Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prisonnier palestinien Nasser Abu Hmaid est dans le coma, luttant contre un cancer du poumon, alors qu’il reste séparé de ses proches. Abu Hmaid est maintenu en soins intensifs à l’hôpital Barzilai depuis quatre jours. Cependant, son état de santé s’est détérioré pendant une longue période, alors que l’occupation israélienne a refusé de le transférer dans un hôpital civil. Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, demande la libération immédiate de Nasser Abu Hmaid et l’obligation de rendre des comptes sur la politique systématique de négligence médicale qui menace la vie des combattants palestiniens emprisonnés.

Âgé de 49 ans, Abu Hmaid est condamné à 7 peines de prison à vie et 50 ans dans les prisons israéliennes. Ses quatre frères ont été arrêtés avec lui en 2002, tandis que son cinquième frère a été arrêté en 2018. Tous purgent des peines de prison à vie pour leur participation à la résistance contre l’occupation israélienne et la colonialisation sioniste dans toute la Palestine. Leur sixième frère, Abdel-Moneim Abu Hmaid, a été assassiné par les forces spéciales de l’occupation israélienne le 31 mai 1994.

La famille Abu Hmaid sont des réfugiés palestiniens du camp de réfugiés d’al-Amari près de Ramallah. Elle a été pendant des années un symbole de la résistance et du sacrifice palestiniens. Par exemple, leur maison a été démolie par l’occupation israélienne à cinq reprises comme acte de punition collective et reconstruite à chaque fois. Leur mère a été privée de visites familiales pendant de nombreuses années par l’occupation israélienne. La mère et les frères et sœurs d’Abu Hmaid se sont exprimés à plusieurs reprises et participent régulièrement à toutes les activités de défense des prisonniers palestiniens et pour leur libération.

Non seulement Nasser Abu Hmaid lutte contre un cancer du poumon, mais ses poumons se sont arrêtés à cause d’une infection bactérienne, d’une inflammation aiguë et d’une pneumonie. En octobre dernier, il a été opéré pour retirer une tumeur cancéreuse dans ses poumons. Cependant, il a été renvoyé en prison avant d’avoir pu se rétablir complètement. Les associations de prisonniers palestiniens signalent que son accès à une chimiothérapie régulière a été reporté à plusieurs reprises depuis lors. Après son opération, son état s’est aggravé au lieu de s’améliorer.

Aujourd’hui, Abu Hmaid est dans le coma, sous respirateur, et lutte pour sa survie. Sa famille et ses avocats ont fait remarquer à plusieurs reprises que des rapports médicaux actualisés n’étaient pas disponibles et que les membres de sa famille et ses avocats n’avaient pas le droit de le voir à l’hôpital, même s’il reste inconscient. Ses frères emprisonnés n’ont reçu que peu ou pas d’informations sur sa situation.

Les membres de sa famille soulignent la négligence médicale dont il  fait l’objet. Son cancer du poumon n’a été détecté qu’en août 2021, alors qu’il était déjà à un stade avancé. La procédure chirurgicale a été retardée jusqu’en octobre, date à laquelle il a été opéré en raison des protestations de ses codétenus et des organisations juridiques.

Des manifestations et des tentes de solidarité ont été installées dans toute la Palestine occupée pour soutenir Abu Hmaid, alors même que sa mère a elle-même été hospitalisée à Ramallah le 10 janvier en raison du traumatisme permanent de la situation. Ces manifestations exigent la libération immédiate d’Abu Hmaid et celle de tous les prisonniers malades et âgés qui sont privés de soins médicaux appropriés et de liens avec leurs proches derrière les barreaux de l’occupation israélienne.

Les prisonniers palestiniens ont dénoncé à plusieurs reprises une politique systématique de négligence médicale de l’occupation israélienne à leur encontre derrière les barreaux. Au moins 73 des 227 Palestiniens qui ont perdu la vie derrière les barreaux israéliens ont souffert de négligence et de manque de soins médicaux. Il y a plus de 500 prisonniers malades parmi les 4 600 Palestiniens emprisonnés dans les prisons de l’occupation israélienne. Parmi eux, 200 prisonniers souffrent de maladies chroniques, au moins 10 d’un cancer actif et 85 d’un certain nombre de handicaps et de maladies graves. 25 prisonniers politiques palestiniens atteints de maladies particulièrement graves sont détenus à la clinique de la prison de Ramle, bien connue des Palestiniens emprisonnés pour la médiocrité des soins qui y sont dispensés.

La négligence médicale comprend le refus d’examens médicaux réguliers, le retard des traitements ou des tests, la fourniture d’analgésiques au lieu d’un traitement approprié, les mauvaises conditions sanitaires et la surpopulation dans les prisons, la présence massive d’insectes et de rongeurs dans les prisons, les transferts dans la « bosta » plutôt que dans des ambulances ou des véhicules médicaux, le manque de soutien ou d’équipement médical pour les prisonniers handicapés, et d’autres formes de mauvais traitements. Les femmes détenues n’ont pas accès à des soins gynécologiques spécialisés. Toutes ces pratiques font partie de la politique habituelle de l’occupation israélienne et constituent une autre forme de torture physique et psychologique permanente contre les prisonniers palestiniens.

En vertu de la Quatrième Convention de Genève et de l’ensemble de règles minimum pour le traitement des détenus, les autorités pénitentiaires de l’occupation israélienne ont la responsabilité de fournir des soins de santé appropriés sans discrimination, de mettre à disposition des locaux adaptés et d’assurer l’accès à des professionnels de santé qualifiés. Cependant, le système pénitentiaire israélien, qui fait partie des mécanismes de l’occupation coloniale visant à supprimer et à briser la résistance palestinienne, viole ces responsabilités comme une évidence.

Le cas de Nasser Abu Hmaid et de ses codétenus n’est pas seulement un scandale humanitaire mais un exemple des tentatives actuelles de criminaliser et d’isoler la résistance palestinienne par toutes les formes de répression et de violence. La « politique de mort lente » par négligence médicale est une pratique systémique qui a été identifiée à plusieurs reprises par le mouvement des prisonniers palestiniens comme une cible clé de la lutte.

Abu Hmaid est devenu actif lors de la grande intifada palestinienne de 1987. Il a rejoint des groupes de jeunes qui affrontaient les soldats de l’occupation et les colons. Arrêté en 1990 par l’occupation israélienne, il a été condamné à la prison à vie avant d’être libéré en 1994 après la signature de l’accord du Caire. Il a continué à résister au colonialisme israélien et, avec ses frères, à participer activement à la résistance armée. Il a été arrêté avec ses frères une nouvelle fois en 2002. Il était un dirigeant des Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, l’organisation armée du mouvement Fatah en Cisjordanie occupée de la Palestine.

Pendant son séjour dans les prisons d’occupation, il a participé à plusieurs reprises à des grèves de la faim collectives et à des actions de protestation pour défendre ses  codétenus prisonniers palestiniens. Les mots qu’il a prononcés lors de la grève de la faim collective de 2017 continuent de résonner : « Nous frappons toujours les portes des cellules, criant fort, scandant et défiant le geôlier, sa brutalité et sa criminalité. Nous respirons encore la liberté et la fierté. Nous marchons vers la mort en souriant, et nous nous asseyons sur une couverture noire, tout ce qu’ils nous ont laissé, autour d’un verre d’eau et d’une pincée de sel. Nous chantons pour la patrie et pour le printemps prochain de la victoire. Ne demandez pas des nouvelles de nos corps, car ils nous ont trahis et se sont effondrés pendant des jours. Quant à nos âmes et à notre volonté, nous vous assurons qu’elles vont bien, inébranlables comme le rocher d’Ebal et de Galilée. Nous avons fait le serment de poursuivre jusqu’à la victoire ou le martyr, le chemin de la liberté et de l’indépendance. »

Nasser Abu Hmaid fait partie des 4 600 prisonniers politiques palestiniens qui résistent en première ligne pour la justice et la libération, luttant sans relâche avec une volonté inébranlable vers la liberté. Nous demandons instamment à tous les partisans de la Palestine d’agir pour réclamer la liberté d’Abu Hmaid et de tous les prisonniers palestiniens, en particulier les prisonniers malades qui continuent de faire l’objet d’une négligence médicale systémique et d’un « meurtre lent ».

Du 15 janvier au 22 janvier 2022, rejoignez le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, le Collectif Palestine Vaincra et les organisations pour la justice et la libération de la Palestine dans le monde entier pour la Semaine internationale d’actions pour la libération d’Ahmad Sa’adat et de tous les prisonniers palestiniens.

  • Organisez des événements, des actions et des manifestations pour exiger la liberation d’Ahmad Sa’adat, de Nasser Abu Hmaid et de tous les prisonniers palestiniens ! Protestez sur les places publiques, les campus et les espaces communautaires pour les prisonniers palestiniens. Organisez un stand Palestine ou un atelier d’écriture de lettres pour écrire à Sa’adat et à ses compagnons prisonniers palestiniens. Envoyez-nous un courriel à samidoun@samidoun.net pour nous informer de vos événements ou actions.
  • Boycott Israël ! Ahmad Sa’adat dit : « J’appelle toutes les forces de progrès, de liberté et de démocratie à soutenir la lutte de notre peuple par toutes les formes de boycott : politique, économique, académique et culturel de l’Etat d’occupation et la création d’un coût économique réel pour ses industries de colonisation et l’intensification des campagnes mondiales de boycott de toutes les sociétés qui soutiennent et investissent dans l’occupation militairement et économiquement ». N’achetez pas de produits israéliens et faites campagne pour mettre fin aux investissements dans les entreprises qui profitent de l’occupation. Participez à des actions directes pour défier les profiteurs de guerre et boycotter les entreprises complices comme Puma et HP.

 

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra