Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alors que Hisham Abu Hawash entame son 128e jour de grève de la faim, la lutte collective des prisonniers palestiniens pour mettre fin à la détention administrative – emprisonnement sans inculpation ni procès – s’intensifie. Le Comité des détenus administratifs a annoncé qu’à partir du 1er janvier 2022, les détenus administratifs boycotteront collectivement les tribunaux militaires de l’occupation israélienne.

À l’heure actuelle, environ 500 des 4 550 prisonniers politiques palestiniens sont incarcérés sans inculpation ni procès dans le cadre de la détention administrative. Les ordres de détention administrative ont été introduits en Palestine par le mandat colonial britannique et ont ensuite été adoptés par le projet sioniste pour cibler les Palestiniens. Ces ordonnances sont émises pour une durée maximale de six mois et sont indéfiniment renouvelables. Par conséquent, les Palestiniens sont emprisonnés pendant des années sans inculpation, sans procès et sans même savoir quand ou s’ils seront libérés.

Au cours des dix dernières années, de nombreux prisonniers palestiniens ont entamé des grèves de la faim individuelles et collectives pour protester contre la détention administrative, de nombreux détenus reconnaissant qu’une telle lutte est l’un des seuls moyens d’assurer leur libération. Hisham Abu Hawash mène actuellement une grève de la faim de 128 jours contre sa propre incarcération sans inculpation ni procès, qui a été prolongée de quatre mois supplémentaires pendant sa grève.

Le mouvement des prisonniers palestiniens a annoncé son soutien total à la déclaration de boycott des détenus administratifs, appelant les institutions juridiques et de défense des droits de l’homme à prendre leurs responsabilités pour soutenir cette confrontation avec la détention administrative, en cherchant à y mettre fin en tant que politique. Le mouvement des prisonniers a déclaré que les détenus ont le soutien de toutes les organisations palestiniennes et que la lutte pourrait dégénérer en une grève de la faim ouverte et massive si l’occupation refuse les demandes légitimes des détenus.

L’annonce de la campagne de boycott collectif a été faite lors d’une conférence de presse organisée le 20 décembre par la Commission des affaires des prisonniers, la Société des prisonniers palestiniens et l’association Addameer de soutien aux prisonniers et de défense des droits de l’homme.

Elle fait suite au boycott des tribunaux militaires annoncé par Bashir al-Khairy, avocat palestinien et leader de gauche de longue date, qui a demandé à son avocat Mahmoud Hassan de ne pas le représenter devant le tribunal militaire d’Ofer. Al-Khairy est âgé de 79 ans et il est détenu depuis le 29 octobre 2021. Les autorités d’occupation israéliennes ont émis un ordre de détention administrative à son encontre pour 6 mois, jusqu’au 28 avril 2022. L’ordre de détention administrative a été émis contre lui après qu’il ait été libéré par un tribunal militaire en raison de son âge avancé et des allégations datées contre lui, qui comprenaient des événements publics et remontaient à 2000, 2014 et 2017.

Al-Khairy a passé 15 ans dans les prisons de l’occupation israélienne. Il a été arrêté par les forces d’occupation en 1968 et libéré en 1984. Dans une déclaration, Al-Khairy a souligné : « En tant qu’avocat et homme de loi, je considère la procédure de mon transfert en détention administrative – quelle que soit sa durée – comme contredisant le droit humain le plus fondamental de se défendre et de connaître les accusations portées contre lui, en violation du droit international… Devant ces tribunaux fascistes et oppressifs, afin de préserver ma dignité nationale et mes convictions, je boycotterai et refuserai de comparaître devant le tribunal militaire, et je rejetterai tout jugement émis par celui-ci. »

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, exprime sa plus forte solidarité avec l’action des détenus administratifs pour boycotter les tribunaux militaires israéliens illégitimes et mettre fin à ce système injuste et illégal. Nous appelons les partisans de la Palestine à organiser des actions, des événements et des campagnes de solidarité pour soutenir ces actions de boycott, notamment pendant la Semaine d’action pour la libération d’Ahmad Sa’adat et de tous les prisonniers palestiniens du 15 au 22 janvier 2022. La détention administrative – comme l’ensemble du système carcéral israélien – est une arme coloniale destinée à cibler la résistance palestinienne et à isoler les leaders de la lutte du peuple palestinien. Mettez fin à la détention administrative : libérez tous les prisonniers palestiniens !

 

Lisez la déclaration des détenus administratifs ci-dessous (traduite de l’arabe) :

 

Poursuivant les efforts nationaux déterminés pour mettre fin à la pratique injuste de la détention administrative contre le peuple palestinien par les forces d’occupation, et dans le cadre des consultations intensives menées par le mouvement des prisonniers à travers tout son spectre pour organiser un large mouvement, par le biais d’un programme de lutte nationale dans lequel les détenus administratifs ont participé dans tous les domaines, les prisons et les centres de détention.

Poursuivant les démarches précédentes entreprises par les détenus administratifs pour faire face à cette politique arbitraire et à cette détention injuste, et considérant que les tribunaux militaires israéliens sont une partie importante des efforts systémiques de l’occupation pour supprimer toutes les forces actives de notre peuple, pour assiéger, piller et confisquer chaque droit palestinien, y compris le droit palestinien à la liberté, ces tribunaux sont un outil raciste barbare qui a consommé des centaines d’années de la vie de leurs enfants. Notre peuple est sous le marteau de la détention administrative, à travers des simulacres de tribunaux farfelus, dont les résultats ont été préétablis par le commandant militaire de la région. Cette politique est menée à l’encontre des enfants, des femmes, des personnes âgées, des malades et de la population en général.

Les cadres et les militants du peuple palestinien sont emprisonnés sous des justifications peu convaincantes dans le but de briser la volonté et la conscience de notre peuple.

En conséquence, nous, le Comité des détenus administratifs, représentant tous les détenus administratifs dans les prisons de l’occupation, et en coordination avec tous les organes organisationnels des factions nationales et islamiques, annonçons ce qui suit :

Premièrement : Lancement de notre projet de boycott global des tribunaux militaires d’occupation pour la détention administrative, à partir de la date du 1er janvier 2022 à tous les niveaux (initial, appel, haute cour) sous le slogan : « Nous avons décidé de la liberté – non à la détention administrative. »

Cette campagne sera lancée en coordination avec la Commission des affaires pénitentiaires, la Société des prisonniers et d’autres institutions pertinentes, une étape contraignante et générale, et nous appelons toutes les institutions juridiques et les avocats à nous soutenir dans notre démarche par le boycott de ces tribunaux en matière de détention administrative, en se référant au front juridique de ce cadre.

Deuxièmement : Nous appelons notre peuple palestinien libre et fier dans tous les domaines de sa présence, ses forces et ses factions nationales et islamiques, ses syndicats étudiants, ouvriers et professionnels, et ses divers mouvements à se préparer pleinement à soutenir notre projet en tant que projet national qui vise à repousser l’attaque de l’occupant et à lever sa main oppressive de l’arrestation administrative, qui vise maintenant tout mouvement populaire, toute expression ou position s’opposant à l’occupation.

Troisièmement : Ce que notre peuple peut faire à travers sa lutte unie, en formulant un programme complet de soutien, est ce qui peut garantir la victoire de toute bataille, y compris ce qui peut être fait à travers les médias et les médias sociaux, et en poursuivant toutes les voies légales et médiatiques, en plus de mettre en évidence ce projet dans tous les mouvements nationaux et populaires avec votre soutien efficace.

Quatrièmement : Notre message à tous les peuples libres et aux forces démocratiques du monde, à toutes les nations du monde et aux institutions internationales et des droits de l’homme : Soutenez notre juste cause, arrêtez la guillotine de la détention administrative sur nos nuques, et assiégez l’occupant et ses officiers et juges de la mort dans ses tribunaux militaires injustes.

Cinquièmement : Le projet de notre boycott complet des tribunaux commence sous une forme stratégique, dans laquelle nous nous appuierons sur tous les efforts qui ont été faits au cours des années et des mois à venir, en nous préparant à une grève de la faim collective et ouverte au cas où l’occupant ne répondrait pas à nos justes demandes conformément aux normes du droit international.

 

Notre décision est la liberté – non à la détention administrative !

 

Comité des détenus administratifs, 20 décembre 2021

 

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra