Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 200 000 Palestiniens vivent dans des camps libanais ravagés par la pauvreté, la drogue et la violence. Cette situation, combinée à une politique palestinienne fébrile et factionnelle, pourrait plonger non seulement les camps, mais aussi le Liban, dans une guerre civile.
« La violence existe parce que les Palestiniens vivent dans un environnement insupportable au Liban », déclare Mohammed Khatib du camp de réfugiés d’Ain Al-Hilweh. Il commentait les tensions et la détérioration des conditions de vie auxquelles les Palestiniens sont confrontés au Liban, qui semble se désintégrer lentement en un conflit armé entre factions rivales dans les camps, qui pourrait entraîner les réfugiés, voire le pays tout entier, dans une guerre civile.

Le Liban est en chute libre sur le plan économique depuis 2019, avec une crise monétaire qui ne cesse de dégringoler et un taux de pauvreté qui atteint 82%. La population de réfugiés palestiniens passe inapercue dans les médias internationaux, alors que leurs conditions de vie sont parmi les pires du pays. Mais les conditions de vie ne sont que la partie visible de l’iceberg. Au cours de la semaine dernière, une explosion, suivie d’une fusillade de masse, a poussé les partis politiques palestiniens rivaux, le Hamas et le Fatah, au point de se livrer une guerre ouverte.

Vendredi dernier, une explosion a secoué le camp de réfugiés de Burj al-Shamli, entraînant une mer d’accusations contradictoires sur ce qui s’est réellement passé. Les premiers rapports de la chaîne saoudienne Al-Arabiya ont affirmé que des dizaines de morts avaient été enregistrés à la suite d’une explosion dans un entrepôt de munitions du Hamas, tandis que ce dernier prétendait que des bouteilles d’oxygène avaient été enflammées en raison d’une erreur technique. Les dizaines de morts, rapportées par certains médias, se sont avérées fausses, mais un membre du Hamas, Hamza Shaheen, a été tué dans l’explosion.

Pendant les funérailles de Hamza Shaheen, une tragédie très différente s’est déroulée ce dimanche lorsque des hommes armés ont ouvert le feu sans distinction sur une foule de milliers de personnes en deuil dans le camp. Quatre personnes ont été déclarées mortes sur place et six autres blessées. Selon deux sources distinctes à l’intérieur du camp, qui se sont exprimées sous couvert d’anonymat, des membres dirigeants du Hamas et du Hezbollah étaient présents aux funérailles lorsque la fusillade a eu lieu et les tireurs ont été identifiés comme des « agents » appartenant au parti Fatah. Le Fatah, qui dirige ce que l’on appelle l’Autorité palestinienne en Cisjordanie occupée par Israël, est le rival politique du Hamas.

Un témoin oculaire, qui ne souhaite pas être identifié, a déclaré que « les personnes en deuil se sont dirigées vers le cimetière » et que « des hommes armés et clairement identifiables du Hamas étaient présents ». Le témoin oculaire a déclaré que pas un seul coup de feu n’a été tiré par les membres du Hamas et que lorsque les hommes armés du Fatah ont commencé à tirer, « les forces de résistance [Hamas] n’ont pas riposté. » Le Fatah nie officiellement avoir été l’instigateur du massacre et accuse les hommes armés du Hamas d’avoir tiré en l’air en premier, une affirmation que les témoins oculaires et les vidéos de la scène ne dépeignent pas.

L’un des blessés de la fusillade est un membre important du bureau politique du Hamas, Zaher Jabareen. Cet incident pourrait encore donner lieu à des représailles de la part du Hamas, qui a ouvertement accusé des membres des forces de sécurité nationales de l’Autorité palestinienne d’avoir tiré. Des allégations ont également été formulées selon lesquelles les deux incidents qui ont eu lieu à l’intérieur du camp pourraient avoir été orchestrés par l’Autorité palestinienne (AP), basée à Ramallah, car l’AP est confrontée à une crise qui lui est propre et craint de subir une rébellion populaire en Cisjordanie.

Mais l’élément supplémentaire de ce chaos a été l’influence du chef de guerre notoire Samir Geagea, qui dirige la milice des « Forces libanaises ». Geagea a d’abord profité de l’explosion de vendredi pour demander à l’armée libanaise de désarmer le camp de réfugiés et d’enquêter sur l’incident. Il est à craindre que, si un nouveau conflit entre le Hamas et le Fatah éclate dans les camps, il n’utilise ses miliciens pour engager les groupes palestiniens. Cette perspective est d’autant plus menaçante que les forces libanaises ont ouvert le feu depuis les toits sur des manifestants appartenant aux partis politiques chiites Hezbollah et Amal, faisant sept morts, en octobre dernier.

 

Pourquoi les camps de réfugiés palestiniens au Liban sont-ils un nouveau foyer de violence ?

La plupart des réfugiés palestiniens au Liban vivent dans 12 camps surpeuplés, sur lesquels l’Office de secours et de travaux des Nations unies (UNRWA) a récemment tiré la sonnette d’alarme, en raison de la détérioration des conditions de vie. Environ 207 000 Palestiniens sont enregistrés comme réfugiés au Liban. Cette communauté en constante augmentation vit dans le pays depuis 1947, lorsque les milices sionistes les ont chassés de leurs foyers dans la Palestine historique et leur ont depuis interdit d’y retourner.

Mohammed Khatib, un réfugié palestinien du Liban qui fait actuellement partie du mouvement palestinien connu sous le nom de « Masar Badil », déclare que « le principal problème auquel est confronté le camp d’Ain al-Hilweh [le camp de Mohammed] et d’autres camps au Liban est que nous sommes réfugiés dans ce pays depuis 1948 et que nous ne pouvons pas retourner dans notre pays ». Il a qualifié « le deuxième problème principal auquel les Palestiniens sont confrontés est que nous sommes sous un régime libanais confessionnel, raciste, qui comptabilise tout sur la base de la secte et de l’ethnicité. »

Interrogé sur ce qu’est la vie dans le camp où il a grandi, Mohammed a répondu : « Évidemment, nous pouvons voir que le camp d’Ain al-Hilweh est un endroit surpeuplé, nous parlons d’un kilomètre carré, plus ou moins, où vous avez environ 100 000 personnes qui y vivent. Il est également important de savoir que la majorité des personnes présentes dans les camps sont des Palestiniens du Liban, mais aussi, au cours des dix dernières années, de nombreuses personnes de la communauté palestinienne réfugiée en Syrie ont été déplacées et se sont réfugiées dans le camp d’Ain al-Hilweh. En plus de cela, il y a aussi une communauté libanaise appauvrie qui vit à l’intérieur du camp et qui endure presque les mêmes conditions que les Palestiniens. »

« Ain al-Hilweh est un camp assiégé, par l’armée et le gouvernement libanais, et les gens ici sont privés de leurs droits humains fondamentaux. » Mohammed affirme qu’« il y a des points de contrôle à chaque entrée et sortie du camp. De plus, au cours des dix dernières années, l’armée libanaise a construit un mur d’apartheid, disons, qui entoure le camp et c’est une question énorme qui génère de nombreux problèmes. »

Interrogé sur la façon dont la crise libanaise actuelle a touché les communautés palestiniennes, il a répondu : « la crise économique au Liban, à laquelle tout le pays est confronté… combinée au manque d’essence, aux problèmes de monnaie et à d’autres questions liées à la crise, aggrave la vie des réfugiés palestiniens. Mais il est important de noter que les Palestiniens au Liban souffrent depuis le moment où ils sont arrivés au Liban. Les problèmes d’électricité, de diesel, le manque de matériel pour entrer dans les camps, et en sortir, ont toujours été très difficiles. »

« Les Palestiniens n’ont même pas eu le droit de travailler au Liban et nous sommes donc une communauté qui sait peut-être mieux que quiconque comment survivre avec ce genre de crise », ajoutant que, bien que les choses aient empiré, « on a l’impression qu’il n’y a rien de spécial », en raison des conditions auxquelles les camps de réfugiés sont confrontés depuis de nombreuses années maintenant.

On parle beaucoup de la criminalité dans les camps de réfugiés palestiniens, ainsi que des rivalités entre factions qui menacent les moyens de subsistance des réfugiés. Selon Mohammed : « Quand vous êtes privés de vos droits, quand vous êtes assiégés par l’armée libanaise, quand vous n’avez pas le droit de résister ou de retourner dans votre pays, quand vous êtes privés du droit de travailler et de posséder des biens, bien sûr cela va générer des problèmes. Lorsque vous vivez dans la pauvreté, cela génère de la violence, mais je pense que le manque de leadership et l’absence de l’OLP [Organisation de libération de la Palestine] contribuent à créer ce problème et nous rendent désorganisés. Cela ne fait qu’engendrer des conflits, notamment des problèmes sociaux, des problèmes personnels et des problèmes politiques. »

L’OLP ayant été chassée du Liban par l’armée israélienne en 1982, après avoir basé ses opérations hors du pays depuis le début des années 1970, la période qui a suivi a été terrible et a provoqué un sentiment d’abandon. Entre 1982 et la signature des accords d’Oslo, en 1993, Mohammed affirme que les « régimes réactionnaires arabes, comme l’Arabie saoudite, ont financé des groupes islamistes radicaux extrémistes. »

« Ces groupes ne sont pas des gangs », a-t-il ajouté, « ce sont des groupes islamistes politiques qui ont été financés depuis le début des années 90 par des pays comme l’Arabie saoudite et d’autres régimes, ou qui sont contrôlés par des agences de renseignement », ce qui, selon Mohammed, est à l’origine de nombreux conflits violents.

Mohammed a également expliqué qu’en raison de cette violence, les groupes de droite libanais considèrent les camps comme des « zones interdites » où le gouvernement devrait être autorisé à faire des raids pour nettoyer la zone des armes. Un autre réfugié palestinien, qui a souhaité garder l’anonymat et qui vit dans le camp de Burj Al-Shamali, déclare que « nous sommes discriminés en tant que criminels et nous sommes considérés par certains Libanais comme un problème pour eux et ils veulent donc nous éliminer et nous faire taire ». Il poursuit en disant que « nous sommes toujours utilisés comme bouc émissaire par les Libanais qui passent leur colère sur nous, mais regardez comment vit notre peuple, quelle est cette vie pour un être humain, nos conditions ressemblaient à Gaza à l’époque où le Liban était une destination touristique. « 

Un autre homme appelé Ahmed du camp de réfugiés de Beddawi, où il est rapporté que les amphétamines sont moins chères que la nourriture, a révélé que les conditions de vie pendant la crise économique s’étaient considérablement aggravées. « Cela a toujours été mauvais et maintenant c’est encore pire », a-t-il dit, « la nourriture est peu abondante, le carburant est difficile à obtenir, il n’y a pas de travail, notre peuple n’a presque pas d’électricité dans les camps et nous n’avons pas d’argent. »

Mohammed Khatib, qui décrit les conditions rencontrées dans les camps de réfugiés palestiniens comme un « assiègement », estime qu’en raison de l’absence de toute force représentative palestinienne unifiée dans les camps, une augmentation de la violence est possible. La question des réfugiés a longtemps été ignorée, car la majorité de la violence dans le contexte du conflit israélo-palestinien ne touche plus ceux qui vivent dans les camps. Cependant, si cette crise dans les camps du Liban n’est pas résolue rapidement, il est probable que la surpopulation et la pauvreté fassent naître une nouvelle vague de conflits violents, entraînant non seulement les factions palestiniennes rivales dans une guerre débilitante, mais peut-être aussi le pays tout entier.

 

Article de Robert Inlakesh, publié initilement le 15 décembre 2021. 

 

Source : RT UK – Traduction : Collectif Palestine Vaincra