Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 5 janvier 2022, avant l’aube, les forces d’occupation israéliennes ont envahi le domicile du dirigeant palestinien emprisonné Ahmad Sa’adat à Ramallah, fouillant dans ses papiers personnels et prenant des photos de la maison. Ahmad Sa’adat est le secrétaire général du Front Populaire de Libération de la Palestine, emprisonné depuis 2006 par Israël (et depuis 2002 par l’Autorité palestinienne) pour son leadership dans le mouvement de libération palestinien.

Abla Sa’adat, l’épouse de Sa’adat, a déclaré que les forces d’occupation ont fouillé toute la maison et tiré abondamment dans la zone à l’extérieur de la maison dans le but de terroriser la famille.

En outre, cette attaque visait non seulement à poursuivre la politique de punition collective et de tentative d’intimidation à l’encontre des proches des dirigeants palestiniens et du mouvement des prisonniers, mais aussi à poursuivre la politique israélienne de tentative de confiscation des cartes d’identité de Jérusalem des Palestiniens et de poursuite du nettoyage ethnique de Jérusalem.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, exprime sa plus ferme condamnation de cette dernière attaque. Nous appelons tous les amis de la Palestine et les partisans du mouvement des prisonniers palestiniens à nous rejoindre et agir ensemble lors de la Semaine internationale d’action pour la libération d’Ahmad Sa’adat et de tous les prisonniers palestiniens du 15 au 22 janvier prochain. 

Les Palestiniens de Jérusalem, comme Abla Sa’adat, sont confrontés à une politique constante d’attaques visant à effacer le caractère palestinien et arabe de la capitale de la Palestine et à éradiquer la présence palestinienne à Jérusalem. L’un des mécanismes utilisés pour poursuivre les Palestiniens de Jérusalem est la tentative de retirer ou de saisir les cartes d’identité de Jérusalem afin de les exclure de la ville. Les Palestiniens de Jérusalem sont accusés de ne plus avoir Jérusalem comme « centre de vie » s’ils vivent hors de Jérusalem pendant un certain temps ; ils rencontrent des obstacles pour voyager et même pour se marier, car le fait de vivre hors de Jérusalem peut toujours être utilisé comme un mécanisme d’oppression raciste par le régime israélien.

Abla Sa’adat, qui vit à Kufr Aqab à Jérusalem, a déclaré aux médias palestiniens que les forces d’occupation ont fait irruption à 2h30 du matin dans la maison de Ramallah où elle rendait visite à ses enfants, comme si elles avaient attendu pour perturber leur visite familiale. Elles ont photographié des objets personnels dans la maison ainsi que les factures d’eau et d’électricité.

Elle a déclaré que les forces d’occupation israéliennes tentent de trouver une excuse pour confisquer sa carte d’identité de Jérusalem en prétendant qu’elle vit à Ramallah plutôt qu’à Kufr Aqab (à 5 minutes de là). En mai 2021, l’occupation israélienne a coupé son assurance nationale et son assurance maladie, une tactique fréquemment utilisée lorsqu’on s’en prend aux Palestiniens de Jérusalem et qu’on tente de confisquer leurs droits sur leur ville natale.

Cet incident n’est pas uniquement une attaque contre la famille Sa’adat, il reflète deux politiques claires de répression : l’attaque contre l’identité palestinienne et le peuple palestinien de Jérusalem, et la punition collective incessante dirigée contre les familles et les proches des prisonniers palestiniens, notamment les raids, les convocations pour interrogatoire, la confiscation des cartes d’identité de Jérusalem et les démolitions de maisons.

Les prisonniers palestiniens sont des leaders de la résistance, sur les lignes de front pour la justice et la libération, endurant des grèves de la faim et luttant sans relâche avec une volonté inébranlable vers la liberté. Rejoignez le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun et les organisateurs pour la justice et la libération en Palestine dans le monde entier pour la Semaine internationale d’action pour la libération d’Ahmad Sa’adat et de tous les prisonniers palestiniens, du 15 janvier au 22 janvier 2022.

Remplissez le formulaire en ligne pour soutenir l’appel à la Semaine internationale d’actions 

 

Passons à l’action :

  • Organisez des campagnes d’affichages, des diffusions de tracts, des actions et des rassemblements pour exiger la libération d’Ahmad Sa’adat et de tous les prisonniers palestiniens. N’hésitez pas à commander des flyers et autocollants en ligne et à télécharger cette affiche au format A3 pour vos initiatives.
  • Organisez un atelier d’écriture de lettres à Ahmad Sa’adat. Lui écrire permet de briser son isolement et de montrer à l’occupation israélienne qu’il est largement soutenu (privilégiez l’anglais et surtout l’arabe) :
    • Ahmad Sa’dat
      Ramon prison, P.O.Box 699
      80600 MITZPEH RAMON Israel
  • Organisez une projection du film « Fedayin, le combat de Georges Abdallah ». Ahmad Sa’adat et Georges Abdallah sont des camarades qui saluent constamment leurs luttes respectives et entretiennent une correspondance politique malgré les kilomètres de distance et les murs de prison. Pour organiser une projection, envoyez un courriel à vacarmesfilms@gmail.com.
  • Affirmez votre solidarité avec Palestine Action : #ShutElbitDown. Palestine Action a remporté une victoire importante contre la répression britannique dsuite à leur mobilisation contre l’entreprise israélienne d’armements Elbit Systems. Le prochain procès aura lieu en janvier, plus que jamais nous devons développer la campagne #ShutElbitDown et organiser la solidarité (notamment par un don).
  • Participez à la campagne sur les réseaux sociaux. Postez une photo ou une vidéo avec un message appelant à la libération d’Ahmad Sa’adat avec le hashtag #FreeAhmadSaadat (vous pouvez utiliser cette affiche). Envoyez-nous votre photo en nous envoyant un courriel à samidoun@samidoun.net.
  • Boycott Israël ! Ahmad Sa’adat a déclaré : « J’appelle toutes les forces de progrès, de liberté et de démocratie à soutenir la lutte de notre peuple par toutes les formes de boycott : politique, économique, académique et culturel de l’État d’occupation et la création d’un coût économique réel pour ses industries de colonisation et l’intensification des campagnes mondiales de boycott de toutes les sociétés qui soutiennent et investissent militairement et économiquement dans l’occupation. » N’achetez pas de produits israéliens et faites campagne pour mettre fin aux investissements dans les entreprises qui profitent de l’occupation. Participez à des actions directes pour défier les profiteurs de guerre et boycotter les entreprises complices comme Puma et HP.