Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Palestiniens rejettent massivement l’Autorité palestinienne – qui a refusé d’organiser des élections et s’est constamment rangée du côté des forces israéliennes, emprisonnant et torturant son propre peuple au lieu de le protéger – et cherchent depuis longtemps une alternative. Aujourd’hui, Masar Badil prétend être la solution.

 

« Nous construisons une campagne contre l’Autorité palestinienne » et allons « mobiliser notre peuple dans les camps de réfugiés » du Liban, de la Syrie et de la Jordanie, aux quatre coins du globe, déclare un mouvement révolutionnaire palestinien nouvellement lancé qui soutient toutes les formes de résistance contre Israël afin de libérer la Palestine « du fleuve à la mer. »

Le 2 novembre, un mouvement révolutionnaire palestinien appelé « Masar Badil » (la voie alternative révolutionnaire palestinienne) a officiellement annoncé son lancement à la suite de conférences organisées à Madrid, Sao Paulo et Beyrouth. Le mouvement s’engage à défendre la cause de la libération nationale de la Palestine au sein de la diaspora palestinienne et à offrir une alternative à l’Autorité palestinienne (AP), qui opère actuellement depuis Ramallah en Cisjordanie. Une composante majeure de leur travail consistera à unir les Palestiniens dans les camps de réfugiés du Liban, de Jordanie et de Syrie, en cherchant à renforcer ces communautés.

À la fin du mois d’août, les Palestiniens de Cisjordanie occupée ont commencé à descendre dans la rue, appelant à la chute de l’Autorité palestinienne, qui les gouverne depuis des décennies, après le meurtre brutal d’un critique populaire de l’AP, Nizar Banat. Les manifestations ont effrayé l’AP ainsi que ses alliés israéliens, menaçant de poser de sérieux problèmes à la situation sécuritaire relativement stable d’Israël en Cisjordanie occupée.

L’Autorité palestinienne, un organe représentatif créé à la suite des accords d’Oslo – signés entre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et Israël – règne actuellement sur les villes les plus peuplées de la Cisjordanie occupée par Israël. Conformément aux accords conclus entre les deux parties, Oslo avait établi que trois zones seraient désignées pour différents niveaux de contrôle dans les territoires palestiniens occupés : la zone A, où l’AP aurait le contrôle civil et sécuritaire ; la zone B, où Israël contrôle la sécurité et l’AP le contrôle civil ; et la zone C, où Israël a le contrôle total. La zone C couvre actuellement environ 63 % du territoire. Ce plan était toutefois censé ne durer que cinq ans, avant que le contrôle ne soit progressivement cédé à l’AP et qu’un État palestinien ne soit inauguré sur environ un quart de la Palestine historique.

Israël continue toutefois d’ignorer ses obligations au titre d’Oslo et Tel Aviv rejette désormais la notion d’État palestinien. Alors que de nombreux Palestiniens attendaient de l’AP, dirigée par le président Mahmoud Abbas, qu’elle se batte pour leurs droits, la plupart d’entre eux considèrent aujourd’hui qu’elle fait tout le contraire. Toutes les élections organisées depuis 2006, lorsque le Hamas a battu le parti Fatah au pouvoir par une victoire écrasante, ont été annulées par Abbas. L’AP – qui est financée par le Royaume-Uni, l’UE et les États-Unis – utilise également ses forces de sécurité pour collaborer avec Israël dans l’oppression des Palestiniens. D’un point de vue stratégique, les zones d’Oslo ont donné à Israël le contrôle de la plupart des terres agricoles et ouvertes, où se trouvent toutes leurs colonies illégales ; en contrepartie, les forces de l’AP régiraient les principaux centres de population, tels que Ramallah, Naplouse et Al-Khalil, entre autres.

Après avoir été confronté à l’ajournement perpétuel des processus démocratiques par l’AP, à son refus de protéger les Palestiniens des forces israéliennes et, au contraire, à l’emprisonnement, à la torture et à la remise de ses citoyens qui agissent contre Israël, par le biais de ce que l’on appelle la « coordination sécuritaire », le peuple palestinien est parvenu à une position de rejet massif du pouvoir de l’Autorité palestinienne et cherche depuis longtemps une alternative. Masar Badil prétend être le mouvement qui apportera enfin la solution.

 

Une alternative révolutionnaire palestinienne à la futilité d’Oslo

Parmi les représentants internationaux notables qui se sont présentés au lancement du mouvement PARP (Palestinian Alternative Revolutionary Path) à Madrid, on peut citer Nardi Suxo de Bolivie, Mauricio Rodriguez du Venezuela, et Eumelio Caballero Rodríguez de Cuba, qui ont tous assisté à l’événement culturel du Mouvement PARP. Ils ont été rejoints par des représentants de groupes de base de toute l’Europe et des États-Unis qui se sont engagés à travailler avec le PARP.

Les participants à la conférence ont également rencontré des représentants de divers mouvements de résistance à travers le monde au siège du Parti Communiste espagnol, discutant de divers projets et aboutissant à la formation d’un comité de boycott, d’un comité de retour et d’un comité de jeunesse. En outre, dans une lettre de soutien, le Front national démocratique des Philippines (NDFP) s’est engagé à soutenir le PARP. Luis Jalandoni, le principal représentant international du NDFP, a déclaré ce qui suit : « Joignons nos mains alors que nous luttons pour nous libérer des griffes de l’impérialisme américain, renverser le système oppressif et exploiteur au pouvoir, et poursuivre avec détermination notre lutte pour la libération nationale et sociale. »

« Nous travaillons à construire une alternative révolutionnaire palestinienne au processus d’Oslo et au futile soi-disant processus de paix », déclare Khaled Barakat, le coordinateur du comité préparatoire du mouvement PARP. Barakat affirme que le PARP commencera à « s’organiser avec nos communautés dans les camps de réfugiés au Liban, en Jordanie, en Syrie et dans le monde entier. » Il poursuit : « L’une des positions qui est ressortie de notre conférence est de mettre immédiatement en place une campagne contre l’Autorité palestinienne et le gouvernement autonome en Cisjordanie, afin de faire tomber ce gouvernement et de former des conseils et des comités révolutionnaires en Palestine. »

Lorsque j’ai interrogé Barakat sur certains des aspects qui font la différence de Masar Badil en tant que mouvement révolutionnaire alternatif, il a répondu : « Quatre-vingt-dix pour cent, donc la grande majorité, des trois comités qui se sont réunis – à Beyrouth, Madrid et Sao Paulo – étaient des jeunes et ils assument leurs responsabilités, la participation des jeunes générations est très importante pour nous. Nous apprécions également, que ce soit dans des rôles de direction ou autres, la participation des femmes palestiniennes et mettons l’accent sur leur rôle central dans la prise de décision, et nous pensons que cela poussera notre mouvement à devenir beaucoup plus fort. »

« Nous ne reconnaissons pas l’AP comme une entité légitime ; elle n’a aucune légitimité constitutionnelle, elle n’a pas de légitimité révolutionnaire, et elle n’a aucune légitimité légale », déclare le PARP.

 

Mettre l’Autorité palestinienne sur la sellette

Pour en savoir plus sur les positions de Masar Badil sur l’AP, j’ai également parlé à un membre fondateur du mouvement PARP, Mohammed Khatib, qui a participé au lancement du groupe et qui est en outre le coordinateur européen du réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun. Khatib déclare : « Je crois que toute démarche, tout travail, contre les accords d’Oslo et contre la Conférence de Madrid, est contre l’Autorité palestinienne et contre l’entité sioniste. » Khatib déclare également que l’une des principales missions du mouvement PARP est de « se concentrer sur la diaspora palestinienne, sur la réorganisation de notre peuple dans la diaspora et le rétablissement de nos institutions dans la diaspora et le rétablissement de notre mouvement de libération nationale dans la diaspora », ce qui, selon lui, signifie faire tomber l’AP. Khatib a poursuivi : « Soixante pour cent du peuple palestinien vit dans la diaspora, en tant que migrants et réfugiés, et c’est donc nous qui avons intérêt à retourner en Palestine et à démanteler cette entité sioniste, ainsi que tous ceux qui coopèrent avec l’entité sioniste à l’intérieur de la Palestine – en particulier l’AP, qui coordonne la sécurité avec l’occupation [par Israël] contre notre peuple ».

Il dit aussi que l’opposition à l’AP vient des attaques menées contre les Palestiniens par les forces du président de l’AP, Abbas, y compris « l’abandon de nos prisonniers politiques, la fermeture des fonds et des salaires des familles de nos martyrs. » Il poursuit : « Ce que l’Autorité palestinienne fait aujourd’hui, c’est assiéger la résistance, non seulement à l’intérieur de la Cisjordanie ; ils participent également, avec l’entité sioniste et le régime égyptien, au siège imposé à la bande de Gaza. »

Khatib souligne que tout le travail effectué par le Masar Badil vise à créer une alternative à l’Autorité palestinienne, et non au Mouvement de libération nationale palestinien : « Nous sommes une partie essentielle du Mouvement de libération nationale palestinien. Toutes les organisations et associations qui font partie de Masar Badil font partie du Mouvement de libération nationale. Nous ne sommes donc pas une alternative à quiconque participe ou pratique la résistance contre l’entité sioniste. Au contraire, ce que nous essayons de faire, c’est de créer un mouvement de masse, un mouvement populaire, qui peut aider à créer un environnement de soutien autour de la résistance palestinienne. »

Le Mouvement PARP, m’a dit Khatib, « appelle toute la résistance et les partis politiques palestiniens – le Hamas, le Jihad islamique, le FPLP et tous ceux qui participent et pratiquent la résistance armée, en particulier à Gaza et ailleurs en Palestine – à travailler à la création d’un front national démocratique palestinien où toute la résistance travaillera ensemble pour réaliser le programme unique, qui est la libération de toute la Palestine, du fleuve à la mer, et pour abandonner la solution à deux États.

Notre seul et unique objectif est la libération de toute la Palestine, c’est pourquoi nous pensons que toutes nos actions contre l’entité sioniste et les régimes réactionnaires arabes sont de facto un effort contre l’Autorité palestinienne. L’AP ne représente personne dans notre pays aujourd’hui ; elle n’est là que parce qu’elle reçoit des fonds de l’UE, des États-Unis et de l’entité sioniste. Comment l’AP peut-elle prendre de l’argent à Israël pour protéger notre peuple ? Bien sûr, ce n’est pas le cas ; au contraire, l’AP est une main de l’occupation sioniste. »

Étant l’un des premiers journalistes à couvrir la première conférence de presse publique du mouvement le 2 novembre, j’ai demandé à Barakat ce que l’AP pense du lancement du mouvement PARP, ce à quoi il a répondu : « Nous savons que l’Autorité palestinienne est nerveuse, en particulier le Fateh. Ils sont nerveux à cause de la création de Masar Badil… La nuit dernière, ils [l’AP] ont falsifié une déclaration en espagnol et en arabe et ils ont signé trois factions [palestiniennes] dessus ; la déclaration était une fabrication destinée à faire croire que les partis palestiniens rejettent Masar Badil et nous pensons que c’est le travail des agents de renseignement de l’AP. En fait, il y a une heure, le FPLP, qui était faussement lié à la déclaration, a publié sa propre déclaration indiquant qu’il n’avait rien à voir avec cette déclaration et qu’il s’agissait d’un faux de l’AP. »

Barakat affirme que le réseau de renseignements de l’Autorité palestinienne a constamment tenté de déformer l’image de Masar Badil et a causé de nombreux problèmes, notamment à Beyrouth, pour la conférence du PARP qui s’y tenait. Il m’a dit : « L’AP est nerveuse parce qu’elle sait ce qu’elle a fait et ce qu’elle fait maintenant ; elle attaque notre peuple, non seulement physiquement, mais aussi nos mouvements étudiants en Palestine et nos intellectuels. Leurs détracteurs, comme Nizar Banat, ont été tués par les forces de sécurité palestiniennes. »

J’ai également été informé que des représentants de l’Autorité palestinienne à Beyrouth auraient causé des problèmes à Masar Badil, en diffusant des informations erronées sur le groupe et ses intentions avant la conférence dans la capitale libanaise. En réponse aux menaces proférées, par des voies détournées, la conférence a exigé la présence d’un service de sécurité par crainte de violences à leur encontre. On a cru que l’Autorité palestinienne avait quelque chose à voir avec cela, mais on m’a informé qu’il n’y avait aucun moyen de savoir si c’était leur faute ou non.

Après avoir organisé trois conférences distinctes, du 30 octobre au 2 novembre, Masar Badil a annoncé sa déclaration officielle et sa liste de 10 positions clés, adoptées par consensus par le « Comité général préparatoire » lors de la session plénière de la conférence.

 

Un mouvement pour s’attaquer à l’AP « est enfin là ».

Parmi ses premières actions, le mouvement PARP a reçu les signatures d’au moins 91 musiciens palestiniens et internationaux, dont celle de Roger Waters de Pink Floyd, pour une déclaration appelant les artistes à boycotter le festival annuel d’Oud en Israël. La déclaration dit ceci : « L’oud, instrument à cordes par excellence de la culture musicale palestinienne et du monde arabe, est en train d’être approprié par un État sioniste dont l’histoire est fondée sur l’effacement et le vol des moyens de subsistance des autochtones. Alors que la « municipalité de Jérusalem » israélienne relance ses projets de relations publiques musicales en assouplissant certaines restrictions liées au coronavirus, les Palestiniens de Jérusalem se battent bec et ongles contre l’accélération de l’accaparement de Sheikh Jarrah et de pans entiers de terres à l’est de leur ville. Les artistes palestiniens sont attaqués ou emprisonnés, tandis que les communautés plus larges de personnes déplacées font face à la terreur de la destruction aérienne de leurs centres culturels et du sous-développement systématique de leurs moyens de production. »

Le mouvement de boycott du festival s’inscrit dans la ligne de la position générale du mouvement PARP, qui rejette toute forme de normalisation avec Israël.

En tant que participant à la conférence, j’ai pu lire tous les documents décrivant les visions et les objectifs à long terme du mouvement, notamment la création d’un réseau d’étudiants palestiniens, d’un réseau de syndicats et de réseaux pour tout ce qui concerne les institutions et les mouvements de jeunesse palestiniens, les comités populaires et les centres culturels palestiniens. Cela s’ajoute à la création d’une institution qui parraine des clubs sportifs, au soutien financier des pêcheurs et des agriculteurs de la bande de Gaza et à la création d’une fondation qui s’occupe d’art, de cinéma, de théâtre et des domaines de la créativité et des arts. Même les crèches et les jardins d’enfants, ainsi que les institutions de recherche et d’études stratégiques, ont été mentionnés. Il est important de le noter, car cela démontre la portée à long terme de ce mouvement.

À la suite des discussions menées lors de la conférence, Barakat déclare « nous avons pris la décision de créer deux centres de jeunesse, l’un à Berlin et l’autre à Athènes ; la raison pour laquelle nous avons pris cette décision est que c’est là que réside la majorité des Palestiniens nouvellement arrivés en Europe. À Athènes en particulier, les jeunes Palestiniens, qui se comptent par milliers, vivent dans la pauvreté. Nous cherchons donc à organiser nos jeunes, nos femmes et nos étudiants ; c’est notre objectif et nous avons un plan quinquennal pour y parvenir. »

J’ai ensuite demandé quelles étaient les relations entre les partis de la résistance palestinienne et le mouvement PARP, ce à quoi Khaled a répondu : « En ce qui concerne les forces de la résistance – comme le Hamas, le FPLP, le Jihad islamique – les relations sont bonnes et nous espérons pouvoir renforcer cette relation avec le mouvement de la résistance palestinienne, car nous nous considérons comme faisant partie intégrante du mouvement de la résistance, non seulement au niveau palestinien mais aussi au niveau arabe. »

Le mouvement Masar Badil affirme également son intention de combattre toutes les forces impérialistes, en plus des régimes arabes réactionnaires et d’Israël – ses membres mentionnant la République islamique d’Iran comme étant la cible des puissances impérialistes, et condamnant les sanctions contre le peuple iranien, qui, selon eux, interviennent indépendamment de toute réserve potentielle au sein du groupe concernant certaines politiques iraniennes. Le mouvement se considère comme faisant partie d’un camp qui affronte l’impérialisme, le sionisme et les régimes réactionnaires dans le Sud global, et travaille donc avec des groupes, organisations et mouvements internationaux en Afrique, en Europe, au Moyen-Orient, aux Philippines, en Amérique du Sud et ailleurs.

La première manifestation organisée par le groupe s’est déroulée dans les rues de Madrid, avec des chants contre l’Autorité palestinienne et en solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens, la libération nationale et des personnalités comme Ahmad Sa’adat, Georges Abdallah et Ghassan Kanafani.

Bien que le mouvement ne fasse que commencer, la dynamique est en marche et leurs visions révolutionnaires visant à renforcer la force de la diaspora palestinienne, en la mobilisant une fois de plus dans la lutte contre Israël, pourrait avoir un impact énorme sur le cours du mouvement de libération nationale. Si les Palestiniens du Liban, de Jordanie et de Syrie deviennent une force puissante, cela pourrait poser de réels problèmes à Israël. En tout cas, un mouvement dont l’intention fondatrice est de s’attaquer à l’Autorité palestinienne est enfin là – et c’est une grande nouvelle.

 

Robert Inlakesh est un analyste politique, journaliste et réalisateur de documentaires actuellement basé à Londres, au Royaume-Uni. Il a réalisé des reportages et vécu dans les territoires palestiniens occupés et anime l’émission « Palestine Files ». Il a réalisé le film « Steal of the Century : Trump’s Palestine-Israel Catastrophe’. Suivez-le sur Twitter @falasteen47.

 

Source : mintpressnews.com — Traduction : Collectif Palestine Vaincra
Photo de couverture : Des manifestants défilent en soutien à Masar Badil, le 1er novembre, dans le centre de Madrid. Photo | Robert Inlakesh