Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

MISE À JOUR à 19H le 10 janvier : Abdel-Hafez Sharabati et Waleed Harazneh ont été libérés ; Mohammed Khatib, Ismail Barghouthi et Qassem Nakhleh restent emprisonnés. Libérez tous les étudiants palestiniens ! 

 

Lundi 10 janvier 2022, les forces d’occupation israéliennes ont arrêté cinq leaders étudiants palestiniens devant la porte Est du campus de l’université de Birzeit suscitant protestation et indignation face aux attaques continues contre la vie étudiante palestinienne. Les forces spéciales d’occupation ont violemment pris d’assaut le campus avec une force combinée d’unités sous couverture/déguisées portant des armes de poing et de soldats entièrement armés, ouvrant le feu à balles réelles sur les étudiants palestiniens. Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, appelle les organisations étudiantes et les partisans de la Palestine partout dans le monde à s’organiser, à agir et à faire campagne pour libérer ces cinq étudiants et les centaines d’étudiants palestiniens emprisonnés par l’occupation israélienne.

Ils ont arrêté cinq leaders étudiants : Ismail Barghouthi (coordinateur du Bloc islamique), Waleed Harazneh (coordinateur du Bloc d’unité des étudiants), Abdel-Hafez Sharabati (coordinateur de l’Union des étudiants progressistes), Mohammed Khatib (représentant du Pôle étudiant démocratique progressiste – al Qutob) et Qassem Nakhleh (membre du Bloc islamique).

Les forces d’occupation se sont avancées derrière les étudiants alors qu’ils arrivaient à l’université et ont ouvert le feu sur eux avant de les pousser au sol. Les soldats déguisés conduisaient ce qui semblait être une camionnette de livraison de marchandises, tandis que des soldats en tenue complète étaient dissimulés à l’arrière de la camionnette. Ismail Barghouthi a reçu une balle dans la cuisse et a été transporté à l’hôpital. Qassem Nakhleh et Abdel-Hafez Sharabati ont également été blessés par la violente agression des soldats colonialistes.

Les cinq leaders étudiants ont fait partie des mobilisations et protestations étudiantes en cours qui mettent en cause l’administration de l’université pour avoir enquêté et sanctionné des responsables et organisations étudiantes palestiniens pour avoir organisé et participé à des événements sur le campus en décembre 2021 en soutien à la résistance palestinienne.

L’université a été fermée aujourd’hui en raison des manifestations étudiantes en cours, qui exigent des changements de la part de l’administration universitaire et la fin des politiques de soumission aux demandes de l’occupation israélienne et de l’Autorité palestinienne – via la « coordination sécuritaire » – pour réprimer le militantisme et l’organisation des étudiants sur le campus.

Les cinq étudiants arrêtés font partie de la direction du mouvement étudiant. Aujourd’hui, ils se rendaient précisément sur le campus afin de rencontrer le syndicat des travailleurs de l’université de Birzeit pour discuter des manifestations en cours et des appels à l’action. Au lieu de tenir cette réunion entre les blocs étudiants et les travailleurs de l’université, les responsables étudiants ont été blessés (notamment par balles) et arrêtés par les forces d’occupation israéliennes.

Ils se sont rendus ensemble à l’université alors qu’ils venaient de quitter le sit-in de solidarité organisé à Ramallah en soutien au prisonnier palestinien Nasser Abu Hamid, actuellement dans le coma en raison d’un cancer avancé et mourant dans un hôpital de l’occupation israélienne.

L’arrestation des cinq leaders étudiants a suscité l’indignation face à la politique permanente de l’occupation israélienne visant à attaquer et à réprimer l’organisation des étudiants palestiniens, ainsi que face à l’administration de l’université de Birzeit et à l’Autorité palestinienne. Le rôle de l’Autorité palestinienne dans la « coordination sécuritaire » avec l’occupation israélienne s’est traduit récemment par de nombreuses arrestations d’étudiants palestiniens, au cours desquelles ils ont été soumis à la torture et interrogés sur leur rôle dans le mouvement étudiant de Birzeit.

En sanctionnant les leaders étudiants et en les faisant comparaître devant un comité spécial pour d’éventuelles mesures disciplinaires après l’organisation d’événements nationaux palestiniens sur le campus, l’administration de l’université de Birzeit a également été complice de la criminalisation et de la répression des étudiants, ont souligné les blocs étudiants palestiniens à la suite des arrestations. Alors que l’université a condamné l’attaque sur son campus, les commentaires sous sa déclaration sur les réseaux sociaux ont souligné à plusieurs reprises que l’université avait manqué à son obligation de protéger les étudiants et de soutenir leurs droits.

Les blocs étudiants ont exigé que l’université mette en œuvre les demandes du mouvement étudiant de soutenir l’organisation nationale palestinienne sur le campus et d’arrêter les comités d’enquête contre les leaders étudiants afin d’adopter une position claire contre ces attaques de l’occupation. Le Bloc islamique a affirmé que le mouvement étudiant s’est engagé à rester ferme contre toutes les tentatives d’affaiblir l’université en tant que site de la lutte palestinienne, par l’occupation elle-même et par ceux qui agissent en subordination aux exigences du régime israélien.

Les étudiants manifestent actuellement devant les portes de l’université et ont appelé à une manifestation le mardi 11 janvier en soutien au mouvement étudiant et pour libérer les leaders étudiants emprisonnés.

Des centaines d’étudiants palestiniens sont détenus par l’occupation israélienne. Rien qu’à l’université de Birzeit, 55 étudiants ont été arrêtés en 2021 et 66 étudiants sont actuellement détenus dans les prisons de l’occupation israélienne, dont 8 sont en détention administrative sans inculpation ni jugement. Ils font partie d’un total de plus de 4 500 prisonniers politiques palestiniens emprisonnés par le régime d’occupation israélien.

La campagne #FreePalestinianStudents mobilise plus de 300 organisations à travers le monde pour défendre les étudiants palestiniens contre l’emprisonnement politique et exiger leur liberté.

Nous nous unissons pour appeler à l’action et au soutien des étudiants palestiniens derrière les barreaux, notamment :

  • Le boycott, le désinvestissement et les sanctions contre Israël, y compris les institutions universitaires israéliennes, qui sont pleinement complices de la privation systématique des droits des Palestiniens.
  • Mettre fin à toute aide militaire et économique, aux transactions militaires, aux projets conjoints et au financement direct du régime d’occupation israélien par les gouvernements du monde entier.
  • Contester les programmes de « normalisation » qui visent à légitimer l’occupation israélienne – il s’agit d’une tentative de légitimer la criminalisation et la répression des étudiants palestiniens.
  • S’organiser pour construire des liens directs de solidarité avec les étudiants palestiniens et le mouvement étudiant palestinien, afin de s’assurer qu’ils ne seront pas isolés de leur communauté mondiale de soutien malgré toutes les tentatives de l’occupation israélienne.

 

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra