palestinienne pour la libération et une base populaire avancée du mouvement de libération palestinien, arabe et international.

Troisièmement : Organiser des camps annuels de jeunes traitant de la lutte, des programmes éducatifs, scientifiques et sportifs, et travailler à l’élaboration d’un nouveau discours révolutionnaire qui stimule les esprits et aborde les problèmes des jeunes. Dans ce contexte, nous travaillerons également à la promotion d’actions communes entre les mouvements de jeunes et d’étudiant·e·s et le mouvement des femmes dans toute la diaspora. Ces camps d’été annuels serviront de noyaux de dialogue et d’école pour le cadre de la jeunesse révolutionnaire.

Quatrièmement : Organiser une campagne nationale et populaire pour faire tomber la soi-disant « Autorité palestinienne » et travailler à libérer les institutions de notre peuple palestinien de l’emprise du secteur de la classe minoritaire qui domine la prise de décision politique palestinienne.

Notre conférence considère que l’Organisation de libération de la Palestine est une institution palestinienne confisquée et détournée, dont les décisions et les institutions sont dominées par un secteur de classe corrompu, un agent du colonialisme sioniste, et une direction faible qui manque de légitimité révolutionnaire, populaire et légale. Sur cette base, nous considérons que l’OLP et sa direction, dans leur forme actuelle, ne nous représentent pas et ne peuvent représenter les luttes et les droits de notre peuple.

En conséquence, la conférence appelle toutes les forces, associations et organisations populaires participant au mouvement de la Voie révolutionnaire palestinienne à intensifier le rythme de la lutte de masse à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine occupée et à travailler pour confronter le projet liquidationniste de « l’administration autonome » sur la voie de son isolement et de son renversement.

Cinquièmement : Soutenir les institutions nationales indépendantes et leur permettre de lutter contre les financements conditionnels et suspects, et établir un réseau de Centres Palestine dans un certain nombre de villes, camps et capitales arabes et internationales, spécifiquement dans les régions et pays où il n’y a pas de centres et de clubs pour les participant·e·s dans le cadre du Masar Badil.

Ces nouveaux centres seront annoncés successivement, et leur réalisation se fera progressivement au cours de la période du premier plan quinquennal (2022-2027) approuvé par notre conférence. Le « Centre Palestine » dans chaque pays sera un siège pour l’action populaire et les syndicats et organisations révolutionnaires démocratiques, et un parapluie juridique pour les institutions et associations affiliées au Mouvement alternatif de la voie révolutionnaire palestinienne.

Sixièmement : considérer le 15 mai de chaque année comme une journée d’intensification de la lutte nationale, arabe et internationale pour le retour et la libération. L’établissement de l’entité sioniste en Palestine est un crime majeur impliquant des puissances coloniales internationales qui n’ont pas encore payé le prix de leur crime. La Grande-Bretagne refuse jusqu’à ce jour de présenter ses excuses à notre peuple pour la sinistre Déclaration Balfour, dont l’anniversaire tombe aujourd’hui, le 2 novembre 2021, et refuse toujours d’assumer sa responsabilité historique, politique et morale ou de reconnaître les crimes documentés et sanglants qu’elle a commis et qui ont commencé en 1917 et ont établi la catastrophe continue de notre peuple palestinien depuis 1948.

Le 15 mai est une journée de lutte palestinienne, arabe et internationale pour mobiliser la solidarité mondiale avec les droits légitimes et inaliénables de notre peuple et avec notre révolution continue pour réaliser le projet de libération et de retour de notre peuple.

Septièmement : Considérer le 1er novembre de chaque année comme un jour pour renouveler le lancement de notre voie révolutionnaire alternative, une occasion annuelle pour l’évaluation, la critique, le développement et la correction, et une occasion de tirer les leçons acquises par l’expérience pratique et la pratique militante dans les rues.

Le lancement du mouvement de la voie révolutionnaire alternative coïncide avec l’anniversaire du lancement de la révolution de libération algérienne qui a vaincu le colonialisme français après 132 ans de combat et de constance. Cette révolution glorieuse et immortelle qui a débuté le 1er novembre 1954 est pour nous un modèle et un guide pour faire face au projet colonial sioniste jusqu’à la réalisation de tous les objectifs et aspirations nationales de notre peuple.

Huitièmement : Le lancement immédiat de l’organisation de tournées ouvertes et continues pour une communication directe avec tous les sites et lieux de notre peuple à travers la patrie et dans les cinq continents par des visites et des événements nationaux qui renforcent la force de la présence palestinienne aux niveaux arabe et international.

Neuvièmement : Développer le boycott politique, social, économique et culturel de l’entité sioniste, combattre la normalisation et ceux qui l’appellent, et exercer toutes les formes de pression populaire sur les ambassades des régimes et pays complices dans le monde.
Nous appelons à un boycott global et nous nous engageons à confronter l’approche de la normalisation avec les institutions et l’entité de l’ennemi, et en même temps nous cherchons à renforcer nos relations de lutte et nos liens humains avec diverses forces et personnalités antisionistes, antiracistes et anticoloniales de toutes les ethnies et religions et affiliations, qui soutiennent les droits inaliénables du peuple palestinien, en premier lieu le droit au retour et le droit à l’autodétermination sur l’ensemble du territoire national palestinien, afin d’établir une société juste et démocratique libérée du sionisme, du racisme et de l’exploitation de classe.

Dixièmement : L’affirmation permanente du droit au retour des réfugiés palestiniens comme le cœur de la cause de notre peuple et le droit du peuple palestinien, et le travail pour l’établir comme une priorité de lutte dans le programme des mouvements arabes et internationaux de boycott et des forces de solidarité avec le peuple palestinien. Dans ce contexte, nous appelons également à faire pression sur l’UNRWA pour qu’elle ne réponde pas ou ne s’adapte pas aux politiques et positions des bailleurs de fonds qui contredisent ou sapent les droits nationaux fondamentaux du peuple palestinien.

En ce jour de lancement, nous saluons toute la lutte de notre peuple palestinien dans tous ses lieux de résidence, et toutes les forces de résistance en Palestine. Nous saluons également la lutte du mouvement des prisonnier·e·s palestinien·ne·s, la direction de la lutte de notre peuple en terre occupée, et l’école révolutionnaire d’où nous tirons toute la détermination et la volonté de continuer sur le chemin jusqu’à ce que la liberté et la victoire décisive soient atteintes.

Vive la lutte de notre peuple palestinien partout dans le monde !

Aucune voix n’est plus forte que la voix du peuple palestinien !

Gloire aux martyrs, liberté aux prisonnier·e·s !

Nous reviendrons et serons victorieux !

Le Mouvement alternatif de la voie révolutionnaire palestinienne, 2 novembre 2021