Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les prisonnières palestiniennes se défendent contre une vague de répression dans les prisons de l’occupation israélienne. Marah Bakir et Shorouq Dwayyat, les deux prisonnières qui représentent les détenues en tant que groupe lors des négociations ou des tractations avec l’administration pénitentiaire, ont toutes deux été transférées à l’isolement. Leur codétenue, Mona Qaadan, a également été emmenée dans un lieu inconnu.

Dimanche 19 décembre, les unités répressives sionistes ont violemment attaqué les prisonnières qui retournaient leurs repas, refusant de se soumettre aux contrôles de sécurité et frappant sur les portes de leurs chambres de prison. Les prisonnières exigent que Shorouq Dwayyat et Marah Bakir soient immédiatement libérées de leur isolement. Toutes deux ont été transférées dans d’autres prisons – Dwayyat à la prison de Gilboa et Bakir au centre d’interrogatoire de Jalameh.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Selon les organisations de prisonniers en Palestine, l’électricité a été coupée dans les cellules des prisonnières, les hijabs de plusieurs d’entre elles ont été arrachés de leur tête et l’une des prisonnières a perdu connaissance pendant l’attaque. L’administration pénitentiaire continue de menacer les prisonnières avec des gaz lacrymogènes dans leurs chambres.

Aujourd’hui, les prisonnières palestiniennes se voient refuser l’accès à la « cantine » (le magasin de la prison où les femmes doivent acheter de nombreux aliments et autres produits de première nécessité) et se voient infliger des amendes en raison de leur protestation contre cette injustice. Les prisonnières de la prison de Damon sont également privées de douches depuis trois jours.

Entre-temps, les organisations de la résistance palestiniennes ont déclaré leur soutien total à la lutte des femmes détenues. Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra salue les femmes palestiniennes détenues dans les prisons de l’occupation israélienne, s’associe à leurs demandes et appelle à une solidarité internationale accrue pour soutenir leur lutte pour la libération.

 

Violations systématiques des droits

Les prisonnières palestiniennes ont été soumises à des refus permanents et systématiques de visites familiales, y compris des refus de visites familiales pour les enfants des mères emprisonnées. Les autorités d’occupation israéliennes ont prétendu que ces visites étaient refusées en raison de l’auto-libération de six prisonniers palestiniens lors de l’opération du Tunnel de la liberté, des réparations effectuées au parloir et des restrictions liées au coronavirus, mais la réalité reste la même : une tentative systématique d’isoler les femmes palestiniennes emprisonnées de leurs proches.

Bien que l’on ait tenté d’apaiser les protestations des prisonnières en déclarant que les appels téléphoniques à la famille seraient mis en œuvre, ces promesses n’ont pas été tenues et les prisonnières continuent d’être coupées de leur famille. En outre, elles se sont vu confisquer des livres de leur bibliothèque, y compris des ouvrages culturels et scientifiques, et se sont vu refuser des produits de base et des fournitures pour l’artisanat fournis par leurs familles.

Ils sont soumis à une surveillance permanente, y compris dans la zone de récréation et dans les couloirs, et ils sont transférés dans les deux sens vers les tribunaux militaires ou pour recevoir des soins médicaux via la « bosta », le fameux véhicule de transport dans lequel les prisonniers sont enchaînés sur des bancs métalliques. Ils se voient souvent refuser l’accès aux toilettes ou aux installations sanitaires, et des trajets qui devraient durer une heure ou moins prennent jusqu’à une journée. Dans de nombreux cas, l’utilisation de la « bosta » est exacerbée par les déplacements répétés devant les tribunaux militaires, qui sont constamment reportés, en particulier si les femmes palestiniennes détenues refusent d’accepter une négociation de plaidoyer afin de mettre un terme à ce processus coercitif.

 

Qu’est-ce qui a déclenché les protestations des femmes palestiniennes emprisonnées ?

Jeudi 16 décembre, des unités de répression ont attaqué une jeune fille de 14 ans, originaire de Jérusalem et du quartier de Sheikh Jarrah, cible des colons israéliens, alors qu’elle était transportée dans la « bosta ». La jeune fille, dont la famille est confrontée au déplacement forcé de sa maison de Sheikh Jarrah par l’État colonial, a été arrêtée par les forces d’occupation israéliennes le 9 décembre et accusée d’avoir tenté de poignarder un colon.

En réponse à l’agression dont a été victime la jeune fille emprisonnée, les femmes détenues ont pris des mesures de protestation, notamment en refusant de quitter leurs chambres pour des contrôles de sécurité et en fermant leurs sections dans la prison de Damon.

La prison elle-même, qui était autrefois une étable pour animaux, est connue pour son niveau de vie médiocre et ses conditions extrêmement humides, en particulier pendant l’hiver. Les prisonnières comme Israa Jaabis, qui ont des besoins médicaux importants, ne reçoivent pas de soins de santé ou de soutien adéquats et leurs codétenues doivent les aider dans toutes les activités de la vie quotidienne, car elles continuent d’être victimes de négligences médicales qui aggravent leur état de santé déjà grave.

Il y a actuellement 34 prisonnières palestiniennes dans les prisons d’occupation israéliennes, dont Khitam Saafin, présidente de l’Union des comités de femmes palestiniennes. La détention administrative de Khitam Saafin – emprisonnement sans inculpation ni procès – a été prolongée à plusieurs reprises, et elle est aujourd’hui traduite devant les tribunaux militaires d’occupation sur la base de fausses accusations liées à ses activités politiques et sociales. Âgée de 27 ans, Shorouq al-Badan venait d’être libéré des prisons de l’occupation israélienne en mai 2021. Elle a été de nouveau arrêtée par les forces d’occupation le 8 décembre et a reçu l’ordre d’être à nouveau emprisonnée sans inculpation ni jugement le 16 décembre.

Samedi 18 décembre, Saadia Salem Radwan Farajallah, âgée de 65 ans et originaire du village d’Idna près d’al-Khalil, a été arrêté par les forces d’occupation israéliennes, accusée d’avoir tenté de poignarder un colon israélien à al-Khalil.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, appelle à développer la campagne de solidarité internationale avec ces femmes palestiniennes emprisonnées, en première ligne de la lutte pour la justice et la libération de la Palestine. Pour en savoir plus sur les prisonnières palestiniennes et sur la manière dont vous et votre organisation pouvez soutenir leur lutte, consultez la page de la campagne Aseerat.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a la responsabilité d’agir pour protéger ces prisonnières palestiniennes – et tous les Palestiniens emprisonnés – des actions de représailles et des punitions collectives imposées par l’occupation israélienne. Nous demandons au CICR d’agir pour protéger les femmes palestiniennes contre les agressions, d’obtenir des visites familiales pour les femmes palestiniennes emprisonnées, d’obtenir la mise en œuvre des appels téléphoniques aux membres de la famille pour les femmes palestiniennes emprisonnées et d’obtenir la fin de l’isolement de Shorouq Dwayyat, Marah Bakir et Mona Qaadan. Cliquez ici pour écrire une lettre au Comité international de la Croix-Rouge afin de lui demander d’agir pour défendre les femmes palestiniennes détenues.

 

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra